Treize points sur quinze possibles ! Quatre victoires de rang et une dernière marquée par une démonstration de maturité et de maîtrise à Saint-Etienne (0-3), pourtant auteur d'un excellent début de saison et leader de la L1 avant cette journée. Les semaines passent et le Stade Rennais, déjà surprenant troisième du championnat la saison passée sur la lancée de son sacre en Coupe de France en 2019, continue d'étonner. A un peu moins d'un mois de ses débuts historiques en Ligue des champions, tous les voyant sont même au vert pour le club breton.

Cela fait plusieurs matches déjà que le Stade Rennais dégage une force collective séduisante. Avec une impression rassurante : l'équipe sait où elle va. Surtout, chaque joueur sait ce qu'il a à faire et comment. "J'ai aimé l'équilibre général de l'équipe, la maîtrise collective, le courage dont nous avons fait preuve, la performance de notre milieu, la faculté à défendre ensemble et à sortir les ballons après récupération", applaudit Julien Stéphan, l'architecte de cette réussite, à l’issue de ce succès en terre stéphanoise.

Ligue 1
Reims et Strasbourg se réveillent en fanfare, Saint-Etienne dort encore
HIER À 15:42
Complet à tous les niveaux

Le jeune coach rennais savoure. Il a de quoi. D'un Romain Salin appliqué, malgré les rumeurs sur le prochain gardien du club, à un Serhou Guirassy aussi précieux qu'efficace en passant par le duo Nzonzi-Camavinga qui bonifie tout au cœur du jeu, Rennes se montre "complet à tous les niveaux", comme le souligne avec un plaisir non dissimulé Damien Da Silva. C'est un vrai collectif qui s'exprime. Un groupe surtout. Que rien ne semble déstabiliser, comme l'illustre ce début de saison.

Edouard Mendy est parti à Chelsea, Faitout Maouassa et Adrien Truffert n'ont pas pu être là pour défier les Verts ? Pas grave, la formation bretonne a enfin gardé sa cage à zéro avec une excellente paire Da Silva-Aguerd et le jeune Brando Soppy solide dans son couloir. C'est le flou sur la situation de M'Baye Niang ? Là aussi ce n'est pas dramatique : Serhou Guirassy, auteur déjà de trois buts pour sa nouvelle équipe, a vite trouvé ses marques pour devenir l'atout numéro 1 de l'attaque rennaise. Comme un nouveau symbole de ce qui se passe dans le club. Aussi bien sur la pelouse que dans les coulisses.

Nayef Aguerd au Stade Rennais, 2020

Crédit: Getty Images

Un club qui vit bien

Si Julien Stéphan s’impose comme le facteur X de ce projet alors qu’il ne cesse de s'illustrer par son sens tactique, son management ou encore son coaching à l'image du dernier but rennais à Saint-Etienne où les entrants ont été décisifs (Hunou lancé par Raphinha), les performances de ses recrues et des jeunes en disent beaucoup sur le club rouge et noir. Dans le sillage de l'éclosion de Camavinga, la qualité de la formation bretonne est ainsi mise en valeur. Fin connaisseur de ce vivier, Stéphan, l’ancien formateur et entraîneur de la réserve, parvient régulièrement à lancer d'autres éléments prometteurs qui répondent présents. Mais cela ne vient pas de nulle part. Le centre de formation rennais est une référence depuis des années maintenant.

C’est un peu la même histoire pour la cellule recrutement, bien aidée actuellement par l’appui de la famille Pinault. Si Martin Terrier peut surement en montrer encore plus, les intégrations réussies de Nayef Aguerd et Guirassy laissent penser que tout le monde au club travaille dans le même sens. Cet été, les bons profils ont été ciblés. Dans les secteurs nécessaires. Et Rennes en récolte les fruits dès ces premières journées. "Nous avons un groupe qui se connaît de mieux en mieux et les recrues apportent un plus dans notre effectif", confirme Damien Da Silva, alors que le mercato breton n'est peut-être pas fini…

Il faut de l'humilité

Entre un entraîneur inspiré et inspirant, un collectif alléchant, un groupe qui s'appuie sur des jeunes talents et des joueurs d'expérience, le Stade Rennais ne cesse de confirmer. Toutes ces belles promesses laissent même entrevoir de beaux lendemains. Mais l'idée n'est pas de s'emballer au pays de la galette-saucisse.

A la Piverdière, tout le monde compte surtout s'attacher à garder les pieds sur terre pour continuer à travailler sereinement. "Il y a beaucoup de signaux positifs. Mais il faut de l'humilité car chaque week-end est difficile en Ligue 1. C'est un éternel recommencement", confirme Julien Stéphan. "Nous sommes vigilants, nous gardons la tête sur les épaules et c'est ce qui a fait la différence sur ce match. C'est la mentalité que nous affichons qui fait la différence. Ce sont des signes forts comme ceux qui permettent de revenir au score", complète son capitaine Da Silva. Le genre de discours mâture qui laisse penser que le Stade Rennais a clairement passé un cap.

Ligue 1
Denis Bouanga dans le viseur de Claude Puel
24/10/2020 À 12:06
Ligue 1
Rennes, le coup d'arrêt
23/10/2020 À 20:50