Eurosport

Memphis quatre étoiles, craquage nîmois, la muraille Gurtner : les tops et les flops de samedi

Memphis quatre étoiles, craquage nîmois, la muraille Gurtner : les tops et les flops de samedi
Par Eurosport

Le 11/11/2018 à 10:58Mis à jour Le 11/11/2018 à 18:21

LIGUE 1 - Deux buts et deux passes pour un lumineux Memphis Depay, deux rouges et un nouveau couac à domicile pour le Nîmes Olympique ou encore le match impérial de Régis Gurtner dans le but amiénois, voici les tops et les flops des matches de samedi dans cette 13e journée.

Les tops

Depay, Docteur absent et Mister But

Incorrigible Memphis Depay. Titularisé par Bruno Génésio face à Guingamp, le Néerlandais a encore soufflé le très froid et le très chaud. Mauvais pendant une heure, au point de devenir un boulet pour le collectif rhodanien, l'attaquant a ensuite mis la machine en marche avec la manière et ce doublé. Sur l'année civile 2018, Depay est impliqué sur 28 buts en Ligue 1 (16 buts, 12 passes décisives). Cela fait de lui l'homme le plus décisif du championnat. Pour donner un ordre de comparaison, Neymar est à l'origine de 25 buts (17 réalisations, 8 passes décisives), Kylian Mbappé est à 19 buts (14 réalisations, 5 passes décisives).

Debuchy, défenseur à tout faire

Mathieu Debuchy, c'est l'homme qui veut du bien à l'AS Saint-Etienne. Déjà buteur la semaine dernière face à Angers, le défenseur de 33 ans a remis ça face au Stade De Reims, samedi soir, toujours à Geoffroy-Guichard. En 2018/2019, Debuchy pèse deux buts - inscrits à domicile - et deux passes décisives délivrées, elles, à l'extérieur face à Nîmes (1-1, 11e journée) et Strasbourg (1-1, 2e journée). Précieux pour un club aspirant à l'Europe. De bon augure avant le Derby face à l'OL surtout.

Les défenseurs du SCO aiment scorer

Dixième attaque de Ligue 1 avec 17 buts, Angers compte sur l'intégralité de son effectif pour trouver l'ouverture. Et c'est une force. Sur ses sept dernières réalisations en championnat, le SCO a été délivré par ses défenseurs à quatre reprises. Mateo Pavlovic (Saint-Etienne), Ismaël Traoré (Stade de Reims) et Romain Thomas (Strasbourg et Montpellier) ont permis à Angers de marquer dernièrement. Le but marqué par Romain Thomas face au MHSC est lui plus important que les autres : il a permis au SCO de mettre fin à une série de cinq rencontres sans succès. A l'heure où les points se font rare, Stéphane Moulin peut compter sur une équipe forte sur les coups de pied arrêtés. C'est un luxe.

La muraille Gurtner

Avec Memphis Depay, mais dans un autre registre, c'est l'homme du jour en Ligue 1. Régis Gurtner a écœuré à lui seul le Téfécé au Stadium. Si Amiens a décroché en Haute-Garonne son premier succès de la saison en déplacement, le club picard le doit en grande partie à son ange gardien, absolument exceptionnel samedi. En première période, c'est lui qui a maintenu à flots son équipe, au plus fort de la domination toulousaine. Un vrai mur, dans tous les registres, avec notamment deux sauvetages sur des tentatives à bout portant. Et quand il y a à nouveau eu le feu en toute fin de match, Gurtner a encore fait bonne garde. Une performance trois étoiles, pour trois points qui valent cher.

