LES TOPS

  • Neymar, flamboyant mois d'août
Déjà auteur d’un doublé face à Nantes lors du trophée des champions (4-0), puis buteur et triple passeur face à Clermont (0-5), Neymar a confirmé qu’en ce mois d’août, il est de loin le meilleur Parisien. A nouveau virevoltant contre Montpellier, pour la première du PSG au parc des Princes, il a inscrit deux nouveaux buts lors de la large victoire des siens (5-2). Son penalty et sa débauche d’énergie pour surprendre Jonas Omlin de la tête ont parachevé une prestation de grande classe, où sa complicité avec Lionel Messi aurait même pu lui valoir un triplé, sans un léger hors-jeu de Presnel Kimpembe. Au cours d’une soirée où Mbappé a boudé, il a même été ovationné par le public à sa sortie…
Ligue 1
Possible première pour Ekitike, à la place de Mbappé... ou Messi
IL Y A 20 HEURES

Neymar, double buteur contre Montpellier

Crédit: Imago

  • Lafont-Schmeichel, derniers remparts XXL
Voir Alban Lafont réussir un grand match n'a plus rien de surprenant. Il en a même pris l'habitude. Et c'est justement ce qui change tout. Depuis plusieurs mois, le portier tricolore brille avec le FC Nantes. Ce fut encore le cas vendredi soir, face à Lille (1-1), où il a tenu la baraque lorsque les Canaris étaient proches de prendre l'eau. En réalisant trois parades importantissimes, dont une superbe sur une tête de Jonathan Bamba, le gardien de 23 ans a largement aidé son équipe à récolter un point. Et plus le temps passe, plus on l'imagine volontiers s'offrir un voyage au Qatar dans quelques mois...
Au Qatar, Kasper Schmeichel y sera assurément. Pour son premier match sous le maillot niçois, l'international danois a réalisé une prestation de patron, dimanche contre Strasbourg (1-1). Impeccable devant les attaquants alsaciens, l'ancien portier de Leicester a réalisé plusieurs arrêts de haut vol, a fait valoir la qualité de son jeu au pied et a rassuré ses défenseurs, même s'il a dû s'incliner sur un lob de Kévin Gameiro. De bon augure pour les Aiglons, désireux de sécuriser leur cage après le départ de Walter Benitez.

Kasper Schmeichel lors de la rencontre Nice - Strasbourg en Ligue 1

Crédit: Getty Images

  • Clermont revigoré par ses nouvelles recrues
Mené 2-0 par Reims après seulement une demi-heure de jeu, Clermont semblait se diriger tout droit vers un deuxième revers de rang cette saison. Mais en seconde période, la troupe de Pascal Gastien s'est révoltée et a été portée par ses nouveaux venus. Enrôlé pour succéder à Mohamed Bayo, Komnen Andric a d'abord provoqué l'expulsion d'Emmanuel Agbadou, avant de s'offrir un doublé pour permettre à son équipe de recoller. Ce sont ensuite Muhammed Cham, prêté à Lustenau (D2 autrichienne et montée en D1) la saison passée, et Jérémie Bela, arrivé en provenance de Birmingham, qui ont forcé la décision en faveur du CF63, finalement vainqueur dans la Marne (2-4).

Lees-Melou, retour fracassant

Pierre Lees-Melou avait dit au revoir à la Ligue 1 en mai 2021, avec le maillot de Nice sur le dos et le brassard de capitaine accroché sur l'avant-bras. Après avoir découvert la Premier League du côté de Norwich, le milieu originaire de Langon est revenu dans l'Hexagone cet été. Il a posé ses valises à Brest, en toute discrétion. Et il a profité de la réception de l'OM, dimanche soir, pour se rappeler au bon souvenir des suiveurs du championnat. L'ancien Dijonnais a égalisé d'une demi-volée du droit surpuissante depuis l'extérieur de la surface, récompensant les efforts de ses nouveaux coéquipiers. Un coup de canon en guise de plus beau but du week-end.

Pierre Lees-Melou (Brest) a égalisé de fort belle manière face à Marseille, dimanche 14 août 2022. / Ligue 1

Crédit: Getty Images

LES FLOPS

  • Rennes, un but gag et un nouvel accroc
La saison du Stade Rennais avait déjà connu un sérieux coup de froid lors de la défaite concédée face à Lorient à domicile (0-1). Ce week-end, en Principauté, les hommes de Bruno Genesio n’ont pu ramener qu’un point face à Monaco, pourtant réduit à 10 dès le premier quart d'heure de jeu. Longtemps bousculés malgré leur supériorité numérique, les Bretons avaient fait le plus dur en ouvrant le score par Gaëtan Laborde (59e).
Mais alors qu’ils avaient repris le contrôle de la partie, les coéquipiers de Dogan Alemdar, entré à la pause à la place d’un Steve Mandanda blessé, ont vu le portier turc commettre une erreur irréparable treize minute plus tard. Tentant de relancer proprement depuis sa surface, il a été surpris par Breel Embolo, qui a jailli dans ses pieds pour pousser le ballon au fond des filets. Une mauvaise blague qui empêche Rennes de décoller.

Lovro Majer et Guillermo Maripan lors de Rennes - Monaco en Ligue 1

Crédit: Getty Images

  • L'ESTAC et Irles déjà sous pression
Arrivé sur le banc de Troyes en janvier, Bruno Irles a vécu six premiers mois délicats, entre tensions avec certains joueurs et défiance d'une partie du public. L'ancien coach est toutefois parvenu à guider le club aubois vers le maintien, obtenant un logique sursis. Mais jusqu'à quand ? Alors que la préparation estivale n'a pas été des plus convaincantes et que des recrues se font toujours attendre, l'ESTAC a démarré sa saison du mauvais pied, en concédant deux défaites de rang.
Dimanche, les partenaires d'Adil Rami - remplaçant au coup d'envoi - pouvaient pourtant profiter de la réception du promu toulousain pour se mettre en confiance. Mais leur prestation collective a été d'une grande pauvreté et cela a fait les affaires d'un TFC bien plus entreprenant (0-3). Il n'en fallait pas plus pour inciter des supporters à réclamer, de manière bruyante, le départ d'Irles. Et ce n'était que le premier match de la saison à domicile...
  • De Lorient à Ajaccio, des pelouses pas au niveau
Certes, la canicule et les restrictions d'eau n'aident pas les jardiniers, bien au contraire. Mais les problèmes de pelouse rencontrés lors de la deuxième journée ne sont pas la meilleure des publicités pour le championnat de France. Le terrain du Moustoir étant trop dégradé - notamment à cause de la tenue du festival interceltique -, le match entre Lorient et Lyon a ainsi été reporté à une date ultérieure, ce qui a occasionné une passe d'armes entre dirigeants des deux clubs, qui se sont chamaillés par tweets interposés.
De retour dans l'élite, l'AC Ajaccio a bel et bien eu le droit, pour sa part, d'accueillir Lens ce dimanche. Le pré du stade François-Coty était pourtant en piteux état, bien loin de ressembler à un billard anglais. En fin de compte, pas étonnant qu'il ait été le théâtre du seul 0-0 du week-end.
Ligue 1
79 points, 34 rouges, 0 victoire… Les chiffres surprenants après 8 journées
19/09/2022 À 22:29
Transferts
Les 4 infos mercato du week-end
11/09/2022 À 16:26