Le jeu : Cohérence totale et combat de tous les instants

À son arrivée, Sylvinho avait insisté sur l’idée d’un bloc-équipe compact et d’un collectif où tous les efforts étaient partagés. Jusqu’ici, ses idées n’avaient trouvé qu’un écho théorique. Mais, ce mercredi, Lyon a joué comme une équipe, les Lyonnais faisant les efforts ensemble et jouant tous les coups à fond.

Ligue des champions
Lyon, le coup parfait
02/10/2019 À 20:52

Au duel, les joueurs de l'OL ont répondu présent. Mieux, leurs deux buts sont venus d’un pressing haut, si rare lors des dernières sorties. La physionomie du match a aussi permis aux Rhodaniens d’appliquer leur plan à la perfection. En somme, l’OL a livré un match niveau Ligue des champions.

Les joueurs : L’heure des revanchards

Pour des raisons diverses, ils avaient été très critiqués sur ce début de saison. A raison. Mais ce mercredi, la victoire est d’abord passée par eux. Derrière, Marcelo a été le patron d’une défense à trois complémentaire, se permettant même un sauvetage aile de pigeon improbable. A ses côtés, Andersen a aussi tenu la baraque et a semblé plus libéré à la relance.

Joachim Andersen, Lucas Tousart et Marcelo

Crédit: Getty Images

Au milieu, Lucas Tousart a été dans le ton avec des interventions souvent viriles mais correctes. Quant à Houssem Aouar… Le milieu lyonnais a retrouvé la virtuosité qui fait de lui un joueur à part. Il a signé son meilleur match de la saison et ce n’est pas un hasard si l’OL a suivi la même voie.

Devant, Memphis Depay et Martin Terrier ont été complémentaires mais surtout tueurs quand il le fallait. Tout ce que n’a pas fait Timo Werner. La star de Leipzig a été catastrophique et maladroit comme rarement (5e, 23e, 68e). Il n’a pas été aidé par le duo Dayot Upamecano - Jordi Mukiele, coupable sur les deux buts lyonnais.

Le facteur X : L’état d’esprit lyonnais

Timo Werner aurait pu faire basculer ce match en transformant ses occasions. Mais il est important de souligner le visage montré par les joueurs lyonnais en Allemagne. Techniquement, tactiquement, il y a toujours des choses à redire. Mais, pour la première fois depuis bien longtemps, l’OL a ressemblé à une équipe et non à une somme d’individualités sans cohérence. Sans surprise, ça change tout.

La stat : 6/10

Il n’est pas le meilleur Lyonnais de la saison jusqu’à présent. Mais c’est peut-être celui le plus à même de changer la destinée de son équipe. En marquant à nouveau ce mercredi, Memphis Depay a renforcé son statut d’intouchable. Sur les 10 derniers buts des Rhodaniens en C1, il est impliqué six fois (3 buts, 3 passes). Quand on veut, on peut…

Memphis Depay et Houssem Aouar

Crédit: Getty Images

Le tweet qui a raté un épisode

La décla : Memphis Depay (attaquant de Lyon)

On est Lyon, on doit gagner tous les matches. On a montré ce soir qu’on pouvait être une grande équipe.

La question : l’OL a-t-il lancé sa saison ?

Tout n’est pas parfait et tout n’est pas résolu. Surtout quand on connait la propension lyonnaise à gâcher une grosse prestation presque instantanément par la suite. Il n’empêche, pour la première fois cette saison, les principes théoriques de Sylvinho ont trouvé une traduction empirique sur le terrain.

Avec une solidarité de tous les instants et un onze cohérent tactiquement à défaut d’être spectaculaire, le coach brésilien a remporté la mise après son coup de poker initial, où il avait privé l’OL de ses deux meilleurs joueurs du début de saison au coup d’envoi. Mais l’ancien latéral du Barça avait un plan qui s’est, pour une fois, déroulé sans accroc.

Pour aborder sa semaine décisive, l’OL avait le couteau entre les dents. Ce n’est pas clinquant mais c’est souvent payant. A priori, il n’y a pas de raison de changer d’ustensile pour un derby dimanche qui peut définitivement changer la donne. Mais avec Lyon, on n’est jamais sûr de rien…

Ligue des champions
Tuchel, mémoire courte et longue agonie
IL Y A 5 HEURES
Ligue des champions
Les notes des Parisiens : Marquinhos en patron, Diallo en employé modèle
HIER À 00:03