1,173 milliard d'euros de dette ! Cela semble fou. Alors que le FC Barcelone peut encore se gausser d'avoir généré le plus de revenus sur la planète football la saison dernière avec 715.1 millions de recettes selon le cabinet d'audit anglais Deloitte, les Blaugrana ont révélé dans leur bilan économique 2019-2020 avoir une dette "à court terme" de 730,6 millions d'euros. Pire, le Barça a glissé que sa dette totale s'élevait à 1,173 milliard d'euros !
Ces chiffres donnent le tournis. Malgré ses revenus colossaux, le club de Lionel Messi, qui doit notamment près de 200 millions d’euros à une vingtaine de clubs espagnols et étrangers, est clairement dans le rouge sur le plan financier. Cette situation économique ne vient cependant pas de nulle part. Et comme souvent avec le Barça, la Remontada contre le PSG n'est pas très loin. Si elle a marqué au fer rouge les Parisiens, elle n'a pas fait que du bien au club catalan. Explications d'une lente glissade dans les abysses d'une dette déconcertante.
Liga
Il est de retour : Laporta nouveau président du Barça
IL Y A 7 HEURES

8 mars 2017 : La Remontada comme tournant

Avec un Neymar de gala, le FC Barcelone écrit l'histoire cette nuit-là au Camp Nou face au PSG en huitième de finale de la Ligue des champions. Le Barça réussit l'exploit d'effacer le 4-0 du match aller en s'imposant 6-1, suite à un doublé de Neymar (88e, 91e) et un dernier but de Sergi Roberto (95e). Une nuit mémorable qui a… laissé des traces. Mais pas forcément celles qui viennent en premier à l'esprit.
Le double champion d'Espagne en titre se fait ensuite éliminer par la Juventus Turin en quart de finale et voit le Real Madrid s'installer sur le toit de l'Europe mais aussi lui prendre son titre en Liga. Le Barça ne le sait pas encore. Mais un tournant a bien eu lieu ce soir du 8 mars 2017. Et pas comme il l'espérait.

Neymar lors de Barcelone - PSG, Ligue des champions League 2016/2017

Crédit: Getty Images

17 juillet 2017 : Des recettes records et une dette qui… diminue

Tout va encore pour le mieux pour les comptables du club. Le FC Barcelone annonce des chiffres records avec 708 millions d'euros de recettes pour l'exercice économique 2016-17. Cerise sur le gâteau : le club catalan est parvenu à réduire sa dette. Elle a diminué de 24.5 millions d'euros pour atteindre les 247 millions. C'est encore beaucoup. Mais étant donné les revenus impressionnants pour l'époque, tous les voyants sont au vert. Et les dirigeants blaugrana s'en félicitent.

2 août 2017 : Neymar claque la porte

Cet été 2017, la MSN vole en éclats. Visiblement marqué par les retombées médiatiques de la Remontada quand il s'est aperçu qu'il ne récolterait pas tous les lauriers tant qu'il resterait dans l'ombre de son grand ami Lionel Messi, Neymar décide de changer d'air. Avide de revanche, le PSG se l'offre contre les 222 millions de sa clause de départ. Et plonge le Barça dans le doute sur le plan sportif. Mais pas seulement.

25 novembre 2017 : Messi prolonge pour un salaire colossal qui pose aujourd'hui question

La direction catalane se devait d'envoyer un message fort à ses socios. Neymar parti, le club catalan s'assure la présence de sa star Lionel Messi pour les prochaines années. A un an du terme de son contrat, la Pulga s'engage jusqu’en juin 2021. Jusque-là, tout va bien. Sauf que le Barça accepte de lui donner un salaire démentiel à la clef pour en faire le joueur de football le mieux payé au monde. L'Argentin, qui gagnait déjà 23 millions d'euros par an depuis 2014, fait ainsi une sacrée culbute.
Si les premiers chiffres annoncent un salaire annuel net de 40 millions d'euros, le sextuple ballon d'Or toucherait ainsi en fait 92 millions de dollars pour la saison 2020-21, soit 76 millions d'euros selon le magazine de Forbes. De quoi faire bondir la masse salariale du club. Et poser quelques soucis. "Dans la situation actuelle du club, son salaire est intenable", a résumé Emili Rousaud, qui était alors candidat à la présidence du club à As en décembre dernier.

