Getty Images

Le Shakhtar en quarts ? Ce serait pas loin d’être historique

Le Shakhtar en quarts ? Ce serait pas loin d’être historique

Le 12/03/2018 à 23:10Mis à jour Le 13/03/2018 à 16:25

LIGUE DES CHAMPIONS – Vainqueur à l'aller de la Roma (2-1), le Shakhtar Donetsk espère rejoindre le cercle très fermé des "surprises" parvenues à aller en quart de finale de la Ligue des champions ces dernières saisons. Cette qualification serait une vraie performance alors que les formations des grands championnats ont pris l'habitude de s'illustrer au printemps sur la scène européenne.

La Ligue des champions, ce n'est pas une cour de récréation. On n'est pas là pour s'amuser. Cependant, les plus expérimentés y font en général aussi la loi. Depuis quelques années maintenant, c'est même flagrant. Si le Shakhtar Donetsk parvient à confirmer sa victoire à l'aller contre la Roma (2-1), le club ukrainien rejoindrait ainsi le groupe des qualifiés "exotiques" de la C1 en quarts de finale. Un groupe restreint dont les membres ne sont pas légion ces dernières années.

Depuis le début des années 2000, les invités surprises se font très rares au stade des quarts de finale. Ils sont même inexistants sur les quatre dernières éditions de la C1. On parle des équipes qui ne font pas parties des grands championnats, ni des formations d'un pays ayant déjà vu un de ses clubs être sacré dans la plus prestigieuse compétition européenne. Et un constat s'impose : les habitués ne laissent que de miettes aux autres.

Facundo Ferreyra (Shakhtar Donetsk) buteur face à l'AS Rome

Facundo Ferreyra (Shakhtar Donetsk) buteur face à l'AS RomeGetty Images

En confirmant sa victoire du match aller, le Shakhtar Donetsk serait seulement la huitième formation de cette catégorie à décrocher son ticket pour le Top 8 du Vieux continent depuis le début de ce siècle.

  • 2012-2013 : Galatasaray (élimine Schalke 04 en 8es, perd contre le Real en quarts)
  • 2011-2012 : Apoel Nicosie (élimine Lyon en 8es, perd contre le Real en quarts)
  • 2010-2011 : Shakhtar Donetsk (élimine la Roma en 8es, perd contre le Barça en quarts)
  • 2009-2010 : CSKA Moscou (élimine le FC Séville en 8es, perd contre l'Inter en quarts)
  • 2007-2008 : Fenerbahçe (élimine le FC Séville en 8es, perd contre Chelsea en quarts)
  • 2001-2002 : Panathinaïkos (perd contre le Barça en quarts)
  • 2000-2001 : Galatasaray (perd contre le Real en quarts)

La performance ne serait donc pas anodine. Loin de là. Face aux monstres économiques mais aussi aux historiques du football continental, les "autres" n'ont pas voix au chapitre. Les raisons sont multiples et bien connues : la puissance financière, l'expérience ou encore l'habitude de jouer des chocs écrasent la concurrence. Voir le Shakhtar Donetsk en quart de finale de cette Ligue des champions serait donc bien un petit événement.

S'il y franchit cette première marche – déjà bien haute -, le club de Donetsk aurait alors un autre défi : briser le plafond de verre des quarts de finale. S'il est en effet compliqué de bousculer l'ordre établi du Top 8, il est encore plus difficile d'aller plus haut : aucune équipe citée au-dessus n'a en effet réussi à décrocher un ticket pour les demi-finales. Pour les "petits", le quart est en général synonyme de terminus. Au Shakhtar Donetsk de rompre avec ces habitudes des nantis de la C1.

0
0