Football
Liga

Les clés qui ont ouvert une voie royale au Real

Partager avec
Copier
Partager cet article

Thibaut Courtois et Sergio Ramos, lors de la victoire du Real sur le terrain de l'Espanyol

Crédit: Getty Images

ParVincent Bregevin
05/07/2020 à 04:58 | Mis à jour 05/07/2020 à 10:28
@VB_eurosport

LIGA - Avec six victoires en six matches, le Real Madrid a parfaitement réussi la première moitié du sprint final dans son duel avec le Barça pour la course au titre. L'équipe de Zinedine Zidane a su redevenir impériale depuis la reprise. Avec un brin de réussite, mais certainement pas par hasard.

On vous avait prévenus. Le sprint final, c'est le domaine de Zinedine Zidane. Le passé parlait pour lui. Le présent également. Avec six victoires en six matches, son Real a signé un carton plein depuis la reprise. Avant, il avait deux longueurs de retard sur le Barça dans la course au titre. Il en a désormais quatre d'avance. Les difficultés rencontrées par le club catalan expliquent en partie pourquoi la Maison Blanche lui a repris un point par match en moyenne dans la première moitié de cette dernière ligne droite. Mais s'il est désormais sur une voie royale pour aller chercher le titre, le club merengue le doit d'abord à lui-même.

Une défense de fer

Liga

Zidane sur l'éventuel départ de Messi du Barça : "On ne le souhaite pas"

03/07/2020 À 06:47

C'est souvent la clé du succès et c'était déjà son point fort cette saison. La pause n'a pas altéré la solidité défensive du Real. Sur les six matches disputés depuis la reprise, la formation madrilène n'a concédé que deux buts. Ils sont d'ailleurs assez anecdotiques. Face à Eibar, l'équipe de Zidane avait déjà trois longueurs d'avance quand la réalisation de Pedro Bigas est venue sanctionner son relâchement en seconde période (3-1). Et à San Sebastian, la réduction de l'écart par Mikel Merino a seulement donné quelques sueurs froides en fin de match à un Real qui avait auparavant pris soin de faire le break face à la Real Sociedad (1-2).

Sinon, la défense merengue s'est montrée intraitable. Aussi parce que Zidane y touche très peu. Thibaut Courtois, Dani Carvajal, Raphaël Varane, et Sergio Ramos ont démarré chacun des six matches depuis la reprise. Seul Karim Benzema est dans le même cas sur les autres secteurs de jeu. A gauche, c'est l'alternance entre Marcelo et Ferland Mendy qui débutent un match sur deux. Une rotation très légère qui ne nuit pas au rendement défensif du Real. Hormis Mendy, arrivé l'été dernier, tous les hommes de l'arrière-garde madrilène évoluent ensemble depuis plusieurs années. Cela se sentait déjà sur la première moitié de saison. C'est encore plus criant dans ce sprint final.

Real Madrid - Zidane sur Varane/Ramos : "C'est la meilleure doublette de l'histoire du club"

00:00:45

Choix payants et coaching gagnant

La rotation, justement. Dans cette période particulièrement indigeste avec des matches tous les trois jours, Zidane n'a jamais aligné la même équipe d'une rencontre à l'autre. Face à Valence, pour le deuxième match après la reprise, il s'était contenté de deux changements dans son onze de départ par rapport à la victoire sur Eibar (3-1). Depuis, il oscille entre trois et quatre modifications entre deux matches, essentiellement au milieu et en attaque où la fraîcheur physique est plus cruciale que dans le secteur défensif.

Changer grosso-modo un tiers de l'équipe d'une rencontre à l'autre peut s'avérer problématique pour garder la même qualité collective. Mais Zidane a limité cette rotation à un noyau de 16 joueurs dans la composition de son onze de départ pour en atténuer les effets pervers. Les automatismes restent et l'entraîneur madrilène peut se contenter de petits ajustements selon le scénario de la rencontre. Jeudi face à Getafe, il a ainsi su donner un second souffle salvateur à sa formation en lançant Marco Asensio, Federico Valverde et Rodrygo peu après l'heure de jeu. Un coaching gagnant qui valide aussi ses choix dans le turn-over de son effectif.

Zinedine Zidane donne ses consignes durant le "cooling break" lors de Real-Getafe

Crédit: Getty Images

Force de caractère et brin de réussite

Ce match face à Getafe en a aussi dit long sur l'état d'esprit qui anime le Real. Ils ont rarement été mis autant en difficulté cette saison. S'ils sont sortis vainqueurs de cette confrontation, c'est aussi sur le mental. Les hommes de Zidane sont en mission commando. Ce n'est pas toujours brillant dans le jeu, mais ils mordent dans chaque match comme s'il s'agissait d'une finale. Et surtout, ils savent plier sans rompre. "La clé, ce sont les joueurs, reconnaissait l'entraîneur madrilène après la victoire face aux voisins de la banlieue madrilène. Ce sont eux qui sont sur le terrain et ils savent qu'il y des moments compliqués. Sans souffrir, on ne peut pas obtenir grand-chose dans le football."

On retrouve le pragmatisme qui avait tant symbolisé le Real dans la dernière année de son premier mandat en 2018. On retrouve aussi ce brin de réussite si déterminant dans le "money-time". Plusieurs décisions arbitrales litigieuses sont allées dans le sens du Real sur des moments-clés. Notamment dans le match face à la Real Sociedad avec un but contestable accordé à Karim Benzema juste après celui refusé à Adnan Januzaj pour un hors-jeu de position qui a fait débat. La chance sourit à la Maison Blanche depuis la reprise, c'est certain. Mais c'est aussi parce que le club merengue a su la provoquer.

Tous ces ingrédients mis bout à bout expliquent comment le Real a parfaitement négocié la première moitié du chemin vers le titre de champion d'Espagne. Reste la deuxième, avec un calendrier moins favorable. Sur ses six premiers matches depuis la fin de l'interruption de la Liga, il a évolué quatre fois à domicile. Sur les cinq derniers avant le verdict, il se déplacera à trois reprises. La formation madrilène reste perfectible. Notamment en attaque, où son rendement dépend essentiellement de Karim Benzema et de… Sergio Ramos. Mais cela ne l'a pas empêché de trouver la recette pour tracer une voie royale vers le titre. Le Real sait ce qu'il lui reste à faire pour aller au bout et savourer ce festin tant attendu.

Karim Benzema félicite ses coéquipiers face à l'Espanyol

Crédit: Getty Images

Super League suisse

Les Young Boys sacrés pour la troisième saison consécutive, un blessé lors des célébrations du titre

01/08/2020 À 11:23
Ligue 2

Cinq cas de coronavirus à Guingamp, le club suspend sa préparation estivale

30/07/2020 À 14:19
Dans le même sujet
FootballLigaReal MadridAthletic Club
Partager avec
Copier
Partager cet article