Le football est traversé de joueurs aux trajectoires fulgurantes. Premiers contacts avec des recruteurs à la pré-adolescence, intégration rapide d’un centre de formation de haut niveau et percée dans le monde professionnel avant vingt ans. Pape Souaré aurait dû en être. A seulement treize ans, il intègre la promotion 90 de la prestigieuse Académie Diambars, à Saly (Sénégal) ; il y décroche son billet pour l’Europe cinq ans plus tard, direction Lille. Pendant son parcours, toujours les mêmes louanges devant un beau potentiel. Sans que le puissant gaucher ne parvienne à imposer ses qualités sur le devant de la scène avant cet été, et un prêt d’une saison à Reims.
Depuis son arrivée en Champagne, tout a changé pour Pape Souaré. "A Lille, le coach ne me faisait pas confiance, se souvient le défenseur. Aujourd’hui, je profite un maximum." Cinq titularisations en autant de saisons dans le Nord, treize depuis son arrivée à Reims. Dans la foulée des Jeux olympiques, où il a atteint les quarts de finale avec les Lions de la Téranga, l’arrière gauche sénégalais s’est immédiatement imposé en titulaire indiscutable. "Il y a toujours une part d’incertitude avec un joueur qui n’a pas beaucoup joué en Ligue 1", confesse son entraîneur Hubert Fournier. "On m’a dit qu’on était trois pour un poste, relève tranquillement Souaré. Je ne me suis pas posé de questions, j’ai travaillé et le coach a fait son choix."
"Son pire ennemi, c’est lui-même"
Euro-scout
Barcelone ne négligera plus Bartra
18/10/2013 À 22:04
"Il est arrivé avec plein de jus, justifie Fournier. Il a amené du dynamisme." Rapide, doué techniquement, Souaré apporte d’emblée un important volume de jeu. Un début de saison de haut vol avec pour point d’orgue, selon Hubert Fournier, "un très bon match au Parc des Princes (défaite 1-0)". "Il est à l’origine de toutes les actions offensives qu’on a pu avoir." Le joueur écarte les compliments, assure avoir encore "beaucoup de travail", et reconnaît "quelques erreurs tactiques". "Des choses que le public ne voit pas forcément mais c’est important pour l’équipe." L’encadrement technique du Stade travaille avec le joueur, vidéos à l’appui, et pointe des sautes de concentration. A 22 ans, Souaré découvre les exigences du haut niveau.
"Son pire ennemi, c’est lui-même, résume Olivier Guégan, entraîneur adjoint à Reims. C’est lui qui a les clefs." Les techniciens attendent plus d’efforts en dehors du terrain. "Il est jovial, ne se pose pas trop de questions, mais le revers de la médaille, c’est qu’il n’y a pas encore suffisamment de rigueur au quotidien", pointe Fournier, entraîneur du Stade. S’il reste performant, le latéral marque également le pas physiquement, faute d’une préparation complète cet été. Du travail foncier doit lui permettre une remise à niveau cet hiver.
Lille s’accroche
D’ici là, il lui reste un grand rendez-vous, avec la réception du LOSC à Reims, ce samedi (20h00). S’il conserve quelques "regrets" de son expérience lilloise, Souaré assure que cette rencontre sera comme les autres. Pour son entraîneur, "il devrait être motivé face à son ancien club : il est appelé à y retourner la saison prochaine et il est important d’envoyer des signaux positifs s’il veut se faire une place." Le Stade de Reims avait déjà sollicité Lille il y a un an et demi, dans le cadre d’un prêt et souhaitait disposer d’une option d’achat en fin de saison. Mais Lille verrouille toute possibilité de transfert. Quant au joueur, très bien intégré à Reims, il se contente pour l’instant de rattraper le temps perdu sur le terrain.
Euro-scout
Januzaj : Tous les sélectionneurs à ses pieds
07/10/2013 À 19:53
Euro-scout
L’Angleterre attend Caulker
04/06/2013 À 09:01