Getty Images

Qui est Bakker, le nouveau latéral néerlandais du PSG ?

Qui est Bakker, le nouveau latéral néerlandais du PSG ?

Le 09/07/2019 à 14:58Mis à jour Le 09/07/2019 à 14:59

TRANSFERTS - Le Paris Saint-Germain a annoncé le recrutement ce dimanche du latéral gauche Mitchel Bakker. S’il n’arrive pas pour être titulaire dans l’effectif important du club francilien, sa progression sera scrutée évidemment en France mais aussi aux Pays-Bas où des questions demeurent sur son évolution.

La saison 2018-2019 a été le premier coup de frein dans la carrière de Mitchel Bakker. Jusque-là sur une trajectoire ascendante, accédant à Jong Ajax (la réserve, évoluant en D2 néerlandaise, ndlr) dès ses 17 ans, le jeune latéral néerlandais a vu sa progression être quelque peu freinée. Rien d’anormal ni de rédhibitoire, puisque les jeunes joueurs connaissent souvent des périodes plus compliquées et tout n’est pas toujours parfait, notamment en terme de régularité, à cet âge. Il n’y a donc pas de quoi s’alarmer, d’autant que ses performances n’ont pas non plus été catastrophiques. Les observateurs et ses formateurs attendaient simplement un peu plus de lui, à ce moment de son évolution.

L’annonce de son départ a eu une conséquence majeure : elle a rebattu les cartes concernant sa situation de latéral gauche numéro 1 avec la réserve de l’Ajax. Entre la fin du mercato et la fin de saison, il n’a joué que six rencontres pour trois titularisations. Le polyvalent Jurrien Timber et Boy Kemper se sont ensuite partagés le poste. En manque de temps de jeu, il a néanmoins reçu la confiance du sélectionneur des U19 néerlandais qui l’a appelé courant mars pour deux matches internationaux. Un signe que le garçon a du talent.

Mitchel Bakker - Ajax Amsterdam

Mitchel Bakker - Ajax AmsterdamGetty Images

Doué balle au pied, plus en difficultés sans ballon

Le profil technique de ce jeune joueur est assez rare. Pour un latéral, il est grand (1m85) et très rapide malgré cette taille imposante. Doté d’un excellent pied gauche, il n’a aucun mal à participer à la construction du jeu de son équipe, à l’image de la quasi totalité des défenseurs formés à De Toekmost. Bakker a déjà évolué en défense centrale, mais il le concède lui-même, il n’aime pas du tout ce poste. Son jeu aérien déficient est certainement un motif de désagrément dans un poste où on est sollicité dans ce domaine. En fin de saison contre le leader Twente et son dauphin le Sparta Rotterdam, il a même dépanné au poste de latéral droit. Une expérience à oublier.

Bakker possède un jeu long de grande qualité. Il est capable de renverser le jeu sur 40 ou 50 mètres sans problème ou de trouver ses attaquants lancés en profondeur grâce à des ballons par dessus la défense adverse. Porté vers l’avant par sa formation au club, il est à l’aise techniquement et n’hésite pas à s’appuyer sur des relais à l’intérieur du jeu avant de solliciter un ballon sur son côté.

Le jeune latéral affiche à l’inverse des lacunes dans sa compréhension du jeu sans ballon, et notamment dans son positionnement et la gestion de son adversaire direct sur des transitions rapides subies. Il réussit à compenser grâce à sa pointe de vitesse et son dynamisme une fois lancé, mais cette "tactique" a ses limites au plus haut niveau. Il est souvent en retard dans la couverture de la profondeur et doit progresser dans sa lecture du jeu où son temps de réaction est pour le moment problématique.

  • L’avis de son sélectionneur national en U17

"Mitchel est un garçon très dense physiquement et malgré tout explosif. Il a également joué quelques matches comme défenseur central, axe gauche. Il est à l’aise ballon au pied, peut rester dans une position assez basse, mais aussi profiter de sa pointe de vitesse dans des attaques rapides. Il doit encore progresser sur plusieurs points : sa régularité, la lecture du match et aussi la lecture de ses adversaires, pour mieux répondre défensivement." Kees van Wonderen, actuel adjoint de Ronald Koeman et ancien sélectionneur des U17.

