Le contexte

Un choc, un vrai avec toutes les conséquences que cela peut engendrer. Ce vendredi à Munich, c’est d’abord le quart le plus prestigieux du tableau qui va se jouer. Les deux seuls anciens vainqueurs de ce bracket aussi atypique que cette édition improbable. Voilà pour le choc des palmarès. Sur le terrain, c’est une autre histoire.

Serie A
14 cas de Covid au Genoa, Baldé également positif à la Sampdoria avant son transfert
IL Y A 2 HEURES

Car s’il faut désigner un favori clair à ce duel, le Bayern Munich l’emporte haut la main. Invaincus en C1 cette saison, gonflés de certitudes, menés par un Robert Lewandowski affamé et des cadres qui veulent revenir au sommet de l’Europe, les Bavarois ressemblent à l’épouvantail de cette édition. Très solide derrière, ils offrent surtout une armada offensive impressionnante et une forme que même Chelsea, pourtant dans le rythme, a fini par subir de plein fouet.

Ces mots auraient pu caractérisés le Barça du début de la décennie 2010. Mais en l’espace de dix ans, l’astre a fini par perdre de sa luminosité au point de devenir franchement inquiétant. Malgré leur première période réussie face au Napoli (3-1), cette équipe se cherche encore une âme, un fond de jeu et du caractère. Alors, jeu, set et match Bayern ? C’est oublié un peu vite qu’un seul joueur peut tout changer…

Le joueur à suivre : Lionel Messi

C’est ce qui traduit peut-être le mieux les maux du Barça depuis plusieurs années. Tout repose sur lui. Lors du huitième de finale retour face à Naples (3-1), l’Argentin s’est remis en jambes, en inscrivant un but splendide et en obtenant un penalty transformé par Suarez. Le Bayern n’est pas dupe et sait que le danger viendra de lui. Mais préparer un plan anti-Messi n’a pas toujours suffi. Si le sextuple ballon d’or joue son meilleur football vendredi, le Barça aura de grandes chances de voir les demies. D’autant qu’il retrouve aussi une vieille connaissance…

Il y a cinq ans, Messi détruisait Boateng en un dribble

Les trois stats à avoir en tête

3 : Le Bayern (8 victoires) et le Barça (5 victoires, trois matches nuls) sont deux des trois équipes présentes dans ce Final 8 à être invaincues en Ligue des champions cette saison. L’autre club concerné est Manchester City (6 victoires, 2 nuls).

1 896 minutes : Soit la durée de la disette de Luis Suarez à l’extérieur lors des matches couperets de C1. La dernière fois qu’il a frappé, c’était sur le terrain de la Roma, en 2015. Depuis, l’Uruguayen enchaîne les feuilles statistiques vierges à l’extérieur (67 tirs sur 19 terrains différents).

47 : A l’inverse, Robert Lewandowski cartonne cette saison en Ligue des champions. Le Polonais a inscrit 13 buts sur cette édition, soit un but toutes les 47 minutes…

Ils l’ont dit

Leon Goretzka, sur comment arrêter Messi :

Des milliers de joueurs avant moi ont déjà essayé de répondre à cette question. Ça ne marche que collectivement, car c'est un footballeur hors du commun.

Antoine Griezmann, sur l’armada offensive du Bayern :

Le danger vient de n’importe où, à l’intérieur, à l’extérieur, Lewandowski et Gnabry devant.

Notre avis

Par la qualité de son jeu, sa forme physique, son armada offensive et sa rigueur à toute épreuve, le Bayern part favori de ce choc. Robert Lewandowski, déjà auteur de 13 réalisations, a le record de buts sur une seule édition de Ligue des champions (17) en ligne de mire et aura à cœur de s’en rapprocher face aux Catalans. En face, le Barça n’est plus le club qui terrorisait les écuries européennes au début des années 2010. Mais il possède un joueur. Un joueur qui, même s’il passe complètement au travers de son match peut, d’un éclair de génie, renverser la rencontre à lui tout seul. Alors oui, le Bayern est favori. Mais en face il y a Messi. Alors tout est permis.

Enzo GUERINI et Cyril MORIN

Le Bayern grand favori ? "Oui... si Lewandowski parvient à passer un vrai cap"

Liga
Fati, première vedette de l’ère Koeman
HIER À 21:36
Liga
Débuts parfaits pour le nouveau Barça de Koeman
HIER À 20:47