"Particulier". "Un super coach". "Haut de gamme". "Très exigeant". Raymond Domenech sur un banc de l'élite, cela peut intriguer. Et pourtant quand on en discute avec ceux qui l'ont connu dans ce rôle, il y a des raisons de positiver. Si on garde de lui surtout son passé d'ancien sélectionneur de l'équipe de France (2004-2010) et le fiasco de Knysna, le nouveau coach du FC Nantes a déjà connu une expérience d'entraîneur de club de l'élite française. A Lyon de 1988 à 1993. Et il a laissé de bons souvenirs.
Entraîner un club au quotidien n'a rien à voir avec le fait de diriger une sélection. Alors forcément, voir ou plutôt revoir Raymond Domenech dans un costume d'entraîneur près de 20 ans après sa dernière apparition sur un banc de première division laisse songeur. "Ça me fait enrager quand j'entends que ça va être la catastrophe à Nantes car soi-disant il ne connait plus rien, s'agace d'emblée Gilles Rousset, l'ancien gardien qui l'a connu à l’OL. C'est quelqu'un qui connait justement très bien le football. C'est un véritable entraîneur. Il n'est pas parachuté comme ça."

Raymond Domenech en 2009

Crédit: Getty Images

Ligue 1
Rennes passe un 6-0 à Clermont, Ben Yedder enfonce les Verts
22/09/2021 À 18:55
Il aimait que ses équipes jouent au football
Si pour beaucoup Domenech se résume à la Coupe du monde 2010, le CV du président de l'UNECATEF (ndlr : syndicat des entraîneur) est bien plus dense que cela. Avant les Bleus, il avait réussi à se faire une réputation intéressante entre les Espoirs et donc Lyon qu'il a fait remonter en D1. Avec des méthodes bien précises. Tant sur le plan du jeu que de la préparation physique. "Il avait une philosophie de jeu à la lyonnaise, c’est-à-dire que l'on repartait de derrière, depuis le gardien et au sol. Il voulait beaucoup de mouvements. Il aimait que ses équipes jouent au football", se souvient Gilles Rousset. "Il faisait des séances très intéressantes au niveau tactique".
"Dès son arrivée à Lyon, il voulait toujours que son équipe reparte de derrière, abonde Bernard Lacombe, qui avait tout juste été nommé directeur sportif à l'OL à cette époque. Il s'inspirait de ce qu'il avait connu à Strasbourg sous Gilbert Gress avec cette volonté de reproduire le jeu à l'allemande de l'époque. Avec lui, c'était 'On joue, on joue...'. Et à l'extérieur, c'était pareil". En clair, le Raymond Domenech entraîneur de Division 1 était loin du sélectionneur pragmatique entrevu avec les Bleus.

Kita et Domenech lors de l'entraînement du FC Nantes

Crédit: Getty Images

Un coach très exigeant sur le plan physique

Alors, pourra-t-il garder cette philosophie pour tenter d'assurer l'avenir en L1 de Nantes, qui compte trois points d'avance sur le premier relégable ? "La première chose que je veux, c'est retrouver du plaisir, c'est que cette équipe soit heureuse et joyeuse", a-t-il déjà promis. Ses nouveaux joueurs ont en tout cas intérêt à se tenir prêts. Car ils ne vont pas rigoler aux entrainements. "C'était un coach très exigeant sur la préparation athlétique", explique Gilles Rousset. "Il voulait que les joueurs aient du volume de jeu, soient capables de répéter les efforts. De jouer box to box, d'attaquer et de défendre". "Les joueurs doivent se rappeler de lui car au niveau physique, c'était quelque chose, ajoute Bernard Lacombe. Mais même sur le plan tactique, c'était du haut de gamme. C'est un coach très exigeant."
Ecouter Mercredi Mercato
Les Canaris ne vont clairement pas s'ennuyer dans les prochaines semaines. Et c'est aussi vrai car la personnalité de leur nouveau coach promet quelques épisodes détonants. Sans grande surprise cette fois. Le Domenech provocateur, qui a tant fait parler de lui à la tête de l'équipe de France, est forcément aussi un entraineur atypique. "Il aimait surprendre les joueurs", se remémore Gilles Rousset. "Ainsi, il aimait faire des séances lights de temps en temps et à d’autres moments des séances très dures. Ou encore avec les causeries: ça lui arrivait de ne pas en faire, à d'autres moments c'était à nous d'en faire à sa place". "C'était Raymond", résume avec plaisir Bernard Lacombe.
Il cherchait toujours à connaitre nos limites
Les joueurs lyonnais avaient alors découvert un Domenech qui appréciait titiller ses protégés. "Ilaimait être proche de nous. Mais c'était un coach qui provoquait aussi ses joueurs, ajoute Gilles Rousset. Il cherchait toujours à connaitre nos limites. Il aimait nous mettre dans des positions difficiles, sous pression. Par exemple, il pouvait certaines fois siffler tout contre une équipe lors d'une opposition à l'entraînement pour voir comment on réagissait dans l'adversité, si certains s'énervaient, restaient lucides et concentrés sur le jeu ou se décourageaient. Je n'avais jamais connu ça avant".
Ce management peut laisser des traces. "Au départ, c'était vécu de manière positive. Mais au fur et à mesure des saisons, c'était un peu lourd à force", reconnait avec le sourire Gilles Rousset. Mais dans l'ensemble, l'entraîneur Domenech est un personnage singulier, qui donne envie de voir ce que cela peut donner. "Il peut parfois irriter. Il m'a d'ailleurs irrité plus d'une fois. Mais c'est quelqu'un de très intéressant, d'intelligent et de charismatique. Il mérite d'être découvert. On ne peut pas rester indifférent avec lui. Moi, j'ai aimé même si je l'ai maudit à certaines occasions. J'en garde un bon souvenir", conclut Gilles Rousset. "C'est un super entraîneur", renchérit encore Lacombe.
Ligue 1
80 millions d'euros pour ça ? Rennes, retour sur investissement décevant
21/09/2021 À 21:46
Ligue 1
Dieng, la semaine de dingue : "Je connaissais mes capacités"
19/09/2021 À 19:20