Getty Images

VAR, Samba et Joga Bonito : Les tops et les flops de samedi

VAR, Samba et Joga Bonito : Les tops et les flops de samedi

Le 16/03/2019 à 23:52Mis à jour Le 17/03/2019 à 00:07

LIGUE 1 - Le bon usage (oui, c'est possible) du VAR, le cauchemar de Brice Samba, la classe de Nuno da Costa… Voici les tops et les flops des matches disputés samedi dans le cadre de la 29e journée.

Les tops

  • Sans Khazri, soirée record pour l'ASSE

Et pourtant, Wahbi Khazri n'était pas là. Mais même sans son stratège offensif, Saint-Etienne n'a fait qu'une bouchée du Stade Malherbe, dans des proportions historiques. Grâce aux buts d'Hamouma, Beric et Nordin, les Stéphanois ont regagné les vestiaires avec trois buts d'avance pour la première fois depuis 2014 en Ligue 1 à l'extérieur. Mieux, grâce aux réalisations suivantes de Ghezali et de Vada, ils ont obtenu leur première victoire par 5 buts d'écart hors de leur base en championnat depuis 45 ans. Une soirée record pour l'ASSE… sans son meilleur buteur.

  • Da Costa, c'est la classe !

L'ouverture du score de Mothiba était déjà un régal pour les yeux. Mais le meilleur restait à venir. Et l'artiste de la soirée se nomme Nuno Da Costa. Il a signé une action digne des plus grands artistes brésiliens, lui le Cap-verdien, pour lancer Youssouf Fofana sur le deuxième but. Après avoir récupéré le ballon dans son camp côté gauche, il a effacé Jordan Ferri d'un petit pont au niveau de la ligne médiane, avant d'adresser une merveille de ballon de l'extérieur du pied, côté opposé, à Fofana, qui n'a plus eu qu'à conclure. Sa 5e passe décisive en Ligue 1 cette saison. Et certainement la plus belle.

  • Le VAR a bien rattrapé le coup… cette fois

Le VAR a de nouveau fait parler de lui. Tout est parti de la 64e minute, sur un contre initié par Kenny Lala au terme duquel Strasbourg a marqué par Anthony Gonçalves. Le Racing pensait mener 3-0. Mais monsieur Delerue a refusé le but, grâce à une intervention de la vidéo qui a montré que Lala avait bel et bien fait faute dans son camp au départ de l'action. L'arbitre a annulé le but et accordé un coup franc… qu'Hervé Lybohy a repris victorieusement pour réduire l'écart. Une action qui a bouleversé le match, puisque Nîmes est revenu à 2-2 en fin de rencontre. Grâce au VAR. Mais cette fois, il a bien servi à rétablir une justice.

  • Gurtner, un héros si discret

Un bon gardien, ça aide bien dans la course au maintien. Amiens a le sien. Régis Gurtner n'est pas du genre à défrayer la chronique. Mais le portier amiénois n'en est pas moins remarquable. A Angers, il a pesé de tout son poids sur le point précieux décroché par la formation de Christophe Pélissier. Une anticipation bien sentie et une main ferme lui ont permis de détourner le penalty de Cristian en toute fin de match pour préserver le nul obtenu par la formation picarde. Déjà déterminant la saison passée, Gurtner confirme qu'Amiens peut compter sur son héros si discret.

Régis Gurtner a sauvé un penalty face à Angers

Régis Gurtner a sauvé un penalty face à AngersGetty Images

Les flops

  • Samba, c'est la cata

Brice Samba a connu une soirée radicalement opposée à celle de Régis Gurtner. Caen jouait un match capital pour son maintien face à Saint-Etienne et son gardien l'a littéralement plombé. Sur une grossière faute de main, il a offert l'ouverture du score à Romain Hamouma et lancé la soirée cauchemardesque des Caennais devant un public totalement désabusé. La sienne l'a particulièrement été avec cinq buts concédés. Capable du meilleur comme du pire, Samba a affiché son mauvais visage face aux Verts. Celui dont Caen se serait bien passé.

  • Dijon ne fait plus rien de bon

C'était le match qu'il gagner pour les Dijonnais. C'était un match où il fallait marquer. Mais ce sont deux choses que le DFCO ne sait plus faire. A Guingamp, ils ont concédé leur septième défaite sur les huit derniers matches de championnat. Ils sont restés muets pour la sixième fois au cours de cette série. Ce n'est pas faute d'avoir essayé. Avec 13 tirs dont 4 cadrés, les hommes d'Antoine Kombouaré ont quasiment frappé autant que les Guingampais et avec plus de précision (2 tirs cadrés pour les Bretons). Mais ce n'est pas rentré. Et tant que cela ne rentrera pas, le maintien s'éloignera.

Dijon a touché le fond à Guingamp

Dijon a touché le fond à GuingampGetty Images

Pariez sur le Football avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0