Le jeu : Lyon a joué 25 minutes et puis…

Il y a eu plusieurs phases dans ce match, loin des attentes au final tant sur le plan technique que dans l'intensité. La première a vu Lyon dominer largement la rencontre. Mieux en place au milieu de terrain, où les Gones semblaient à chaque fois en surnombre, l'OL a fait parler son collectif et sa justesse technique pour maîtriser des Olympiens, incapables pendant de longues minutes de mettre en place leur jeu. Mais après l'ouverture du score logique des Lyonnais au vu de la physionomie des premières minutes, l'OM a rectifié un peu le tir.
L'OM a-t-il élevé son niveau où est-ce les hommes de Rudi Garcia qui ont levé le pied après avoir inscrit leur but ? En tout cas, les Phocéens ont alors mis plus d'envie, de générosité. Ils ont perdu le ballon moins vite avant d'être récompensés de leur sursaut en égalisant juste avant la pause sur penalty. Et cette tendance s'est confirmée après le retour des vestiaires avec une formation marseillaise beaucoup mieux organisée au cœur du jeu. Les débats se sont alors équilibrés avant l'expulsion de Lucas Paquetá qui a permis à Marseille d'accentuer sa domination. En vain.
Ligue 1
Ce si précieux Caqueret, l'indispensable dont Garcia s'est trop passé
IL Y A 9 HEURES

Les joueurs : Paqueta dans tous les coups, Kamara toujours aussi précieux

Lucas Paquetá a animé cette rencontre. Mais pas forcément, comme il l'espérait. Omniprésent au début de la rencontre aussi bien dans l'animation, qu'à la création, le milieu brésilien, décisif sur l'ouverture du score de Karl Toko-Ekambi, a ensuite donné à l'OM un penalty qui va faire jaser. Notamment car le carton jaune qu'il a reçu sur cette action laisse perplexe. Et à la 70e, il a laissé ses coéquipiers à 10 en recevant un deuxième jaune pour une semelle sur Dimitri Payet.
Memphis Depay a lui tenté d'être disponible en décrochant, mais son influence a baissé après les 20 premières minutes. Côté Marseillais, Pol Lirola a livré une prestation intéressante par ses percussions pour relancer l'OM. Et si Boubacar Kamara a encore une fois confirmé tout son potentiel au cœur du jeu en haussant le ton après un début de match difficile, Florian Thauvin a lui été brouillon malgré une volonté certaine d'essayer. Arkadiusz Milik a démontré par séquences, en plus de son but sur penalty, ce qu’il peut apporter à l’OM.

La stat : 3

Pour un tel choc, c'est maigre. Il n'y a eu que trois tirs cadrés dans cette rencontre pour 23 tentatives en tout. Deux pour les Marseillais et un seul pour des Lyonnais, qui n'ont pas su régler la mire

Les tweets qui illustrent la frustration lyonnaise

Les Lyonnais n'ont pas caché leur exaspération après le penalty accordé pour une main de Lucas Paquetá dans la surface. Pour eux, et même si le règlement a connu quelques modifications, il n'y avait pas de raison de siffler alors que le ballon avait d'abord frappé la poitrine du Brésilien avant de toucher sa main. Mais c'est bien le carton jaune reçu par l’ancien milieu de Flamengo et de l’AC Milan qui peut provoquer le débat.

La décla : Juninho, directeur sportif de Lyon, sur OLTV)

Le ballon touche la main de Paqueta mais ça touche son ventre avant. Cela veut dire que tu ne peux pas lui donner un carton jaune. On a aussi vu une main de Nagatomo ensuite. C'est l'arbitre qui décide du match. (...) Après l'exclusion de Paqueta, il a été dur de jouer. Mais les joueurs ont fourni beaucoup d'efforts physiques. Nous repartons avec un point. Ce n'est pas la première fois que l'arbitrage n'est pas en notre faveur. Nous laissons deux points. Si nous sommes déçus aujourd'hui, c'est surtout en raison de l'arbitrage

La question : Pourquoi Lyon peut d'abord s'en prendre à soi-même ?

Il y a un peu de mieux pour l'OM, notamment en termes d'envie. Pour voir un collectif épanoui et séduisant, il faudra cependant attendre. Mais l'avenir de Marseille s'écrit de toute manière ailleurs alors que l'entraîneur argentin Jorge Sampaoli va débarquer cette semaine sur la Canebière. Si ce point pris fera en tout cas déjà du bien aux Phocéens dans ce contexte si particulier, même s'ils n'ont pas réussi à profiter de leur supériorité numérique en fin de match, c'est à Lyon que ce nul laisse songeur. Au vu de leur début de match, les Gones n'auraient jamais dû partager les points avec les Phocéens. Ils devaient repartir avec la besace pleine.
L'espace de 25 minutes, l'OL a fait l'étalage de ses qualités. Plus forts techniquement, plus actifs, plus présents sur toute la largeur du terrain tout simplement meilleurs, ils ont gagné la bataille du milieu et maîtrisé leurs adversaires. A ce moment du match, il n’y avait pas de débat. Le souci, c'est que les coéquipiers de Memphis Depay n'ont pas su poursuivre sur ce rythme. Et garder ce visage conquérant. Après l'ouverture du score, ils ont laissé les Marseillais sortir la tête de l'eau. Trop passifs, moins précis, les joueurs de Rudi Garcia ont déjoué.
Alors certes, ils peuvent dire que l'arbitrage ne les a pas aidés. Ce n'est sûrement pas faux. Mais ils sont les premiers coupables de ce résultat décevant dans la course au titre. Ils n'ont pas su rester à leur niveau sur l'ensemble du match. Le souci, c'est que ce n'est pas une première. A Brest (succès 2-3), ils avaient déjà perdu la possession au fil de la rencontre alors qu'ils maîtrisaient leur sujet. Ils s'étaient fait peur. Et les victoires poussives face à Dijon (0-1), ou encore Bordeaux (2-1), en plus de la défaite contre Montpellier (1-2), laissent penser que les Gones ont moins de marge actuellement. Et ce n'est sûrement pas une question de qualité. Les 25 premières minutes l'ont encore rappelé. Mais plus d'état d'esprit. Pour se mêler à la lutte jusqu’au bout, ils vont devoir rectifier cela. Et vite.

Dimitri Payet à terre lors de la rencontre OM - OL en Ligue 1

Crédit: Getty Images

Ligue 1
L’OM de Sampaoli, un mois de vie et déjà tant de fins de match de folie
IL Y A 11 HEURES
Ligue 1
L’OM remercie Lirola et met la pression sur Lens
IL Y A 13 HEURES