Six matches. Six titularisations. Mais pas le moindre but ou la même plus petite passe décisive. Jonathan David laisse pour le moment plus d'un supporter des Dogues sur sa faim. Forcément. Quand on parle du transfert record de l'histoire d'un club (27 millions d'euros), on attend forcément plus. Mais l'attaquant canadien, recruté pour pallier le départ de l'étonnant Victor Osimhen (13 buts en L1 la saison passée), n'est pas encore à la hauteur des attentes. Et ce n'est pas forcément… illogique. Ni inquiétant.

En tout cas, si on écoute ceux qui l'ont vu évoluer en Belgique avec La Gantoise, il n'y a pas de raison de tirer la sonnette d'alarme. "Sur son profil, ses qualités, sa capacité à faire des différences en première division dans le temps, je ne suis absolument pas inquiet, nous prévient d'emblée Jean-Michel Vandamme, ancien directeur sportif de Lille qui travaille aujourd'hui pour le FC Bruges. Je l'ai vu jouer une quinzaine de matches. C'est un profil très intéressant, qui va amener énormément à Lille".

Ligue 1
Lille garde son invincibilité mais cède la place de leader au PSG
25/10/2020 À 17:41

Les raisons qui peuvent expliquer son départ timide

Mais alors qu'est-ce qui cloche ? Pourquoi le natif de Brooklyn reste inlassablement muet après plus de 432 minutes de jeu en L1 ? "Le souci, c'est qu'il est vraiment jeune et qu'il faut lui laisser le temps de s'adapter, ajoute Jean-Michel Vandamme. Il souffre aussi peut-être de la comparaison avec Osimhen, qui a tout de suite été dans l'efficacité. En plus, Lille a mis énormément d'argent. Donc, il y a plus de pression, plus d'attentes. Or pour moi, il y a deux postes où il faut avoir une attention particulière : le gardien de but et l’avant-centre. A ces postes, la confiance est peut-être plus importante que le reste".

Du haut de ses 20 printemps, Jonathan David a donc quelques excuses. De nombreuses même. S'il a signé "une saison de feu l'année dernière, en terminant meilleur buteur du championnat belge (ndlr : 18 buts en 27 matches)" comme nous l'a confié Romain Van der Pluym - journaliste à la Dernière Heure -, il passe en effet un nouveau cap dans sa carrière en découvrant Lille et la L1, avec une pression nouvelle. Et alors que le championnat belge a aussi dû s'arrêter la saison passée, il n'a en plus pas débarqué dans le Nord de la France dans les conditions optimales. "Il est arrivé en déficit de tout. Jonathan a sûrement eu une fonte de la masse musculaire et ça se transforme automatiquement par de la prise de poids. Il est en train de la récupérer", a ainsi reconnu Christophe Galtier, l'entraîneur lillois, dans la Voix du Nord fin septembre.

Jonathan David lors du match opposant Lille à Nantes, le 27 septembre 2020, en Ligue 1

Crédit: Getty Images

Yilmaz, le système, la confiance de Galtier : "Le LOSC ne fait aujourd'hui pas de faux pas"

Le LOSC fait en tout cas tout pour le mettre dans les meilleures conditions pour lui permettre de retrouver ses habitudes belges. Physiquement pour qu'il récupère la forme. Mais aussi sur le plan tactique et mental. "A La Gantoise, Jess Thorup, qui est à Genk maintenant, avait mis un système en place pour lui : un 4-4-2 avec un milieu en losange. Et David était soit à la pointe du losange, soit comme deuxième attaquant où il était très libre. Ça a très fonctionné comme ça", se souvient Romain Van der Pluym. "Il n'a jamais joué en pur neuf, il a toujours évolué avec Roman Yaremchukn ou Laurent Depoitre. Et ce qui marchait est qu'il avait beaucoup de liberté autour de ces deux joueurs".

Christophe Galtier ne peut pas encore le mettre dans des conditions analogues en termes d'importance dans son schéma. Mais Lille s’active bien pour le mettre à l’aise. Avec Burak Yilmaz déjà. "Il aime tourner autour d'un attaquant. Et il l'a cet attaquant à Lille, constate Jean-Michel Vandamme. Luis (ndlr : Campos) et Christophe Galtier ont bien imaginé ce qu'il en était. Et comme Loïc Rémy n'est pas resté, ils ont pris Yilmaz". En essayant de conserver son système en 4-4-2 et les mêmes hommes devant, Galtier fait aussi tout pour créer au plus vite des complémentarités essentielles. "David va cartonner mais il faut se montrer patient, ce que fait bien Lille en le remettant à chaque fois. Le LOSC ne fait aujourd'hui pas de faux pas. Les Lillois gardent leur cohérence et la confiance qu'ils ont accordée", apprécie Jean-Michel Vandamme.

Auteur de 18 buts en 27 matches en Jupiler League la saison passée et de 23 en 40 rencontres en ajoutant la Ligue Europa, Jonathan David a de toute manière montré la saison passée son potentiel. "C'est plus qu'un potentiel, corrige Jean-Michel Vandamme. Je ne pense pas que son adaptation va prendre trop de temps. Avec un attaquant de pointe, il suffit de deux trois choses". De quoi demander encore un peu de patience aux supporters lillois.

Ligue Europa
Avec la manière, le LOSC sauve l'honneur français en Europe
22/10/2020 À 20:51
Ligue Europa
Plus solide et expérimenté, le LOSC veut se servir de ses erreurs du passé pour briller en C3
21/10/2020 À 22:00