Mitchel Bakker

Mitchel BakkerGetty Images

Un avenir bouché à l’Ajax

La formidable saison de l’Ajax Amsterdam a aussi eu quelques retombées négatives. La plus importante est sans doute que des jeunes joueurs n’ont pas pu avoir d’espace comme cela était imaginé en début de saison. Embarqué dans une lutte acharnée pour le titre en championnat, demi-finaliste de C1 et vainqueur de la Coupe des Pays-Bas, Erik ten Hag s’est appuyé sur une équipe-type pendant de longs mois, réduisant les espoirs à néant des remplaçants professionnels et de jeunes joueurs prometteurs. Il y a bien eu les deux premiers tours de Coupe néerlandaise où les Bakker, Gravenberch et Schuurs ont eu du temps de jeu face à des amateurs puis une équipe de D2, mais c’est insuffisant.

L’indéboulonnable Nicolas Tagliafico devrait faire encore une saison à Amsterdam et le club avait prévu d’investir sur un autre joueur à ce poste. Dès lors, Mitchel Bakker n’avait quasiment aucun espoir de percer rapidement en équipe première. Les arrivées de Kik Pierie et Lisandro Martinez en juin ont confirmé cette tendance puisque les deux joueurs peuvent évoluer comme latéral ou comme défenseur central, axe gauche. De plus, derrière eux, le jeune Anass Salah-Eddine pousse fort et enchaîne les belles performances avec les U19 du club et avec les U17 de son pays, double tenant de l’Euro de cette catégorie. Un départ a finalement sonné comme une obligation.

L’influence de Mino Raiola et des questions sur son utilisation

Le 9 janvier dernier, Mitchel Bakker est en plein stage hivernal à Orlando, aux Etats-Unis avec le reste de l’effectif professionnel. Dans un entretien accordé au site officiel du club, il affirme vouloir prendre son temps. "Je n’ai que 18 ans, explique-t-il alors. C’est important pour moi d’être patient. Mon heure viendra, je ne suis pas pressé. Et quand cette occasion se présentera, je saurai la saisir." Moins de vingt jours plus tard, il se met d’accord avec le Paris Saint-Germain autour d’un contrat de quatre ans, mais en raison d’un problème de documents administratifs, la transaction est repoussée à cet été. Que s’est-il passé en si peu de temps pour que le joueur change radicalement d’avis et passe d’une volonté affichée d’être patient à un départ immédiat ?

Du côté de l’Ajax, on a laissé filtrer le refus du club de lui prolonger son contrat. Du côté du joueur, on affirme que les deux parties ont discuté d’une prolongation mais que le latéral a choisi un nouveau défi. La vérité est sans doute, comme souvent, un peu au milieu. Une certitude demeure : l’influence de Mino Raiola dans cette décision. Il n’est pas dans les petits papiers des dirigeants amstellodamois et il a fait partir plusieurs de ses joueurs de l’Ajax de manière précoce. Les exemples ces dernières années sont nombreux : Malen à Arsenal, Redan à Chelsea, Bouy à la Juve et désormais Bakker au PSG.

Le super agent n’a désormais officiellement plus que les jeunes Ryan Gravenberch et Lian van Gelderen au club d’Amsterdam. Toujours pressé et à l’affût d’un bon transfert, Raiola n’est pas du genre à attendre et à afficher une quelconque patience pour ses jeunes joueurs. Le père de Gravenberch avait d’ailleurs expliqué au moment de la prolongation de son fils que l’agent avait martelé "qu’un joueur peut se casser la jambe à tout moment et qu’il faut donc être rapidement indépendant financièrement." Courtisé par le PSG, la Juve et le Barça, le talentueux milieu de 16 ans a finalement prolongé son contrat à l’Ajax jusqu’en 2021. Bakker a choisi de partir.

La question de l’avenir proche du jeune néerlandais se pose désormais au Paris Saint-Germain. Le club parisien a annoncé en fin de saison qu’il actait "le choix de mettre un terme aux activités du Groupe Élite, engagé jusqu’à cette saison dans le Championnat de France de National 2." L’équipe réserve étant supprimée, la question du temps de jeu en dehors de l’équipe première se pose. Il y a bien les U19 ou encore la perspective de travailler en prêt la saison prochaine (ou dans un club satellite, si la situation finit par se présenter), mais cela serait-il un signe de progression par rapport à un poste de titulaire en D2 néerlandaise au sein de Jong Ajax ? Certains de ses formateurs à Amsterdam en doutent. Bakker détient la clé pour les faire tous mentir et valider un choix sportif risqué.

Pariez sur le Football avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0