88%. C'est le pourcentage d'équipes championnes à l'issue de la saison après avoir été en tête à la 32e journée depuis le retour de la Ligue 1 à 20 clubs en 2002/2003. La statistique se veut rassurante pour les Lillois, qui occupent cette place de leader à quelques semaines de l'issue de ce championnat décidément très difficile à pronostiquer. Avec ce rôle de prétendant annoncé pas toujours évident à assumer, l'outsider nordiste sait que rien n'est fait, d'autant plus quand on sait qui occupe le rôle des chasseurs, à savoir un PSG galvanisé par son parcours européen, un Monaco qui n'en finit plus d'étonner en 2021, et un Olympique Lyonnais distancé mais pas encore mort.
Car la statistique est rassurante, certes, mais tout autant trompeuse. Surtout quand on prend en compte l'hégémonie de l'Olympique Lyonnais dans les années 2000 et celle du PSG depuis 2013. La réalité, c'est qu'à ce stade du championnat, la course au titre est bien souvent entérinée, avec une équipe largement en tête et qui dispose d'un matelas déjà confortable au mois d'avril. A y regarder de plus près, avec cet écart de 3 points sur son dauphin, Lille n'est pas du tout sorti d'affaires. Avec 5 points d'avance ou moins à six journées de la fin, un quart du temps le leader n'a pas su garder son avantage.

A qui le tour ? 44 points et relégué, 77 points et pas de C1 : les "cocus" de la L1

Trophée des Champions
Pour Pochettino, Hakimi "est resté concentré" malgré les sifflets
IL Y A 12 HEURES
  • Cas de figure avec un leader possédant 5 points d'avance ou moins à la 32e journée de Ligue 1 :
SaisonLeader à la 32e journéeVerdict à la 38e journée
2016-2017 Monaco (3pts d'avance) Champion
2014-2015 PSG (1pt d'avance) Champion
2011-2012 Montpellier (2pts d'avance) Champion
2010-2011 OM (1pt d'avance) 2e (8pts de retard sur Lille)
2009-2010 OM (5pts d'avance) Champion
2008-2009 OM (2pts d'avance) 2e (3pts de retard sur Bordeaux)
2003-2004 OL (1pt d'avance) Champion
2002-2003 OL (2pts d'avance) Champion
Ça reste une minorité de cas, mais c'est déjà arrivé à deux reprises dans l'histoire récente de notre championnat. En 2011, le leader marseillais avait complètement craqué pour passer de leader avec un point d'avance après la 32e journée, à deuxième avec 8 points de retard sur le champion lillois en fin de saison. L'Olympique de Marseille avait connu pareille mésaventure deux saisons plus tôt, avec 2 points d'avance à six journées de la fin pour en compter trois de retard sur les Girondins de Bordeaux à l'arrivée.

Solide comme Monaco ou surprenant comme Montpellier : comment résister au PSG ?

Autrement dit, les Lillois se tromperaient en se réfugiant derrière les statistiques. Ils gagneraient davantage à s'inspirer des parcours de Monaco et de Montpellier, seules équipes à avoir réussi à prendre un titre au PSG version QSI. Les Lillois de 2020-2021 semblent pour l'instant moins solides que l'ASM de 2017, qui avait déroulé sur la fin de saison avec un onze indéboulonnable et un collectif sûr de sa force, remportant ses douze dernières rencontres de Ligue 1.

Le collectif du LOSC, force principale de cet effectif en tête de la Ligue 1

Crédit: Getty Images

Ils semblent aussi moins surprenants que les Héraultais en 2012, champion complètement inattendu et pas du tout annoncé parmi les favoris en début de saison. Comme entre ces deux équipes, le LOSC reste perçu comme un outsider, mais pas comme une équipe condamnée à l'exploit pour remporter le titre. Les Lillois ont montré qu'ils pouvaient rivaliser avec les Parisiens, mais devront éviter tout faux-pas en cette fin de saison, au risque de voir revenir la meute.
Mais Lille sait pour l'instant gérer cette pression. Sur les 32 premières journées, les Dogues ont occupé la place de leader pendant 14 d'entre elles, en faisant l'équipe le plus souvent en tête de la Ligue 1. Les partenaires de José Fonte s'accoutument à ce rôle de chassé, et préfèrent marteler qu'ils regardent vers le haut et uniquement sur leurs prestations, à l'image de Christophe Galtier en conférence de presse, avant le match de ce vendredi contre Montpellier (21h00) : "Je connais mon calendrier, mais je ne connais pas celui des autres. Ce sera match par match pour moi. On reste concentré sur notre jeu". Autrement dit, on refuse de regarder dans le rétroviseur à Lille malgré les trois points d'avance, et quand on voit l'envergure des deux autres du podium actuel, on aurait tendance à comprendre pourquoi.

Chassé-croisé PSG-Lille, folle ascension de Monaco : comment la locomotive de L1 s'est formée

Trophée des Champions
Gourvennec, le beau geste : "Je partage ce titre avec Galtier"
IL Y A 13 HEURES
Trophée des Champions
Une défaite, pas d'alarmisme : "Nous avons de plus grandes choses à aller chercher par la suite"
IL Y A 13 HEURES