Athletic Club

  • Comment en est-il arrivé là ?
Liga
Un nul qui n'arrange ni Barcelone ni Séville
04/10/2020 À 20:58

À vrai dire, il était difficilement concevable d'imaginer les Basques s'arrêter net après un premier match de championnat digne d'un rêve au scénario hollywoodien. Dans son enceinte de San Mamés, l'Athletic s'est coltiné d'entrée de jeu à un FC Barcelone orphelin de Lionel Messi. Solide comme un roc pendant toute la partie, le collectif des Leones s'est offert une victoire de prestige dans les arrêts de jeu grâce à un ciseau retourné somptueux de son doyen Aritz Aduriz (1-0). La suite ? Un match nul obtenu sur la pelouse de Getafe (1-1), une victoire dans le derby basque face à la Real Sociedad (2-0), un match nul et vierge à Majorque (0-0) et une nouvelle victoire à domicile contre le voisin du Deportivo Alavés (2-0). Le bilan est donc très positif : trois victoires à domicile, deux matchs nuls à l'extérieur et aucune défaite. Une recette suffisante pour permettre à l'Athletic Club de trôner sur la Liga grâce à une différence de buts favorable (+5) par rapport au Real Madrid (+4).

  • Est-il capable de maintenir le cap ?

Voir le club de Bilbao remporter une Liga après son dernier sacre obtenu en 1984, cela aurait une sacrée gueule. Dirigé depuis toujours par une politique axée sur le recrutement de joueurs nés au Pays basque ou ayant grandi dans la région, le club semble engagé dans un combat à armes inégales contre les mastodontes de la Liga que sont le Barça, le Real ou l'Atlético. Malgré tout, leur impressionnante imperméabilité défensive (un but concédé) révélée depuis le début de saison laisse penser que le club est capable de perdurer dans les hautes sphères du classement. Aussi, l'Athletic Club n'effectue aucune campagne européenne pour la saison 2019-2020 et voit donc son calendrier bien allégé par rapport à l'Espanyol Barcelone, Getafe, le FC Séville, le FC Valence et le géant à trois têtes. Voilà donc une raison de plus d'imaginer les hommes de Gaizka Garitano batailler pour le haut du panier cette saison. Si les cadres comme Iker Muniaín, Raúl Garcia, Iñaki Williams ne subissent pas de grave blessure et que le onze-type garde sa dynamique actuelle, l'Athletic pourrait bien terminer dans les places européennes à la fin de la saison. La cathédrale de San Mamés ne demande que ça.

https://imgresizer.eurosport.com/unsafe/0x0/filters:format(jpeg):focal(1643x514:1645x512)/origin-imgresizer.eurosport.com/2019/09/22/2681835.jpg

FC Grenade

  • Comment en est-il arrivé là ?

Il n'y a pas de hasard dans la réussite sportive, et le FC Grenade ne fait pas d'exception à la règle. Promu en Liga la saison dernière après avoir obtenu la deuxième place du classement de Liga Adelante derrière Osasuna, les Andalous ont démarré leur saison pied au plancher pour ne pas apparaître comme la victime expiatoire du championnat. Auteur d'un match spectaculaire pour aller chercher le point du match nul contre Villarreal (4-4), Grenade s'est inclinée à domicile contre le FC Séville (0-1) avant d'enchaîner trois succès avec la manière : une victoire sur le terrain de l'Espanyol Barcelone (0-3) puis en déplacement à Vigo (0-2), avant de faire tomber le Barça le week-end dernier à Los Carmenes (2-0). Les forces de l'équipe sont basées sur un jeu créatif par le biais de son joueur clé Antonio Puertas, un footballeur passé de la cinquième division à l'élite nationale avec El Graná, et dirigé par l'entraîneur Diego Martínez en poste depuis 2018. Passé sous la propriété de la société chinoise Link International Sports Limited depuis 2016, Grenade retrouve donc l'élite de manière explosive.

  • Est-il capable de maintenir le cap ?

L'argent ne fait pas le bonheur, et ce départ canon des Grenadins en Liga ne fait que confirmer cette expression bien connue. En revanche, imaginer Grenade accaparer une place européenne en fin de saison relève de la parfaite utopie. Pour cette saison, le club pourra compter sur une masse salariale maximale de 35 millions d'euros et un budget global de 60 millions d'euros. C'est mieux que le Real Valladolid, détenteur du plus petit budget de Liga pour cette nouvelle saison, mais cela s'arrête là. Ce début de saison en fanfare pour Grenade reste avant tout un moyen de prendre des points afin d'assurer un maintien le plus rapidement possible. Même si l'expérience de roublards comme Roberto Soldado à pointe de l'attaque joue actuellement en leur faveur, il est presque certain de voir Grenade lutter jusque dans les dernières journées pour se sauver de la menace d'une relégation.

https://imgresizer.eurosport.com/unsafe/0x0/filters:format(jpeg):focal(1281x718:1283x716)/origin-imgresizer.eurosport.com/2019/09/23/2682460.jpg

Real Sociedad

  • Comment en est-il arrivé là ?

Au moment de se pencher sur le mercato estival, la réussite de la Real Sociedad est tout sauf anodine. Durant l'intersaison, les Txuri-Urdin se sont renforcés avec des atouts de choix : Nacho Monreal pour occuper le couloir gauche de la défense, Diego Llorente pour s'occuper de la relance en défense centrale, Portu pour apporter une nouvelle cartouche offensive de qualité et le Norvégien Martin Ødegaard en chef d'orchestre du jeu de la Real. Malgré la grave blessure contractée par Asier Illarramendi à la fin du mois d'août, les résultats se sont améliorés à la suite de cette tuile : un match nul à Valence (1-1), une victoire à Majorque (0-1) et une défaite chez le voisin de l'Athletic Club (2-0) avant la convalescence du milieu récupérateur contre deux victoires, l'une à la maison contre l'Atlético de Madrid (2-0) et l'autre sur le terrain de l'Espanyol (1-3). Avec six points dans la poche sur ses deux derniers matchs, les Basques s'invitent in extremis dans le carré majeur de la Liga 2019-2020 après cinq journées.

  • Est-il capable de maintenir le cap ?

Absent depuis deux saisons consécutives des places européennes, la Real Sociedad aimerait bien réintégrer le gratin de la Liga. Sa dernière campagne de C1 remonte à la saison 2013-2014, une époque où Antoine Griezmann s'amusait à envoyer des retournés acrobatiques dans la cage d'Anthony Lopes au stade Gerland. Autant dire que du temps est passé depuis toutes ces années et la dynamique s'est elle aussi inversée. Pour faire partie des meilleures équipes espagnoles cette saison, l'Erreala va devoir conserver son excellent ratio à domicile et s'inspirer de sa copie presque parfaite rendue contre l'Atletico de Madrid. Les voir en Europe est loin d'être certain, mais cela reste imaginable avec des joueurs confirmés en Liga comme Willian José ou le sémillant Mikel Oyarzábal. Sur un petit nuage depuis le début de saison, Ødegaard assure pour son deuxième passage en Liga après avoir quitté le Real Madrid par la toute petite porte. Pour le Scandinave, l'heure de montrer la voie du succès est sans doute arrivée.

https://imgresizer.eurosport.com/unsafe/0x0/filters:format(jpeg):focal(1276x663:1278x661)/origin-imgresizer.eurosport.com/2019/09/14/2676463.jpg
Liga
Benzema ouvre son compteur, le Real retrouve la place de leader
04/10/2020 À 16:05
Liga
C'est (quasiment) le même Real… et il aura besoin du même Benzema
03/10/2020 À 14:16