Georginio Wijnaldum

Arrivé libre à Paris à l'été 2021 aux côtés de Messi, Ramos et Hakimi pour compléter un des mercatos les plus spectaculaires de l'histoire du football, Wijnaldum était un superbe coup. Il portait la cape du milieu extrêmement polyvalent et capable d'offrir un gros volume de jeu. Le profil idéal pour apporter offensivement, tout en travaillant à combler les espaces laissés par Neymar, Mbappé et bientôt Messi.
Ligue 1
Le PSG prête Wijnaldum à la Roma
05/08/2022 À 18:20
Mais si Robin Van Persie a été surnommé le Hollandais volant après son superbe but de la tête face à l'Espagne lors de la Coupe du monde 2014 (5-1), Wijnaldum pourrait lui chiper le sobriquet. Non pas parce qu'il a inscrit une tête plongeante sur un vol plané, mais plutôt parce qu'il a le plus souvent été fantomatique. Au sein du big 5, il fait partie des 2% de milieux qui déclenchent le moins de pressing et des 1% qui réalisent le moins d'interceptions, de tacles et de passes vers l'avant…

Le départ d'un historique du PSG, la condition pour l'arrivée de Skriniar

Mohamed Sissoko

Signé en 2011 en provenance de la Juventus pour environ 8 millions d'euros, il est l'une des toutes premières recrues de l'ère QSI… et son premier échec dans l'entrejeu. Pas tout à fait au point physiquement, il ne participe à sa première rencontre qu’à la fin du mois de septembre avec un match de Ligue Europa contre Bilbao lors duquel… il écope d'un carton rouge.
Par la suite, Sissoko propose quelques bonnes prestations en championnat, mais pas assez pour vraiment marquer les esprits, avant une blessure contractée au genou lors de l'intersaison. Il aura du mal à s'en remettre. En cause, il l'avoue lui-même, son hygiène de vie pas irréprochable : "Tu reviens dans ta ville, avec tes potes, tout ce qui entoure, tu n'es pas spécialement concentré sur ton football…". Après un prêt à la Fiorentina, le PSG et Sissoko finissent par s'entendre pour résilier son contrat à l'issue de la saison 2012/2013.

Que donnerait la défense du PSG avec Skriniar ?

Yohan Cabaye

Yohan Cabaye, recruté à l'hiver 2014 pour se placer sous les ordres de Laurent Blanc, a lui aussi souffert du contexte parisien, mais pas de la même manière. Sous les couleurs de la capitale, il n'a pas bénéficié du temps de jeu espéré, ni montré de grandes choses. En tout cas pas assez pour justifier les 25 millions d'euros placés sur lui.

99, 75, 95... les joueurs de Ligue 1 peuvent désormais choisir des numéros de maillot originaux

"Quand je suis arrivé, certains joueurs ne voulaient pas que je vienne, je l'ai ressenti" s'est plaint le Français, une fois retourné en Angleterre, au micro de Canal+. Les stars fraîchement débarquées au club, parmi lesquelles un certain Zlatan Ibrahimovic, faisaient peser leurs envies et leurs humeurs sur le vestiaire. Et Cabaye semble en avoir fait les frais. Certaines de ses apparitions médiatiques post-PSG donnent aussi l'impression d'un joueur qui a été, parfois, un peu dépassé par la pression qui entoure le projet Qatari.

Benjamin Stambouli

À l'été 2015, Stambouli a clairement été recruté pour tenter de remplacer l'échec Yohan Cabaye. Et l'ancien Montpelliérain, chipé à Tottenham pour environ huit millions d'euros, n'a pas vraiment fait mieux.
Accompagné d'un accueil froid du Parc des Princes, le natif de Marseille peine à exister dans l'entrejeu parisien. Le passage bref de Benjamin Stambouli à Paris peut être qualifié d'échec. Quand bien même il a disputé 27 matches de Ligue 1. Alors qu'il restait quatre ans de contrat au Français, Emery, nouvellement installé sur le banc à la place de Laurent Blanc, lui a fait comprendre qu'il ne figurait pas dans ses plans, provoquant son départ à Schalke.

