Getty Images

OL - OM, une certaine idée de la constance

OL - OM, une certaine idée de la constance

Le 20/05/2019 à 10:45Mis à jour Le 20/05/2019 à 21:00

LIGUE 1 - Lyon et Marseille sont dans leurs standards cette saison encore. Les deux Olympiques jouent la carte de la continuité. Dans le haut du panier pour l'OL, dans la médiocrité pour l'OM.

Le grand four du Big Four. La saison passée avait semé une promesse. Celle d'une Ligue 1 forte, tractée par un quatuor de gros bras prêts à se tirer la bourre pendant dix mois. Un an plus tard, l'idée a vécu. Deux locomotives ont largement décroché. Monaco, 16e, n'est pas encore mathématiquement sauvé et Marseille, 6e, est officiellement hors course pour l'Europe. Restent le PSG, bien sûr, et Lyon, malgré tout. La Ligue 1 ne peut pas s'accrocher à un Big Four, à une élite qui lui permettrait de mieux appréhender les compétitions européennes et vendre ses droits. Parce qu'il est une illusion.

A y regarder de plus près, cette saison n'est pas si exceptionnelle. Au-delà du titre parisien, elle a figé Lyon et Marseille dans les rôles qu'ils jouent depuis des années déjà. Les deux clubs partagent un point commun : une propension certaine à s'offrir des crises, de vrais gros moments de tension durant la saison. Ce qui les sépare et dessine leurs ambitions depuis plusieurs années désormais ? Leur façon de l'appréhender. L'OL a côtoyé le vide cette saison. Après une série de trois défaites dont une piteuse élimination en demi-finale de Coupe de France à domicile, Lyon a bien cru imploser. Mais Lyon n'implose jamais parce qu'il sait comment aborder les crises et les surmonter.

Vidéo - Départs en pagaille, mercato en suspens : le chantier estival de l’OM ressemble à un champ de ruines

06:51

Les crises dopent l'OL et avalent l'OM

Un mois plus tard, la place sur le podium, objectif prioritaire de la saison, est verrouillée. Bruno Genesio a choisi de prendre la porte mais l'OL s'est évité une crise sportive parce qu'il est sûr de sa force. L'institution a toujours été plus grande que les soubresauts qu'elle a subis ces dernières années. Ce fut le cas l'an passé où le podium s'est dérobé jusqu'à la 32e journée. L'OM, lui, a choisi de faire confiance à Rudi Garcia jusqu'au bout mais ne s'est pas épargné une énième saison sans éclat. Parce que Marseille ne sait pas s'extirper des crises et qu'elles finissent par engloutir le club. L'an passé avait collé quelques frissons au Vélodrome qui s'était remis à y croire. Mais le podium avait fini par lui filer entre les mains. Comme depuis six ans.

Vidéo - L’OM n'a plus d'argent et ressort la carte jeunes : l’idée est bonne mais…

01:58

Depuis 2013 et la place de dauphin accrochée par Elie Baup et ses hommes, les standards les plus hauts de l'OM correspondent aux plus bas de l'OL. Et les Phocéens n'ont plus jamais fini un exercice devant les Gones. L'arrivée de Franck McCourt et le retour d'une vraie ambition sur le marché des transferts n'ont pas changé la nature du problème. De la haute direction jusqu'aux joueurs, il manque un cap clair, une direction. Les nouveaux propriétaires avaient tenté d'en fixer une un peu artificiellement, avouons-le : le Champions Project. Un coup marketing qui ne correspondait ni à la réalité d'alors et peut-être encore moins à celle d'aujourd'hui.

L'OM construit sur du sable, l'OL sur ses certitudes

Deux ans et demi sont passés, le projet n'existe plus, Marseille construit sur du sable, son déficit se creuse et personne ne sait où va le club. Année après année, Lyon s'appuie sur son modèle vertueux et, comme chaque été, va copieusement garnir ses caisses en vendant quelques-unes de ses plus belles promesses, en attendant tranquillement les prochaines.

La saison dernière avait dessiné une vraie lutte, intense. Les clubs se disputaient les mêmes joueurs sur le marché des transferts (Dembélé pour ne citer que lui). Aujourd'hui, l'avenir marseillais est beaucoup trop sombre pour continuer de comparer les deux Olympiques. Le fossé ne se creuse pas forcément, il existe depuis plusieurs saisons. Et l'OM semble de plus en plus incapable de le combler.

Lyon's French forward Moussa Dembele reacts after scoring during the French L1 football match between Olympique Lyonnais and Caen on May 18, 2019, at the Parc Olympique Lyonnais stadium in Decines-Charpieu, central-eastern France.

Lyon's French forward Moussa Dembele reacts after scoring during the French L1 football match between Olympique Lyonnais and Caen on May 18, 2019, at the Parc Olympique Lyonnais stadium in Decines-Charpieu, central-eastern France.Getty Images

Pariez sur le Football avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0