Le jeu : Lille avait tout prévu

Disposés en 4-4-2, les Lillois avaient prévu de souffrir et de jouer bas face au quatuor offensif Di Maria-Neymar-Kean-Mbappé aligné par Mauricio Pochettino. De cette situation de départ, ils en ont fait une force, laissant peu d’espaces dans leur dos et contournant avec beaucoup d’intelligence le (faible) pressing parisien en sautant des lignes. Sans surprise, avec une paire Paredes-Gueye dépassée par les évènements et des latéraux hors du coup, Paris s’est retrouvé exposé aux attaques tranchantes du LOSC. C’est sur l’une d’elle que Jonathan David a ouvert le score. La seconde période fut une longue résistance où les vertus collectives des Dogues ont sauté aux yeux, dans la solidité mais aussi dans la solidarité. En face, les étoiles parisiennes n’avaient rien de scintillantes ce samedi. Le plan de Galtier était clair. Il s’est déroulé sans accroc.
Ligue 1
200 millions d'euros : l'improbable pactole du Real pour Mbappé
IL Y A 9 HEURES

Les joueurs : André-Soumaré, quel boulot !

Si Lille s’en est sorti, c’est parce que Christophe Galtier avait en sa possession tout ce que Pochettino n’avait pas : un duo ultra-dominant au milieu. Au four et au moulin, brillants dans la gestion et propres techniquement, Benjamin André et Boubakary Soumaré ont confirmé qu’en L1, on ne fait pas mieux qu’eux. Incisifs et impliqués, Jonathan Ikoné et Jonathan Bamba ont participé avec brio au repli collectif lillois. Auteur de plusieurs parades décisives, Mike Maignan a aussi fait le plus grand bien.

Neymar (PSG) face à Boubakary Soumare (Lille)

Crédit: Getty Images

Côté parisien, on n’a pas vu grand-chose. Pour sa reprise, Neymar a disparu dans l’animation et s’est raté sur coup de pied arrêté. A côté de ses pompes, le Brésilien a fini par craquer en étant expulsé en fin de match pour un geste aussi stupide qu’inutile. Kylian Mbappé a lui continué sur sa lancée internationale en étant plus brouillon que jamais. Angel Di Maria et Leandro Paredes ont été fantomatiques tandis que Thilo Kehrer, en plein naufrage, a rappelé pourquoi le poste de latéral droit restait un problème XXL pour le PSG. En bref, il n’y avait absolument personne pour relever un niveau collectif inquiétant.

Le facteur X : L’absence de Marco Verratti

A force, on connaît la musique. Et elle n’a rien d’une symphonie. Sans Marco Verratti à la manœuvre, ce PSG n’a pas la tête d’un champion, encore moins d’Europe. L’Italien est celui qui permet à la galaxie de stars parisiennes d’être mise dans les meilleures dispositions. Sans lui, Paris est une équipe coupée en deux, sans liant et donc sans danger, entièrement dépendantes des fulgurances de ses stars. Positif au Covid, "Petit Hibou" n’était pas là samedi et ça s’est clairement vu avec un milieu parisien qui a coulé. Mauvaise nouvelle : il ne sera pas là non plus mercredi…

"Les Bleus meilleurs sans Zidane", "l’inquiétude Griezmann": critiqué, Mbappé n'est pas un cas isolé

La stat : 4/18

Il paraît que les grandes équipes savent se mettre au niveau des grands évènements. Si la théorie est avérée, alors Paris a tout raté. Face au top 4 de la saison (Lille, Monaco et OL), le PSG n’a récolté que quatre petits points sur les dix-huit possibles. Un pécule bien trop faible pour espérer plier la concurrence et protéger sa couronne. Conséquence : elle semble désormais lui échapper. Parce qu’en face, Lille a fait le boulot (9/15).
Les résultats du PSG face au Top 4 :
  • (11e journée) Monaco-PSG : 3-2
  • (14e journée) PSG – OL : 0-1
  • (16e journée) LOSC – PSG : 0-0
  • (26e journée) PSG – Monaco : 0-2
  • (30e journée) OL – PSG : 2-4
  • (31e journée) PSG-LOSC : 0-1

Le tweet qui fait les comptes

Le point classement

  • LOSC : 66 points (+32)
  • PSG : 63 pts (+45)
  • AS Monaco : 62 pts (+26)
  • OL : 61 pts (+29)

La décla : Benjamin André sur Canal +

C'était un match tactique, on l'a remporté tactiquement.

La question : Paris peut-il tout perdre ?

A force d’attendre son réveil, on commence à ne plus y croire. Qualitativement, le PSG continue de disposer d’une armada bien supérieure à tous ses concurrents. Mais le gouffre entre les attentes placées en lui et son niveau réel inquiète. En Ligue des champions, l’épouvantail Bayern n’aurait eu aucun mal à croquer l’équipe parisienne entrevue ce samedi au Parc. Collectivement, c’est le néant. Individuellement, c’est inquiétant. Et tactiquement, Pochettino se heurte aux mêmes limites que Thomas Tuchel.

Neymar face à Lille

Crédit: Getty Images

Le constat n’a rien de nouveau mais résonne encore plus fort à quelques encablures de la fin de saison. Car cette équipe lilloise a la gueule d’un champion, à tous les niveaux. Alors que le titre avait parfois tendance à tomber "facilement" dans l’escarcelle parisienne ces dernières saisons, il faudra aller le chiper au nez et à la barbe d’un collectif qui mériterait d’être sacré.
Alors, Paris peut-il tout perdre ? Oui car même une qualification en C1 n’est pas encore assurée. A-t-il déjà tout perdu ? Non. Voilà le seul motif d’espoir des champions en titre ce samedi. Il est mince. Mais il paraît que c’est aussi dos au mur qu’on reconnaît les grandes équipes. Mercredi, on saura enfin ce que cache l’énigme Paris Saint-Germain : une bête endormie qui attendait le meilleur moment pour se réveiller. Ou un gâchis monumental qu’il sera difficile d’assumer. L’horloge tourne et, pour l’instant, la balance penche assez nettement d’un côté…

La sortie de Mbappé ? "Un coup de sang qui se transforme en coup de pression contre le PSG"

Ligue 1
Pochettino traitera Mbappé "de la même manière" malgré sa situation contractuelle
HIER À 20:25
Ligue 1
"Gagner la Ligue des champions avec le PSG" : Mbappé, la bombe… qui ne change rien ?
HIER À 14:27