Il est déjà surnommé "le Prince de Vénissieux" par certains supporters lyonnais sur les réseaux sociaux. A 21 ans, Maxence Caqueret ne déçoit que rarement sur le terrain, sans pour autant jouir d'une véritable confiance de son entraîneur Rudi Garcia. Milieu le moins utilisé de l'OL cette saison avec seulement 44% de titularisations en Ligue 1, l'international Espoirs est de retour dans le onze de départ lyonnais depuis deux rencontres, et séduit à nouveau. Alors comment expliquer qu'un joueur si indiscutable quand il joue ait été si peu mis en valeur cette saison ? Et quel avenir peut-on lui promettre à court terme ?
Car si les questions émergent de la sorte à son sujet, c'est que Maxence Caqueret a laissé une très forte impression lors de la dernière édition de la Ligue des champions. Le Final 8 de Lisbonne l'avait littéralement propulsé sur le devant de la scène, laissant découvrir un garçon de 20 ans travailleur, impliqué à la récupération, élégant balle au pied, et surtout très talentueux. Titulaire lors de toute la partie "post-confinement" de la C1, le Français avait disputé en intégralité les rencontres face à la Juventus Turin, à Manchester City et au Bayern Munich, autrement dit trois des meilleures équipes d'Europe. Sans jamais donner l'impression de découvrir le haut niveau, Caqueret avait impressionné par sa maturité et son intelligence de jeu, qui lui promettait déjà une place de titulaire en Ligue 1.
Ligue 1
Cherki, l'atout du présent, les contours de l'avenir de l'OL
IL Y A 9 HEURES

Rayan Cherki et Maxence Caqueret après la victoire face à Manchester City

Crédit: Getty Images

Un match fondateur manqué, un banc auquel il s'est abonné

Et la saison 2020/2021 a débuté dans la lignée de son Final 8 pour le numéro 25 lyonnais. Titulaire en début de championnat, le jeune milieu de terrain a vu sa progression stoppée par les mauvais résultats de l'OL d'une part, et par une contamination au Covid-19 qui l'a éloigné des terrains un petit moment. Non présent dans le groupe lors de la victoire fondatrice de Lyon à Strasbourg (2-3) lors de la 7e journée, Caqueret n'a par la suite pas pu réellement exister dans l'entrejeu rhodanien lors de la bonne passe lyonnaise fin 2020, pendant laquelle le trio Mendes-Aouar-Paqueta a régné en maître.
Depuis deux rencontres et l'absence sur blessure de Houssem Aouar, Caqueret en profite pour retrouver une place de titulaire. Très juste en Coupe de France face au Red Star dans un rôle de milieu excentré inhabituel pour lui, le joueur de 21 ans s'est de nouveau montré très solide dimanche dernier lors de la victoire face à Angers (3-0). Impressionnant par son activité débordante, sa justesse et son impact dans les duels (11/19 remportés face à Angers), il a montré qu'il était sûrement le plus efficace des milieux rhodaniens au pressing, et qu'il avait gagné en aspect athlétique, ce qu'avait demandé Rudi Garcia l'été dernier. "Il est un des plus jeunes mais il a déjà une culture tactique. Il a encore besoin de progresser, notamment sur le plan athlétique", avait lâché l'entraîneur lyonnais à l'aube du Final 8, visiblement à bon entendeur. Malgré le retour d'Aouar désormais, Caqueret n'a-t-il pas le talent et le niveau de performance pour pouvoir prétendre garder sa place parmi les titulaires ?

"Il fait ch**er à porter le ballon comme Beckenbauer" : Quand Garcia s'énerve sur Diomandé

Symbole de la jeunesse lyonnaise et de la forte concurrence à l'OL

La réponse réside en un seul mot, et résume le problème auquel se heurte le jeune Lyonnais cette saison : la concurrence. Comme l'a expliqué Garcia en conférence de presse avant la rencontre de dimanche à Nantes (21h00), celle-ci est très rude dans l'entrejeu des Gones. "Dans le système d’Angers, on a trois joueurs pour deux postes, a mathématiquement résumé le technicien de 57 ans. Ce sont trois joueurs différents, qui parcourent beaucoup de terrain. Ils sont bons au pressing. C’est intéressant d’avoir des profils différents et complémentaires." Autrement dit, Caqueret doit non seulement être bon, mais aussi meilleur que ses partenaires, dans un nouveau système en 4-2-3-1 avec Paqueta en numéro 10, qui doit le pousser à adpater son jeu ou se voir sacrifier.

Rudi Garcia et Maxence Caqueret (OL), relation de confiance pas garantie

Crédit: Imago

Reste qu’en regardant ses deux dernières sorties, difficile de comprendre comment Maxence Caqueret peut être le moins utilisé des cinq milieux de terrain de la rotation lyonnaise. Le joueur formé au club incarne aussi cette jeunesse lyonnaise à laquelle Rudi Garcia n'arrive pas encore à faire pleinement confiance (Bard, Cherki, Diomandé…). Si Caqueret est moins médiatisé qu'un Rayan Cherki plus spectaculaire, et aussi beaucoup plus jeune, il n'en demeure pas moins un point d'interrogation de l'année 2021 de l'OL, tant il brille quand il en a l'occasion.
Est-ce là également une politique du club ? Entre un Houssem Aouar cadre inaltérable de Garcia qu'il faut exposer en vue d'un transfert l'été prochain, et des recrues comme Paquetá et Guimarães à valoriser après des investissements conséquents (45 millions d'euros mis en cumulé sur les deux joueurs), Caqueret doit sûrement aussi son faible temps de jeu à des aspects extra-sportifs qui dépassent le terrain. Au niveau des performances pures cependant, cette excuse ne pourra plus tenir longtemps. Alors que l'OL est distancé dans la course au titre, mais pas encore mort, Caqueret devrait enchaîner une troisième titularisation contre les Canaris dimanche. Rudi Garcia doit savoir qu'il s'est trop passé de lui cette saison, et que le petit Prince de Vénissieux a montré qu'il méritait, à nouveau, sa place dans le onze titulaire.

Des boulettes, une lucarne et les tirs au but : le résumé du succès de l'OL en vidéo

Ligue 1
"On se doit de les remercier" : l'OL a été soutenu par ses supporters... depuis l'extérieur du stade
08/05/2021 À 17:56
Ligue 1
L'OL écrase Lorient et grimpe sur le podium
08/05/2021 À 16:53