Ce n'est pas encore un vent de folie. Juste le souffle léger d'un nouvel espoir. L'ère Sampaoli a bien commencé à Marseille. Avec son lot de nouveautés, au-delà du goût retrouvé de la victoire après l'humiliation subie face aux amateurs de Canet en Coupe de France (2-1). L'OM affichait déjà un visage différent dès l'annonce de son onze de départ avant la victoire contre Rennes (1-0). Un 3-5-2, ou 5-3-2 selon les sensibilités, dont l'animation offensive restait un mystère avant le coup d'envoi. Il a rapidement été levé. Pour cette première, Sampaoli avait décidé de donner les clés du camion à Dimitri Payet.
Le Réunionnais était dans un fauteuil. Celui où il se sent le plus confortablement installé. Aligné dans l'axe, en soutien d'Arkadiusz Milik, le milieu offensif marseillais a bénéficié d'une liberté totale pour orchestrer le jeu de son équipe. Il a manifestement apprécié. Mobile, disponible, n'hésitant pas à appeler le ballon dans la profondeur, toujours désireux de faire jouer les autres, Payet a signé l'une de ses prestations les plus abouties depuis bien longtemps. A défaut d'avoir été décisif, il a donné des raisons à Sampaoli de le reconduire à ce poste.
Ligue 1
Thauvin ouvre la porte à l'OM : "Toutes les cartes sont redistribuées avec une nouvelle direction"
12/03/2021 À 14:23

Des vertus multiples

Le système en 3-5-2 lui convient particulièrement bien tant il met en valeur ses qualités. En soutien de Milik, il est plus proche du but pour faire des décisions par la passe, le dribble ou la frappe. Surtout, le Réunionnais est libre dans ses mouvements, davantage que dans un rôle d'animateur sur le côté gauche auquel il était le plus régulièrement assigné par André Villas-Boas. "Il lui faut de la liberté, il est mieux dans l’axe parce qu’il peut aller là où il veut, a expliqué l'ancien international français Johan Micoud sur La Chaîne L’Equipe. Il a été très juste dans ses choix techniques, il a joué en une ou deux touches et fait quelques décalages très intéressants. On a un peu retrouvé Dimitri Payet."

Longoria, les paliers d’une folle ascension

Les vertus de son positionnement dans ce schéma ne s'arrêtent pas là. Avec un Payet positionné plus haut et dans l'axe du terrain, les oublis du milieu offensif marseillais dans le repli impactent moins le collectif de l'OM. Il n'est pas exempté des tâches défensives pour autant et Sampaoli est plutôt du genre à réclamer une grande intensité dans ce domaine. Mais pour Payet, cela va davantage se traduire par le pressing sur la première relance adverse et les courses pour se rendre disponible à la récupération ballon. Il est plus à l'aise pour défendre dans cette configuration.

S'inspirer du Payet de Bielsa

Sampaoli s'est ainsi donné les moyens d'optimiser le rendement de Payet. Et d'en faire le joueur clé d'une équipe marseillaise désormais tournée vers l'offensive, après la philosophie plus pragmatique prônée par Villas-Boas. Son rôle dans le système du technicien argentin n'est pas si éloigné de celui qui lui était assigné par Marcelo Bielsa, même si le schéma d'El Loco était différent. Payet n'en était pas moins le chef d'orchestre et avait rayonné sous les ordres de l'actuel entraîneur de Leeds, avec 7 buts et surtout 16 passes décisives sur l'ensemble de la saison 2014-15 en Ligue 1.

"Bielsa-dépendant" et sourires inexistants : Sampaoli, alléchant mais pas sans risque pour l’OM

La volonté des deux coaches d'installer Payet à son poste de prédilection est un point commun partagé par Sampaoli et Bielsa. Ce n'est pas le seul. "Il y a des ressemblances entre Sampaoli et Bielsa, ce sont des coaches avec leurs idées et leurs schémas, soulignait Florian Thauvin vendredi devant la presse. C'est bien et important pour nous. On sait exactement notre rôle sur le terrain. On travaille beaucoup les sorties de balle. On est très heureux d'avoir ce coach et ce football offensif. C'est du football plaisir." Une philosophie de jeu qui favorise les talents marseillais comme Payet.

L'OM dépend toujours de lui

La balle est dans les pieds du meneur olympien. Avec Sampaoli, il sera dans les meilleures conditions pour exprimer la plénitude de son talent et boucler sur une note positive cette saison bien terne jusqu'ici. La question est plutôt de savoir si Payet saura saisir cette opportunité. "Ce qui me plairait c'est de gagner, peu importe la façon de faire, insistait-il en conférence de presse après l'arrivée de Sampaoli. On a besoin d'un coach qui nous aide, qui nous emmène dans son projet, dans un projet de jeu qui peut nous convenir, nous faire gagner."
Sampaoli semble justement compter sur Payet pour faire gagner son équipe. C'est ce qui justifie la liberté offerte au milieu offensif de l'OM dans le système mis en place par l'Argentin. Le Réunionnais doit maintenant redevenir cette individualité forte d'un club phocéen qui a toujours été dépendant de son rendement. La victoire contre Rennes avec un Payet influent était un premier pas. Il reste désormais dix matches au meneur olympien pour confirmer son renouveau. Celui de l'OM passera aussi par là.

Sampaoli : "Bielsa a été une référence pour moi mais je veux tracer mon propre chemin"

Ligue 1
"90 minutes de bonheur", "cadeau de Noël", "libération": 30.000 supporters ont retrouvé le Vélodrome
31/07/2021 À 21:24
Ligue 1
Longoria : "Ben Arfa ? C'est lui qui a appelé Sampaoli…"
07/07/2021 À 14:33