L'Olympique Lyonnais s'active enfin. Après un début de mercato très calme, seulement marqué par les arrivées de Damien Da Silva et Henrique, tous deux libres, le club rhodanien est passé à la vitesse supérieure suite à la claque reçue à Angers dimanche dernier (3-0). Et alors que Melvin Bard et Youssouf Koné ont quitté le navire, certainement suivis par Maxwel Cornet dans les prochains jours, le poste de latéral gauche était une priorité. Emerson Palmieri s'est ainsi engagé jeudi. Le joueur de 27 ans débarque dans le cadre d'un prêt payant d'un an (500 000 euros), en provenance de Chelsea. Avec une étiquette de joueur méconnu du grand public.
Il y a bien eu les projecteurs de l'Euro cet été, remporté par l'Italie, qui s'est d'abord appuyée à son poste sur l'excellent Leonardo Spinazzola. Mais ce dernier s'étant blessé en quart de finale face à la Belgique, c'est Emerson qui a eu la responsabilité d'occuper le couloir gauche italien en demie et en finale, notamment. Avec succès, puisque la Nazionale est allée au bout. De quoi, au passage, porter son total à 19 sélections. Ça, c'est pour l'équipe nationale.
Ligue 1
Galtier : "Au PSG, aucun joueur n'est au-dessus du club"
15/11/2022 À 18:15

Emerson contre l'Espagne

Crédit: Getty Images

Mais en club, le joueur né et formé à Santos a finalement assez peu de références. Sur le papier, c'est plus qu'honnête : un passage par Palerme pour découvrir le football européen, puis un transfert à la Roma, où il est resté deux saisons et demi avant de rejoindre Chelsea. C'est au niveau du temps de jeu que cela coince. On parle d'un latéral de 27 ans qui ne compte que 127 matches depuis son départ du Brésil. Et qui n'a dépassé la barre des 15 matches de championnat sur une saison qu'à… une seule reprise.
Son départ a vraiment laissé un goût amer
C'était du côté de la Roma, en 2016-2017. L'exercice le plus consistant de sa carrière. "Il démarre très très mal sa saison avec des matches catastrophiques, à cette époque il n'est pas du tout indiscutable, se rappelle Antonino Russo, spécialiste du club romain, dont il traite l'actualité sur le compte Twitter
Luciano Spalletti l'a mis au placard pendant quelques matches pour le faire revenir comme titulaire. Il y a eu un avant et un après. Il s'est amélioré. Spalletti disait d'ailleurs de lui : 'Quand il partira d’ici et qu’il jouera avec continuité il montrera sa valeur, nous n’avons pas encore vu sa force'".
En mai 2017, Emerson se blesse au ligament croisé antérieur du genou gauche. Il n'aura plus l'occasion de montrer sa valeur à la Roma, puisqu'il rejoint Chelsea en janvier 2018. Reste que dans la capitale italienne, on garde un très bon souvenir du joueur. Et surtout de l'homme. "Ce qu'on retient principalement, c'est plus sa mentalité que ses prestations, reprend Antonino. Peu importe la qualité de sa prestation, c'est un joueur qui a toujours mouillé le maillot. Son départ a vraiment laissé un goût amer au sein de la communauté giallorossa. Vraiment".
Pas du luxe, à un moment où la direction lyonnaise a géré d'une main ferme les problèmes comportementaux de Marcelo, tout en ouvrant grand la porte aux joueurs dont l'état d'esprit dérange en interne. Une banderole "Bougez-vous ou cassez-vous" a même été déployée au centre d'entraînement des Gones vendredi matin, par les supporters. Ces derniers ne seront donc pas déçus par l'implication de leur nouvelle recrue.
Il ne va pas se contenter du minimum, il donne tout
"Le point fort d'Emerson est probablement sa mentalité, insiste Antonino. Même s'il a une période de moins bien, ça reste un mec combatif qui ne va pas se contenter du minimum, il donne tout. C'est ce qui a fait qu'il est apprécié à Rome".
Et ce n'est pas à Chelsea qu'on vous dira le contraire. Chez les Blues, Emerson a cumulé respectivement 27, 21 et 13 matches sur ses trois saisons complètes, toutes compétitions confondues. Un total bien maigre. Mais l'intéressé n'a pas baissé la tête pour autant. "Je suis tellement content pour lui", avouait Thomas Tuchel en mars dernier, après le but de son joueur contre l'Atlético Madrid en 8e de finale retour de Ligue des champions, qu'il avait commencé sur le banc.

Tuchel et Emerson après Chelsea Atlético

Crédit: Getty Images

"Le gars souffre tout le temps de mes décisions, on a trois joueurs pour une place (avec Ben Chilwell et Marcos Alonso, ndlr). C'est l'un des gars les plus sympas que vous puissiez imaginer. Il est toujours sympa, il a des qualités incroyables. Aujourd'hui, je voulais le récompenser, lui dire merci pour son attitude. Il est un exemple. Tout le monde est content pour lui parce que tout le monde voit ce qu'il fait pour le groupe. Il met son ego de côté et joue son rôle". L'entraîneur allemand n'est jamais avare en superlatifs. Mais cette prise de parole était une véritable déclaration d'amour.
L'OL récupère donc un coéquipier modèle et un guerrier, ce qui n'est pas rien. Reste que dans le Rhône, on attendra évidemment plus que ça d'un joueur qui compte, quand même, un Euro, une Ligue Europa et une Ligue des champions, entre autres, à son palmarès. Peter Bosz sait que son nouveau latéral "a de bonnes qualités offensives, un bon pied gauche", et qu'il peut aussi évoluer un cran plus haut, par exemple comme piston dans un 3-5-2. Les supporters lyonnais, eux, attendent de découvrir un joueur que beaucoup ne connaissent que très peu. Premiers éléments de réponse dimanche contre Clermont... ou un peu plus tard, Bosz l'ayant annoncé comme "incertain".
Ligue 1
Fofana, Payet, Bourigeaud… Votez pour le meilleur joueur de la 15e journée
15/11/2022 À 12:33
Ligue 1
Doku, le compte n'est pas encore bon
11/11/2022 À 23:18