Malgré la tempête, le LOSC se maintient à flot. Le FC Metz a longtemps dominé le leader de Ligue 1 au stade Saint-Symphorien, mais n'a pas eu le réalisme glacial des Lillois en seconde mi-temps (0-2). Mike Maignan, qui a arrêté un penalty en première période, a permis aux Dogues de rester en vie jusqu'à l'ouverture du score de Burak Yilmaz à l'heure de jeu, et le but de Zeki Celik en fin de rencontre. Avec une colonne vertébrale complétée par un Renato Sanches de gala au milieu, Lille enchaîne après son succès à Paris la semaine dernière (0-2) et prend provisoirement 6 points d'avance sur son dauphin, le PSG.
Un PSG qui a dû longtemps se frotter les mains devant sa télévision. Après 35 minutes, le LOSC n'avait toujours pas tiré au but. Les Messins n'affichaient pas les mêmes statistiques. Fabien Centonze a défendu en avançant pour trouver Farid Boulaya, dont la frappe ralentie par José Fonte a terminé dans les bras de Mike Maignan (7e). Ce même José Fonte qui a eu un mauvais réflexe avec ses bras sur une volée de John Boye, concédant un penalty aux Grenats. L'occasion de briller pour Maignan, qui s'est détendu de tout son long sur sa droite pour repousser le tir d'Aaron Leya Iseka (17e). Le gardien des Dogues s'est cru battu sur une frappe aux 18 mètres de Centonze (28e) et a multiplié les sorties aériennes avant la mi-temps. Ses 10 coéquipiers, eux, étaient éparpillés.
Ligue 1
Le LOSC sacré ce dimanche si...
09/05/2021 À 21:13

Sanches énorme, Yilmaz libérateur

Benjamin André a perdu la flamme qui l'animait une semaine plus tôt au Parc des Princes. L'entrejeu lillois a cristallisé le manque de maîtrise nordiste d'une équipe coupée en deux. Le léger coup de mieux après la pause a vite été oublié : Metz, toujours aussi décomplexé, dangereux dans la profondeur et serein techniquement, a continué de donner le tempo. Maignan s'est de nouveau montré décisif dans la surface sur une frappe de Leya Iseka (50e). Puis il a été sauvé par son poteau sur une tentative de Pape Sarr déviée par Botman (52e). Il a ensuite frôlé le but gag sur une grosse incompréhension avec Boubakary Soumaré, mais Lamine Gueye n'en a pas profité (58e). Dans la foulée, Renato Sanches l'a fait payer : le Portugais a effacé John Boye puis attiré Kiki Kouyaté pour servir Burak Yilmaz dans la profondeur. Le Turc, d'une puissante frappe du droit au premier poteau, a trompé Alexandre Oukidja qui a anticipé un tir croisé (60e, 0-1).
Cruel pour des Messins qui ont manqué de lucidité une fois menés au score. Surtout, ils n'ont presque jamais rattrapé Renato Sanches. Le milieu de terrain lillois a percuté, provoqué, orienté et conservé pour faire vivre un calvaire à l'entrejeu messin et à John Boye, victime d'un subtil petit pont (63e). La frappe lointaine de Boulaya, dont le rebond n'a pas trompé Maignan, illustrait l'impuissance des Lorrains au fil des minutes (81e). Sur un corner droit du LOSC, Metz a rendu les armes. Zeki Celik, trouvé à l'angle de la surface, a eu tout le loisir de progresser et croiser une frappe dans le petit filet opposé (89e, 0-2). Frédéric Antonetti s'était plaint de rejouer dès ce vendredi, trois jours après une élimination en Coupe de France à Monaco (0-0, 6-5 aux tirs au but). Qu'il soit fier de ses joueurs : on aurait dit que c'était Lille qui avait joué en milieu de semaine. Était-ce la réussite du champion au stade Saint-Symphorien ? C'était au moins celle d'un confortable leader de Ligue 1 qui met la pression sur le PSG, contraint de gagner à Strasbourg samedi (17h) pour revenir à trois points du LOSC.
Ligue 1
Deux pétards pour une nouvelle leçon : Le roi Burak s'est encore fâché
07/05/2021 À 22:25
Ligue 1
Lille file à toute allure vers le titre
07/05/2021 À 20:52