8 contrats et un salaire multiplié par 50 : comment Messi a piégé le Barça

6 janvier 2018 : Le transfert de Coutinho, symbole des folies dépensières sur le marché

Pour compenser la perte retentissante de Neymar, le FC Barcelone sort le chéquier comme jamais. A la fin de l'été 2017, Ousmane Dembélé a déjà débarqué contre la modique somme de 145 millions d'euros. Et le 6 janvier 2018, le Barça frappe encore très fort : il fait de Philippe Coutinho le troisième transfert le plus cher de l'histoire en l'arrachant à Liverpool contre 120 millions d'euros (+ 40 de bonus).
Si cette transaction n'a pas porté ses fruits sur le plan sportif (et c'est un doux euphémisme), elle est encore bien présente dans les comptes du club : les Blaugrana doivent encore à l'heure actuelle 70 millions d'euros aux Reds (30 millions à court terme, 40 millions dans un second temps).

Masia, mercato, Messi tout-puissant : Comment le Barça a dilapidé son fantastique héritage

12 juillet 2019 : Griezmann et une masse salariale qui ne fait que croitre

Depuis des années maintenant, le FC Barcelone ne se montre pas très inspiré sur la planète mercato. Les Coutinho (120 millions + 40 de bonus), Dembélé (130 M€), Paulinho (40 M€), Semedo (35 M€) et autres Malcom (41 M€) ou Arthur (31 M€) n'ont ainsi pas vraiment réussi à faire le bonheur des Catalans et faire oublier le départ de Ney. Ce 12 juillet 2019, le Barça espère donc chasser les vieux fantômes en prenant l'option Griezmann, même s'il y a des doutes sur sa compatibilité avec Lionel Messi et Luis Suarez. Pour 120 millions d'euros et quelques mois après la signature de Frenkie de Jong contre 75 millions, le champion du monde français rejoint le Camp Nou.
Fort de ses revenus aptes à rassurer plus d'une banque, le Barça n'a plus de mesure pour tenter de retrouver sa splendeur perdue en Europe. En février, le club avait d'ailleurs souscrit deux emprunts de 140 millions d'euros auprès de fonds d'investissement pour être libre d'effectuer ce genre d'opérations sur le marché des transferts. Griezmann hérite forcément lui aussi d'un joli salaire à la clef (23.3 millions pour la saison 2020-2021 selon Sportune). Un de plus alors que le club barcelonais était déjà en janvier 2019 la formation avec la masse salariale la plus importante, selon le cabinet KPMG Football Benchmark.
Depuis l'augmentation de Messi, la masse salariale du club (joueurs plus staff) ne cesse en fait de grimper. Estimée selon KPMG à 257 millions d'euros en 2011-2012 (soit la 53% des revenus du club à l'époque), elle est passée à 397 millions d'euros en 2016-2016 (62% des revenus) avant de s'envoler : 562 en 2017-2018 (81% de revenues) puis 576 en 2018-2019 (70%). Et ça ne s'arrange pas. “La masse salariale de tous les joueurs professionnels du Barça représente 74% des recettes", déplore encore le quotidien El Mundo après la publication du bilan économique 2019-2020.

Griezmann a-t-il encore un avenir au Barça ?

2020 : La pandémie du Covid-19 enfonce le clou

Tous les clubs l'ont pris de plein fouet. Mais ceux déjà dans le rouge en subissent forcément les conséquences de manière plus frontale. Le FC Barcelone en est l'exemple parfait. Durant cette année singulière marquée par la crise liée à la pandémie du Covid-19, le club catalan a forcément vu ses revenus chuter. Avec notamment l'absence de billetterie, le Barça n'a pas atteint ses objectifs et a enregistré 855 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2019-2020, soit 203 millions de moins que le montant prévu.
"Le FC Barcelone est l'un des grands clubs qui souffre le plus du Covid-19. Il n'y a pas de public, pas de tourisme… ", a expliqué l'entraîneur Ronald Koeman mardi en conférence de presse. Le souci, c'est que pendant ce temps-là les dépenses n'ont pas vraiment baissé. Que la situation ne cesse de se prolonger. Et que le club se retrouve plus que jamais dans une situation catastrophique.

FC Barcelone, 2020

Crédit: Getty Images

Liga
Simeone : "Vous imaginiez qu'on allait gagner la Liga avec 20 points d'avance ?"
IL Y A 9 HEURES
Liga
Madrid n'a pas trouvé son roi, l'Espagne non plus
IL Y A 11 HEURES