Il était bien là. Arrivé en milieu de semaine à Marseille, où il a suscité un fol engouement auprès des supporters, Alexis Sanchez était du déplacement à Brest, ce dimanche soir, en clôture de la 2e journée de Ligue 1. Évidemment, le Chilien n’a pas démarré la rencontre. Il est encore trop juste physiquement pour disputer un match de cette intensité dans la peau d’un titulaire. Mais il est apparu sur le pré dès le début de la seconde période, remplaçant un Cengiz Ünder décevant. L’ancien joueur du FC Barcelone s’est rendu disponible, a proposé des solutions entre les lignes, a accéléré le jeu quand il l’a pu et a fait preuve de précision dans ses transmissions.
En somme, le "Niño Maravilla" a livré un joli petit aperçu de ce qu’il pourra apporter à sa nouvelle équipe. Et c’est sans doute le seul point positif que l’on retiendra du second acte olympien. Pendant les 45 premières minutes, l’OM n’avait pas été irrésistible, loin de là. Il avait toutefois su se montrer dangereux et était parvenu à prendre les devants au score, grâce à Nuno Tavares. Après la pause, les Phocéens ont en revanche eu du mal à remettre du braquet. Ils l’ont rapidement payé, Pierre Lees-Melou ayant égalisé d’une superbe demi-volée pour les Bretons. Et à aucun moment, par la suite, ils n’ont donné l’impression de pouvoir forcer la décision.
Ligue 1
Nouveau druide, l'avenir de Payet, premières pour Mandanda : les tops et les flops
11/09/2022 À 22:14

Alexis Sanchez est-il fini ?

On peut être contents de prendre ce point-là
À l’arrivée, ce résultat nul (1-1) est plutôt logique au regard de la physionomie de la partie. D’aucuns pourraient même penser que les visiteurs s’en sortent bien. Jonathan Clauss est de ceux-là. "Vu la deuxième période qu’on fait, on peut être contents de prendre ce point-là, a lâché le latéral marseillais, passeur décisif ce dimanche, au micro de Prime Video. On a eu du mal à sortir en deuxième période, Brest a bien joué le coup en bloquant nos sorties de balle. On n’a pas vraiment trouvé la solution, malgré quelques éclairs. Dans l’ensemble, on a bien été gênés."
La prestation collective du SB29, autrement plus aboutie que celle proposée à Lens une semaine plus tôt (3-2), est un premier élément pouvant expliquer les difficultés des Ciel et Blanc après la pause. Une nouvelle fois capitaine, pendant que Dimitri Payet était remplaçant, Valentin Rongier a, lui, avoué être "fatigué". "Peut-être qu’on a manqué de fraîcheur, a reconnu Igor Tudor en conférence de presse. Comme on joue dès samedi prochain (face à Nantes, ndlr), on va prendre le temps d’en retrouver." Les séances d’entraînement énergivores imposées par le technicien croate pourraient donc aussi expliquer ce coup de mou.
L’ex-coach du Hellas Vérone va cependant plus loin. "Le problème, c’est qu’à un moment donné, on a pensé que le match était fini, a-t-il lâché devant les journalistes. Mais en Ligue 1, tous les matches sont difficiles, surtout à l’extérieur. Le résultat de ce (dimanche) soir est réaliste. On prend ce point et on retourne travailler." Ainsi, l’Olympique de Marseille aurait-il péché par orgueil et fait preuve de suffisance ? C’est du moins ce qu’a suggéré, à demi-mot, son nouvel homme fort. On doute que ça lui ait plu.

Pierre Lees-Melou au duel avec Jonathan Clauss lors de la rencontre Brest - OM en Ligue 1

Crédit: Getty Images

Ligue 1
Tudor s'explique pour Payet : "Je lui ai expliqué mon plan et il l'a accepté"
10/09/2022 À 22:27
Ligue des champions
Absents à Auxerre, ils seront là à Londres : Payet et Gigot présents à l'entrainement de l'OM
06/09/2022 À 15:38