L'incendie avait fini par s'éteindre, en mars dernier, lorsque Joan Laporta était officiellement redevenu président du FC Barcelone. Puisque le désastre du dernier mandat de son prédécesseur, Josep Maria Bartomeu, fut la principale raison pour laquelle Lionel Messi avait réclamé son transfert l'été dernier, le passage définitif à une nouvelle ère avait fini par tarir l'hypothèse d'un départ de la star argentine. Oui mais voilà, il y a de nouveau le feu à la maison Barça.
Depuis le 30 juin 2021, 23h59, le sextuple Ballon d'Or n'est plus contractuellement lié à son club de toujours. Cette donne ne change foncièrement rien aux négociations entamées depuis des semaines entre les deux camps. Mais elle démontre, tout de même, à quel point la situation est complexe. Il ne suffit pas de vouloir, pour faire. Même pour Joan Laporta, dont les rapports entretenus avec l'Argentin et son entourage seraient pourtant sains et cordiaux.

Lionel Messi (FC Barcelone), le 8 mai 2021

Crédit: Imago

Liga
Merci Memphis : le Barça gagne sur le gong à Villarreal
IL Y A 4 HEURES
Il faut dire que le contexte sportif n'aide pas : "La Pulga" dispute actuellement la Copa América avec sa sélection, au Brésil. Et s'il parvient enfin à mener l'Albiceleste au bout, son retour en Catalogne devrait être repoussé à la fin du mois de juillet au plus tôt. La direction barcelonaise, elle, aurait préféré que l'affaire soit bouclée avant le 1er juillet. Question de symbole : pour la première fois depuis 2000 et un contrat signé à la hâte sur une serviette, Lionel Messi n'est plus un joueur du Barça, sur le papier. Ça fait tâche.
Si le club catalan en est arrivé là, c'est parce que son armée d'avocats n'a pu trouver la solution à une équation qui donnerait des cheveux blancs aux étudiants de maths sup. Économiquement, les Blaugrana sont pieds et poings liés. Ils ne peuvent offrir plus - 74,9 millions d'euros net par an, hors droits d'image, selon le très sérieux El Mundo - à la star argentine. Ils ne peuvent même plus en offrir... autant.

Le Barça dépasse le plafond

"Tout se passe bien, il veut rester et nous faisons tous les efforts possibles pour que ce soit le cas, assurait le pompier Laporta sur Onda Cero, jeudi. Mais nous devons trouver un équilibre avec le fair-play financier." En réalité, avant de se confronter au "FPF" de l'UEFA, plutôt permissif depuis la crise liée à la pandémie, la direction barcelonaise doit d'abord satisfaire le gendarme financier... de la Liga.
Le mastodonte espagnol vit sous une dette atteignant 1,173 milliard d'euros selon son bilan économique de la saison 2019-2020. Le chiffre, colossal, est tout de même moins menaçant qu'il n'y paraît, puisque le club semble toujours avoir la confiance de créanciers.

Officiellement, Lionel Messi n'est plus un joueur du FC Barcelone

Crédit: Imago

Il y a quelques semaines, ESPN révélait que Joan Laporta avait obtenu un crédit de 500 millions d'euros auprès d'une banque d'investissement américaine anonyme. Pas rien. Il n'empêche, ces montants ne cessent de mettre en exergue les déficits structurels du club, creusés par des années de mauvaise gestion et, surtout, une masse salariale qui n'a cessé de gonfler.
L'obstacle est majeur, la Liga imposant des plafonds de masse salariale à chaque équipe du championnat. Celui du Barça s'élève à 350 millions d'euros. Problème, le club catalan n'a pas été capable de réduire suffisamment les émoluments de ses joueurs pour ne plus dépasser cette limite.

Respecter les règles... en les contournant ?

"Dans ce cas, nous avons une règle spéciale, expliquait Javier Tebas, le président de la Liga, à Onda Cero. Le club devra maintenant recruter des joueurs qui ne représentent que 25% des économies. Autrement dit, si le Barça vend un joueur pour 100 millions d'euros, seuls 25 millions d'euros pourront être dépensés par la suite. Si Barcelone veut s'offrir un joueur qui lui coûte 25 millions de salaire, il doit récupérer 100 millions d'euros soit grâce à une vente, soit grâce à une réduction de salaire de 100 millions d'euros."
Pour l'instant, le Barça n'a encaissé que 8,5 millions d'euros avec le transfert définitif de Jean-Clair Todibo à Nice. Mais il a surtout enregistré l’arrivée d'Emerson Royal pour 9 millions d'euros, ainsi que celles de Memphis Depay, Sergio Agüero et Eric Garcia, libres et ayant accepté un salaire réduit.

Reverra-t-on Messi sous le maillot du Barça ?

Le Barça est-il dans l'impasse ? Pour respecter les règles, sa solution pourrait être de les contourner, en compensant la perte salariale de Messi avec des recettes de sponsoring. Ou en tentant de différer une partie du règlement jusqu'à son après-carrière de joueur de football, pourquoi pas grâce à un rôle d'ambassadeur du club. Après cela, les Blaugrana devront aussi s'attaquer à l'épineuse question de la durée du nouveau contrat, ainsi qu'aux droits à l'image de l'Argentin, sur lesquels le clan du joueur a entièrement la main.
Afin de débloquer la situation, le quotidien catalan Sport révélait qu'une réunion "importante" entre Joan Laporta et Javier Tebas était prévue, ce vendredi matin. Le patron du FCB n'a qu'un atout dans son jeu : après les départs de Neymar et Cristiano Ronaldo, Lionel Messi est la dernière star d'envergure planétaire en Liga. Le championnat espagnol ne peut plus se permettre de perdre une autre partie de son attractivité. Et depuis le 30 juin, le risque est un peu plus grand.
Liga
Rénovation du Camp Nou : les socios du Barça décideront le 19 décembre
HIER À 20:04
Liga
Pedri remporte le Golden Boy 2021
22/11/2021 À 14:58