Benjamin Stambouli - PSG

Crédit: From Official Website

Grzegorz Krychowiak

Deux saisons pleines au FC Séville pour le Polonais et Paris dégaine le chéquier : 27,5 millions d'euros. Pourtant, dans la capitale, Krychowiak va surtout connaître… le banc. De manière assez surprenante, Unai Emery décide de snober complètement l'ancien bordelais.
"Avant de signer un contrat avec le PSG, j’ai demandé à Emery s’il voulait vraiment m’avoir dans l’équipe. Il avait répondu "oui", se remémore Krychowiak. Trois mois plus tard, Emery a déclaré qu’il ne me voulait pas dans l'équipe" complète-t-il. Difficile d'analyser cet échec tant il est peu apparu sur les pelouses pendant sa pige française. Une saison et puis s'en va.

Grzegorz Krychowiak (PSG)

Crédit: AFP

Lassana Diarra

Une saison 2015-2016 de très haut vol avec l'OM, puis un exercice 2016-2017 correct sous les ordres de Rudi Garcia et Lassana Diarra tape dans l'œil du Paris Saint-Germain. Après sa rupture de contrat avec l'OM, Paris va aller le chercher pour muscler son entrejeu lors du mercato d'hiver 2018.
Gêné par des problèmes au genou, il est vite sorti des plans de Thomas Tuchel et n'a connu que douze titularisations sur la durée de son contrat. Contrat résilié à l'amiable an après son arrivée. Diarra, qui était de retour en équipe de France grâce à ses performances sous le maillot olympien en 2016, a fini par préférer se concentrer sur le développement de sa marque boisson énergisante.

Lassana Diarra (PSG)

Crédit: Getty Images

Giovanni Lo Celso

Le terme d'échec pèse peut-être un peu lourd pour le cas de Giovanni Lo Celso. N'empêche qu'il n'a pas apporté ce qu'il aurait dû dans la capitale. Recruté à Rosario (Argentine) en 2016 pour 10 millions d'euros, il va d'abord y retourner le temps de prendre en maturité. Lorsqu'il pose ses valises à Paris, s'il a les épaules pour être un bon milieu de Ligue 1, il ne dispute que 33 matches dans la compétition en 2017/2018 et ne semble pas avoir la carrure pour aider le PSG à atteindre les sommets européens.
Comme Pour preuve, il traîne comme un boulet sa performance contre le Real Madrid en huitième de finale aller de la Ligue des champions. Lors de cette sale soirée de février 2018, il se noie au poste de sentinelle, provoque un pénalty et multiplie les pertes de balles dangereuses. Avec son installation sur le banc, Tuchel lui montre clairement qu'il ne fait pas partie de ses plans. Le PSG réalise tout de même une belle plus-value avec une vente au Betis Seville à 22 millions d'euros.

Giovani Lo Celso lors de PSG- Lyon en Ligue 1 le 17 septembre 2017

Crédit: Getty Images

Leandro Paredes

Comme pour son compatriote précédemment cité, Leandro Paredes n'a pas véritablement échoué à Paris. Lorsqu'il est en forme, l'Argentin a montré de belles, voire très belles choses. Avec en point d'orgue, son match contre le Barça lors de la claque infligée au Camp Nou en C1 en 2021 (4-1).
Assez pour un joueur prometteur acheté 40 millions d'euros ? Sûrement pas. Et le souci est bien là. Une efficacité dans la passe, il parvient facilement à faire avancer le jeu lorsque la pression adverse n'est pas trop intense. Reste que défensivement, l'intensité de son travail est trop limitée : il déclenche peu de pressings, intercepte et contre peu de ballons. La preuve, il fait partie des joueurs qui pourraient bien faire les frais du dégraissage made in Campos et Henrique.

Leandro Paredes

Crédit: Getty Images

Xavi Simons

Cette fois-ci, ce n'est ni un problème de niveau de jeu, ni un problème de vestiaire, ni un problème d'entraîneur. Xavi Simons, arraché à la Masia à l'âge de 17 ans, a souffert d'un autre mal qui ronge le PSG : entre les équipes de jeunes et l'équipe première, l'artère est bouchée.
En fin de saison, il aurait pu avoir l'opportunité de grapiller du temps de jeu. Il s'était même créé un statut de prétendant à des bouts de matches en Ligue 1 grâce à de belles prestations. Et pourtant, rien, ou presque. La situation n'étant gagnante pour personne, le jeune néerlandais a filé libre au PSV cet été. Pas le premier à préférer quitter la capitale pour donner de l'élan à une jeune carrière, sûrement pas le dernier.

Xavi Simons, le jeune milieu de terrain du PSG.

Crédit: Getty Images

Ligue 1
Veretout atterrit à Marseille
05/08/2022 À 17:36
Ligue 1
Une égalisation sur le fil et une bagarre pour finir : l'OM de Tudor se cherche encore
27/07/2022 À 20:37