Regis Gurtner (Amiens) a sorti le grand jeu à Toulouse

Regis Gurtner (Amiens) a sorti le grand jeu à ToulouseGetty Images

Les flops

Nîmes ne répond plus aux Costières

Le feu d'artifice estival a fait long feu. Le 19 août, les Costières étaient en fête. Pour son retour dans l'élite, le Nîmes Olympiques avait alors offert un récital contre l'Olympique de Marseille (3-1). Depuis, les Crocos ont joué cinq fois à domicile en Ligue 1, pour un bilan médiocre : trois nuls et deux défaites, la dernière en date samedi soir face à Nice (0-1). Les Gardois se sont punis tout seuls en manquant de maîtrise en première période. Ils l'ont payé avec deux cartons rouges. Deux expulsions en une seule mi-temps, voilà qui n'était plus arrivé en L1 depuis près de six ans. Nîmes glisse dangereusement au classement (15e). Le promu va jouer cinq de ses huit prochains matches à domicile. Mais est-ce vraiment une bonne nouvelle ?

Montpellier revient sur terre

Fin de l'euphorie héraultaise. Provisoirement, au moins. Après une formidable série de onze matches sans défaite, Montpellier a buté à Angers (1-0), subissant sa première défaite de la saison hors de ses bases. Rien de dramatique, tout comme la perte du statut de dauphin du PSG. C'est anecdotique. Ce qui l'est moins, c'est le menu ultra copieux qui attend les Héraultais après la trêve. Ils reprendront par un match à domicile contre Rennes, puis ce sera l'infernal mois de décembre, sur le papier en tout cas : déplacement à Monaco, réception de Lille, voyages à Paris puis Nantes et enfin match à la Mosson contre Lyon juste avant Noël. Dans cette optique, un petit point en Maine-et-Loire n'aurait pas été superflu.

Ndombele, hors sujet

Si l'Olympique lyonnais a fini par prendre la mesure de Guingamp dans le sillage d'un grand Memphis Depay, tout n'a pas été parfait, à l'image d'un Tanguy Ndombele très décevant. A 48 heures du rassemblement des Bleus à Clairefontaine, le milieu de terrain des Gones n'a pas vraiment marqué les esprits contre son club formateur. Beaucoup de déchet dans le jeu, et une attitude qui laisse songeur. On l'a plus souvent vu marcher que courir. Bruno Genesio l'a logiquement sorti juste avant l'heure de jeu, ce qui n'a pas eu l'air de lui plaire...

Tanguy Ndombele, Etienne Didot, En Avant Guingamp - Olympique Lyonnais

Tanguy Ndombele, Etienne Didot, En Avant Guingamp - Olympique LyonnaisGetty Images

Guingamp, ou le cauchemar du deuxième acte

Si les matches s'arrêtaient à la mi-temps, Guingamp ne serait pas lanterne rouge. Mais les Bretons ont pris une très sale habitude : celle de s'effondrer après la pause. Sur les 28 buts concédés par les Guingampais en 13 journées, 22 l'ont été en seconde période, soit 78,5% du total de buts encaissés. Samedi, face à Lyon, Guingamp menait à la pause (1-0) avant de boire la tasse. Comme face au PSG en tout début de saison. Comme à Marseille, où En Avant tenait le nul à la mi-temps avant de s'écrouler (4-0). C'est la troisième fois cette saison que le club breton prend quatre buts dans les 45 dernières minutes, et la deuxième consécutive puisque ce fut déjà le cas à Nantes le week-end dernier.

Toulouse, l'épreuve par neuf

Etat d'urgence du côté de Stadium. Défait à domicile par un Amiens, 18e, sans victoire à l'extérieur depuis le début de la saison, et donc venu tenter un braquage, le Toulouse Football Club a enchaîné avec un neuvième match sans victoire en championnat. Le bilan du TFC, maladroit samedi soir face aux Picards, est pauvre depuis le 1er septembre, date de son dernier succès : 5 défaites, 4 nuls, 4 buts marqués, 16 encaissés. A l'heure actuelle, seul Monaco, 19e, fait pire avec ses onze rencontres sans victoire. Toulouse navigue aux côtés de Dijon, qui reste également sur neuf rencontres sans succès.

0
0