Getty Images

Griezmann et l’Atlético, le mariage était presque parfait

Griezmann et l’Atlético, le mariage était presque parfait

Le 15/05/2019 à 16:55Mis à jour Le 15/05/2019 à 21:25

LIGA - Mardi, Antoine Griezmann a annoncé sa volonté de quitter l’Atlético de Madrid à la fin de la saison. La fin d’une histoire de cinq ans où le Français a changé de dimension, entraînant les Colchoneros dans son sillage. Un mariage parfait philosophiquement qui restera marqué par les regrets de 2016.

Les larmes n’ont pas encore totalement séché. Mais les cœurs tricolores sont conquis. Été 2014 : révélation des Bleus au Mondial brésilien, Antoine Griezmann quitte le Maracana le cœur gros et les paumettes rougies. Mats Hummels et l’expérience allemande sont passés par là et le jeune gaucher vit la première grosse désillusion de sa carrière.

C’est aussi le premier tournant majeur de sa vie professionnelle : le même été, le Mâconnais quitte la Real Sociedad, son club formateur, pour rejoindre l’Atlético de Madrid, champion d’Espagne en titre, contre près de 30 millions d’euros. Cinq ans plus tard, le jeune homme s’est transformé en star mondiale, est devenu champion du monde et surtout le symbole de ces Rojiblancos, craints de toute l’Europe. Telle est l’histoire de Grizou. Et celle des Colchoneros. Car, dans ces cinq années de mariage, la fusion aura été complète.

Certes, l’Atlético n’est pas devenu un grand d’Europe sous l’impulsion de Griezmann. En 2014, les hommes de Diego Simeone avaient été à deux doigts - quelques secondes même - de réaliser un doublé Liga – Ligue des champions magnifique. Sergio Ramos, Gareth Bale et le Real Madrid en avaient décidé autrement.

Devant les Torres, Agüero ou Forlan

Il n’empêche, dès son arrivée, Griezmann devient le fer de lance des Madrilènes. Systématiquement meilleur buteur des Colchoneros, il porte sur ses épaules la responsabilité de marquer dans une équipe davantage louée pour ses mérites défensifs que pour sa flamboyance offensive. Et ça marche.

En cinq ans, l’Atlético n’aura jamais fait "pire" que troisième en championnat. En cinq ans, surtout, l’Atlético aura rempli son armoire à trophées d’une Ligue Europa, d’une Supercoupe d’Europe et d’une Supercoupe d’Espagne. Où Griezmann aura systématiquement eu un rôle majeur.

Le Français s’est d’ores et déjà invité dans la légende du club de la banlieue madrilène en devenant le cinquième meilleur buteur de l’histoire des Matelassiers, derrière quatre Espagnols (Luis Aragones, Adrian Escudero, Paco Campos, Jose Eulogio Garate). Mais devant les Fernando Torres, Sergio Agüero ou Diego Forlan. Ca vous pose un homme.

Antoine Griezmann, la légende de l'Atlético

2016, l’année maudite

Il y a les chiffres. Et il y a ce qui n’est pas quantifiable. A l’Atlético, Griezmann est devenu un autre homme, un tueur au sang froid à l’intelligence tactique que peu d'acteurs peuvent égaler sur la planète football. Sous l’impulsion de son pygmalion Diego Simeone, Grizou sera devenu l’un des cinq meilleurs joueurs actuels, en atteste sa régularité au plus haut niveau et ses deux podiums récents au Ballon d’Or qui auraient pu (dû ?) se convertir en statuette dorée.

C’est une véritable fusion qui est née de cette association en 2014. Car l’ailier feu-follet de ses débuts à la Real Sociedad va devenir le cerveau de cet Atlético un peu chiant mais terriblement efficace. Gestion des temps forts ou des temps faibles, positionnement du bloc médian ou capacité à sortir de sa zone de confort pour aider à la récupération : le "cerveau" Griezmann, pour reprendre l’expression de son coach argentin, symbolisait à merveille cet Atlético besogneux. Et, à l’heure du marketing mondial, il était la parfaite tête de gondole sexy d’une équipe qui ne l’était pas toujours.

Vidéo - Un an après, Griezmann et le choix de la raison

05:04

Mais l’histoire est finalement cruelle pour les Colchoneros et Simeone. Car en façonnant le Griezmann d’aujourd’hui, il espérait trouver l’arme de destruction massive leur permettant de ramener un trophée majeur dans leur escarcelle. Manque de chance pour eux mais bonheur immense pour Didier Deschamps, c’est avec les Bleus que la récompense suprême est arrivée, le 15 juillet dernier à Moscou, à l’issue d’un chef d’œuvre de finale.

Alors que retenir de ce mariage ? Une histoire magnifique mais qui aurait pu passer dans une autre dimension en 2016. Son doublé en quart de finale de Ligue des champions pour faire chuter le tenant du titre, le FC Barcelone, et son but de la qualif' face au Bayern en demie auraient mérité meilleur sort que cette finale perdue après ce penalty venu s’écraser sur la barre en première période et cette séance de tirs au but si cruelle. Jamais Grizou n’aura été si proche de décrocher le plus beau titre européen en club.

Antoine Griezmann embrasse la Ligue Europa

Antoine Griezmann embrasse la Ligue EuropaGetty Images

Pariez sur le Football avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313