Il a dû se demander où il était tombé. Pour une première, Sergio Ramos a eu droit à un décorum qui sentait à plein nez la Ligue 1. Un stade Geoffroy-Guichard chauffé à blanc, une tempête de neige, un Wahbi Khazri au marquage qu’il a appris à découvrir de près, un challenger remonté comme un coucou et un match à 13h aux allures de traquenard. Mais, à l'expérience, l’ancien capitaine du Real Madrid s’en est finalement sorti indemne.
Absent des terrains depuis le 5 mai 2021, Sergio Ramos a enfin retrouvé les pelouses près de quatre mois après son arrivée en grande pompe au PSG. La principale interrogation concernait sa forme physique. Sur ce point, l’Espagnol a rassuré : entré avec beaucoup de détermination dans son match, il n’a jamais rechigné à aller au duel (10e, 21e, 50e, 81e) et a même disputé l’intégralité de la partie, bien aidé par un scénario favorable qui a permis au PSG de disputer toute la seconde période en supériorité numérique et donc à Ramos de gérer tranquillement les rares banderilles adverses.
Ligue 1
Ramos, pistons et kryptonite : le 3-5-2 au PSG, c'est maintenant ou jamais ?
22/01/2022 À 22:58

Alternance axe droit-axe gauche

C’est donc dans le premier acte que les enseignements sont les plus nombreux tant Saint-Etienne aura offert une résistance coriace aux Parisiens. D’abord aligné axe gauche, l’Espagnol a finalement très souvent troqué sa position sur le pré, échangeant avec Marquinhos (7e, 29e), notamment pour prendre du champ et se positionner en couverture de la profondeur plutôt qu’au duel, preuve d’une certaine complémentarité naturelle avec le Brésilien.
"Les deux peuvent jouer aux deux postes, a d’ailleurs remarqué Mauricio Pochettino en conférence de presse. Marquinhos peut jouer à gauche, Ramos aussi comme il l’a souvent fait à Séville et au Real Madrid lors des seize dernières années. Les deux ont la capacité d’intervertir On a essayé de presser très haut, et parfois, il faut changer les positions après avoir changé certains joueurs. C’est vrai qu’ils ont pu changer de position par moments. C’est incroyable, mais je crois que c’est naturel".
Toujours aussi dominant dans les airs (22e), SR4 a finalement géré le tempo du match sans pour autant se montrer impeccable sur certaines transmissions ayant entraîné un pressing gagnant des Verts (26e, 36e). Et, sur l’ouverture du score adverse, il est pris, comme toute la défense parisienne, par l’exceptionnel extérieur de Khazri.
Pour le reste, Paris a retrouvé un leader à la grinta assumée, en atteste ses nombreux mots envers ses partenaires et un compétiteur à tout épreuve qui aura parfois tenté de dépasser ses fonctions lorsque les siens cherchaient l’ouverture (74e). Preuve qu’il n’a rien perdu de son vice, on l’a même vu se fritter après un tampon sur l'insaisissable Khazri qui tentait de prendre la profondeur (61e). Après une explication musclée entre les deux hommes, il a fini par échapper à la sanction, comme lors de ses grandes heures madrilènes.

L'explication entre Sergio Ramos et Wahbi Khazri

Crédit: Getty Images

Des sorties de balle de haut niveau

Après coup, au micro de Prime Video, le principal intéressé semblait ravi de ce retour et de ses sensations. "Je me sens très bien, très content, surtout après ces mois difficiles, a-t-il expliqué en espagnol. Revenir jouer, me sentir à nouveau footballeur, c’est quelque chose de très positif. En plus, on prend trois points. J’avais très envie de revenir, d’apporter des choses à l’équipe donc je suis ravi et on espère que cela soit une bonne saison".
Il n’est pas le seul. Car Mauricio Pochettino a sans doute pu constater que l’apport de l’Espagnol ne se résumait pas à son goût du duel et son leadership. Balle au pied, ses prises d'initiative auront offert de vrais lancements de jeu aux Parisiens. Très propre, il n’a pas hésité non plus à allonger quand la situation le demandait, trouvant souvent ses attaquants sur des ballons précis et bien dosés. Preuve de son apport incontestable, il a terminé le match avec le plus de passes tentées (101) et réussies (95).
En bref, s’il faudra confirmer sur la durée, les promesses entrevues ce samedi sont alléchantes et offrent de nombreuses possibilités à Mauricio Pochettino, avec notamment l’hypothèse d’une défense à trois composée de l’Espagnol, de Marquinhos et de Kimpembe. "Être flexible est toujours important, a d’ailleurs estimé Pochettino. On réfléchit à toutes les possibilités. On doit jouer beaucoup de matchs, contre de nombreuses équipes, et ayant des façons de jouer différentes. C’est une bonne alternative. C’est une possibilité à laquelle on doit penser et qu’on pourrait peut-être utiliser dans certaines rencontres". Enfin serait-on tenté d’écrire. Mais, pour lui comme pour Paris, mieux vaut tard que jamais.
Ligue 1
Grosse boulette : Ramos utilise l'hymne de l'OM dans une story Instagram
02/12/2021 À 21:38
Ligue 1
La grande première : Sergio Ramos titulaire avec le PSG à Saint-Etienne
28/11/2021 À 11:18