Dans l'ombre des plus renommés Teemu Pukki et Joel Pohjanpalo, le milieu défensif des Glasgow Rangers Glen Kamara est l'atout discret - mais dangereux - de la Finlande, avant son match contre la Belgique, décisif pour atteindre les 8e de finale de l'Euro, lundi (21h).

"Un joueur clé" pour son sélectionneur

"Je suis à deux doigts de dire qu'il est actuellement le meilleur joueur de l'équipe", explique à l'AFP Janne Oivio, journaliste de sport au journal Ilta-Sanomat. Et pour cause: le joueur de 25 ans a contribué à la saison quasi parfaite (32 v-6 n) des Rangers qui ont remporté sous la direction de Steven Gerrard leur premier titre de champion d'Ecosse depuis 2011.
Euro 2020
Grande perte pour l'Italie : suspicion de rupture du tendon d'Achille pour Spinazzola
02/07/2021 À 22:34

Steven Gerrard et Glen Kamara

Crédit: Getty Images

Depuis le début de l'Euro, Kamara s'attire les éloges pour son habileté dans les petits espaces, sa capacité à gagner les duels et son impressionnant sang-froid. S'"il est tout le temps très détendu" sur le terrain, "cela ne veut pas dire qu'il ne se bat pas", a rappelé à la presse le sélectionneur finlandais Markku Kanerva, qui l'a qualifié de "joueur clé".
Le doute Benzema, les disparus de Budapest, Deschamps s'est-il trompé ? - Le podcast du FC Stream Team
Mais pour Kamara, cette saison 2020-21 est aussi entachée par une soirée de mars qu'il n'oubliera sans doute jamais: le joueur, né en Finlande de parents sierra-léonais, a été la cible d'une insulte raciste par le Tchèque Ondrej Kudela pendant le match de Ligue Europa Tangers-Slavia Prague.
Kudela a été suspendu dix matches pour "comportement raciste" et privé de l'Euro, tandis que le Finlandais, pourtant réputé pour son calme, a été sanctionné de trois matches de suspension pour avoir agressé son adversaire dans le tunnel après le coup de sifflet final. "Je me suis senti humilié", a-t-il expliqué à la chaîne britannique ITV, disant avoir depuis été la cible "quotidienne" d'insultes racistes en ligne.
Je ne pense pas que les gens aient encore pleinement conscience de son talent
Kamara n'est pas encore un nom connu en Finlande, même si, au pays du hockey sur glace, la qualification des "Hiboux grand-duc" pour leur premier grand tournoi international a suscité une vague d'intérêt pour le football. "C'est peut-être dû à sa personnalité, mais je ne pense pas que les gens aient encore pleinement conscience de son talent", explique Janne Oivio.
En Ecosse, c'est une autre histoire: les supporters des Rangers l'ont baptisé "50 Grand" (50.000 livres) en référence à la bouchée de pain payée par le club de Glasgow pour le recruter en janvier 2019, en provenance de Dundee. On lui promet maintenant un transfert dans un grand club anglais ou européen cet été.
Une revanche pour celui qui a grandi à Soukka, une banlieue dortoir majoritairement blanche de la capitale Helsinki. Si les remarques racistes d'inconnus faisaient partie de son quotidien, explique aujourd'hui le joueur, le timide garçon de l'époque avait trouvé du réconfort dans l'équipe locale de football.

Il ne s'est pas imposé au centre de formation d'Arsenal

Il a déménagé à 12 ans avec sa mère à Londres, où il a rejoint le centre de formation d'Arsenal sans réussir à s'imposer, avant de partir pour l'Ecosse en 2017. "Espérons qu'il continuera sa progession, ce serait bien de le voir jouer dans de plus grands clubs", estime Markku Kanerva.
Si le tout premier match de la Finlande à l'Euro -contre le Danemark- restera dans les mémoires pour l'arrêt cardiaque du Danois Christian Eriksen, les joueurs finlandais, malgré ce choc, sont parvenus à arracher la victoire (1-0). Ils sont ensuite retombés brutalement sur terre avec leur défaite 1-0 contre la Russie, mais les "Hiboux" n'ont pas dit leur dernier mot.
Pour terminer à l'une des deux premières places du groupe B, directement qualificatives sans attendre les résultats des autres groupes, il faudra dominer la Belgique, déjà qualifiée, et ses stars Kevin De Bruyne, Eden Hazard et Romelu Lukaku. Un nul ou même une défaite ne serait pas non plus rédhibitoire. "Nous avons souvent été outsiders et nous sommes sortis plus forts", se rassure Glen Kamara. "Espérons que nous pourrons surprendre les gens".
Euro 2020
La Belgique, encore frustrée : "C'était notre plus mauvais match de l'Euro"
02/07/2021 À 22:20
Euro 2020
L’antisèche : La prise de pouvoir d’un outsider, la décadence d’un favori
02/07/2021 À 22:11