Sur le terrain, le PSG a eu tout faux face au FC Barcelone. Devant la presse, Laurent Blanc n'a pas été plus inspiré lorsqu'il a été invité à parler du cas David Luiz. Blessé à Marseille dix jours auparavant et annoncé absent pour quatre semaines, l'international brésilien a joué 70 minutes face à au Barça. Ce n’était pas prévu mais les événements et la blessure de Thiago Silva en ont décidé autrement.

Comment David Luiz a-t-il pu jouer ? "Il n'y a pas qu'une médecine, je l'ai vérifié moi-même lors de ma carrière. Il y a des méthodes aux résultats plus rapides que la médecine classique", a expliqué Laurent Blanc. Une réponse qui n'a eu pour conséquence que d'épaissir le mystère autour du cas médical du Brésilien, touché aux ischio-jambiers face à l'OM et qui n'aurait pas dû remettre les pieds sur un terrain de football avant le mois de mai.

Ligue des champions
Cette "autre médecine" qui a permis à David Luiz de revenir à temps pour le Barça
15/04/2015 À 23:17

La solitude du coach pendant la déroute de son équipe. Sorti vainqueur de son duel avec Mourinho au tour précédent, Laurent Blanc n'a pas pris le dessus sur son ancien coéquipier, Luis Enrique.

Crédit: AFP

Quelques minutes plus tard, David Luiz s'est arrêté en zone mixte et, le plus naturellement du monde, a expliqué les tenants et les aboutissants de sa guérison miracle. "Je suis allé cinq jours en Russie pour travailler 12 heures par jour. La durée d’indisponibilité communiquée par le PSG n’était ni un mensonge ni un coup de bluff. Vous pouvez voir les examens si vous voulez. Demandez-les au club ! J’ai beaucoup travaillé avec un physiothérapeute, Eduardo Santos, qui a un traitement incroyable. C’est un nouveau traitement. Je ne suis pas le premier joueur à avoir recours à ses soins, c’est Villas-Boas qui m’a conseillé."

AVB était l'ancien entraîneur du défenseur brésilien, quand les deux hommes évoluaient à Chelsea. Aujourd'hui en charge du Zenit Saint-Petersbourg, le Portugais travaille avec ce dénommé Eduardo Santos, inconnu du grand public avant mercredi.

tweet

Qui est-il ?

Agé de 36 ans et diplômé de l'Université de Vale du Paraiba dans l'état de Sao Paulo, Eduardo Santos est arrivé en Russie au mois de mars 2014, dans les valises de Villas-Boas et au sein d'un staff élargi. Brésilien et jusqu'alors en poste au Vitesse Arnhem aux Pays-Bas, Santos est en charge de la remise sur pied et la récupération des joueurs du Zenit. En début de saison, il avait déjà fait parler de lui en remettant Hulk d'aplomb. Victime d'une rupture musculaire de grade 2 le 31 août, l'attaquant auriverde aurait dû manquer six semaines à son équipe. Il avait rejoué moins de deux semaines plus tard en Ligue des champions. En Russie, personne n’y a trouvé à redire.

Hulk

Formé à Chelsea, Sam Hutchinson est un autre miraculé passé entre les mains expertes du physiothérapeute. En 2010, il décide d'arrêter sa carrière à 21 ans. La faute à un genou récalcitrant. Il revient sur sa décision et, trois ans plus tard, les Blues tentent alors le tout pour le tout en l'envoyant au Vitesse alors qu'il était incapable de s'entraîner sans anti-douleur. Cinq mois plus tard, miracle. Signé Santos.

Sa méthode ?

Eduardo Santos en parle dans une vidéo publiée par le club russe le mois dernier. Extrait. "On essaie de travailler avec un joueur blessé le plus longtemps possible. Il reçoit 5 à 9 heures et procédures physiothérapeutiques par jour. Nous avons un complexe où l'on travaille, avec un appareil que j'ai amené d'Espagne. Cet appareil nous permet de nettoyer les muscles. Ceci combiné à différentes techniques permet au joueur de récupérer et de revenir rapidement."

L'interview de Santos

Pas de trace de PRP (Plasma Riche en Plaquettes), des injections qui ont pour conséquence d'accélérer la cicatrisation. Comme le rappelait Le Monde mercredi, cette technique a été retirée des listes de méthodes interdites par l'Agence Mondiale Antidopage en 2013 car "les études actuelles ne démontrent pas de potentiel d’amélioration de la performance au-delà d’un effet thérapeutique", justifiait l’AMA à l’époque. Mercredi, Eduardo Santos est sorti de l’ombre. Pas son "autre médecine".

Vous imaginez les économies que pourrait en tirer la Sécurité sociale ?

Interrogé par l'AFP, le docteur Jean-Pierre de Mondenard, médecin du sport et spécialiste du dopage, aimerait en savoir plus. Si jamais la PRP a été utilisée, elle ne peut pas suffire. "J'ai du mal à imaginer que la méthode PRP ait réduit la durée de la blessure de David Luiz à dix jours seulement. Si vous ne soignez que la lésion, vous permettez juste à un joueur de pouvoir regarder le match tranquillement chez lui dans son canapé. Il faut aussi récupérer la proprioceptivité, c'est à dire la perception des mouvements et de l'espace. Celle-ci provient de capteurs, dans les muscles, qui sont totalement déboussolés en cas de blessure. Or, pour retrouver pleinement ses repères, cela prend normalement quatre semaines au minimum. Concernant David Luiz, si la méthode employée est totalement légale, que le physiothérapeute la rende publique dans les vingt-quatre heures, pour le bien de tous. Vous imaginez les économies que pourrait en tirer la Sécurité sociale ?"

David Luiz en plein cauchemar

Crédit: Imago

Ligue des champions
"Je ne devais jouer qu’une trentaine de minutes"
15/04/2015 À 23:13
Ligue des champions
L'antisèche : Paris n'avait pas le droit de tomber aussi bas
15/04/2015 À 22:04