Getty Images

L'antisèche : Si l'OM est à la hauteur, c'est aussi grâce à son coeur

L'antisèche : Si l'OM est à la hauteur, c'est aussi grâce à son coeur

Le 09/12/2019 à 00:02Mis à jour Le 09/12/2019 à 08:46

LIGUE 1 - L'Olympique de Marseille a montré tout son caractère pour renverser une situation compromise et terrasser Bordeaux dimanche au Vélodrome (3-1). Les Girondins ont commis des erreurs rédhibitoires à ce niveau. Mais les Marseillais, sans livrer leur meilleure prestation de la saison, ont su les pousser à la faute avec ce cœur qui caractérise la formation d'André Villas-Boas.

Le jeu : L'OM a poussé, cela a suffi

L'OM a commencé par souffrir. Youssouf Sabaly positionné très haut pour contrarier Dimitri Payet, Yacine Adli et Nicolas De Préville dangereux sur chaque prise de balle entre les lignes, Marseille semblait impuissant devant le problème tactique posé par des Bordelais efficaces sur l'une de leurs rares occasions en première période. Pour y remédier, il a haussé l'intensité d'un cran dans le pressing à la reprise. Cela a suffi pour déstabiliser les Girondins, coupables de deux erreurs monumentales qui ont fait basculer un match scellé par Nemanja Radonjic sur un contre dans le temps additionnel.

Les joueurs : Amavi sourit, Pablo avait tout faux

Il a avalé pas mal de couleuvres depuis plusieurs mois. Mais Jordan Amavi revenait bien depuis quelques semaines et son but est venu récompenser son abnégation dans les moments difficiles. Dimitri Payet, bien plus influent après la pause, a aussi été décisif. Tout comme Morgan Sanson et Valentin Rongier, dont l'activité au pressing a par ailleurs contribué à la belle réaction marseillaise en seconde période. À Bordeaux, Pablo a incarné les carences bordelaises dans la technique et dans la relance. Coupable de l'erreur qui a entrainé le premier but marseillais, il a ensuite multiplié les approximations pour symboliser la seconde période catastrophique des Girondins.

Le facteur X : Les cadeaux de Bordeaux

Marseille fait ce qu'il fallait, mais Bordeaux lui a quand même offert deux buts. Avec une succession d'erreurs sur le premier, de la mauvaise passe en retrait de Pablo à Benoît Costil à l'erreur de marquage de Loris Benito, inattentif sur le corner. Cela faisait déjà beaucoup, mais les Girondins ont trouvé le moyen de faire encore pire sur le deuxième avec une mauvaise relance d'Otavio interceptée à l'entrée de la surface par Morgan Sanson, sur une sortie de but en faveur des Bordelais. C'était Noël avant l'heure pour des Marseillais guère fringants jusqu'à ces cadeaux girondins.

La stat : 6

Si Bordeaux l'a bien aidé, cela n'enlève rien au mérite de Marseille. L'OM a su renverser une situation compromise pour aller chercher une sixième victoire consécutive en championnat. Elle est loin d'être anodine. Les Marseillais n'avaient plus signé une telle série en Ligue 1 depuis plus de cinq ans. C'était entre août et octobre 2014, sous les ordres de Marcelo Bielsa. Longtemps en course pour le titre, le club phocéen avait finalement échoué à la quatrième place du classement à l'issue de la saison.

Le tweet qui n'a échappé à personne

La décla : Paulo Sousa (entraîneur de Bordeaux)

" On a offert ce match en perdant notre contrôle émotionnel. "

La question : Pourquoi cette victoire dit tout des limites et du potentiel de l'OM ?

On n'ira pas jusqu'à dire que ce n'était pas un grand Marseille. Mais ce n'était pas la performance collective la plus aboutie de l'OM dans l'animation offensive cette saison. L'absence de Dario Benedetto n'est pas passée inaperçue. L'activité, la qualité du jeu de remise et les inspirations de l'avant-centre argentin ont manqué. Surtout en première période. Et cela traduit d'abord le manque de profondeur de l'effectif marseillais pour cette quête d'une place en Ligue des champions que l'OM peut légitimement ambitionner.

Marseille dépendra de certaines individualités. De certains talents comme Benedetto, Dimitri Payet, Valentin Rongier, Morgan Sanson ou Steve Mandanda qui ont largement contribué à l'installer à la deuxième place du classement. Mais la véritable force de l'équipe d'André Villas-Boas est ailleurs. Sa série de victoires, elle la doit beaucoup à son cœur. À ce caractère, cet esprit de conquête et cette capacité de réaction qui lui ont permis de sortir victorieuse de situations délicates ces dernières semaines. Face à Lyon, à dix contre onze (2-1) ou face à Brest, qui croyait avoir arraché le nul (2-1).

Et désormais face à Bordeaux. Les Girondins ont certainement commis beaucoup trop d'erreurs pour une équipe qui pointait à la troisième place du classement avant le coup d'envoi de cette 17e journée. Mais l'OM a su les pousser à la faute. Avec une volonté manifeste de refuser la défaite. Avec une solidarité essentielle symbolisée par l'efficacité de son pressing. Avec des qualités athlétiques, aussi, pour afficher une supériorité physique sur son adversaire. Autant de qualités qui lui ont permis d'atteindre les hauteurs du classement. Et que Marseille devra conserver pour y rester.

Marseille, solide deuxième après sa victoire contre Bordeaux

Marseille, solide deuxième après sa victoire contre BordeauxGetty Images

Pariez sur le Football avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0