Souvenez-vous, le 10 avril 2013, au Camp Nou, lors du quart de finale retour de la Ligue des champions entre le Barça et le PSG. Grâce à un but de Pastore, inscrit en tout début de seconde période, Paris est virtuellement qualifié. Mais à la 62e minute, Lionel Messi entre en jeu. Et le match bascule. Effrayés par l’apparition sur le terrain de l’Argentin, les Parisiens reculent, subissent… Avant de définitivement craquer, sur un but de Pedro dix minutes plus tard.

Mbappé rentre, le match change

Ligue des champions
L'antisèche : Vaincre cet implacable destin, c'est le plus beau des cadeaux pour le PSG
12/08/2020 À 22:25

Mercredi, Paris a inversé les rôles. Mené au score par une valeureuse équipe de l’Atalanta, Thomas Tuchel n’a pas eu le choix, et a fait rentrer Mbappé à l’heure de jeu pour tenter de trouver la faille. Et ça n’a pas manqué. Dès l’entrée en jeu du champion du monde français, le bloc de la Dea a reculé. La peur, qui avait tant collé à la peau des Parisiens ces dernières années en Ligue des champions, s’est cette fois-ci emparée des hommes de Gasperini.

Il faut dire qu’il y avait de quoi. Très en jambes pour un joueur de retour de blessure, l’ancien Monégasque a donné le tournis à la défense bergamasque dès ses premières prises de balles, profitant des espaces laissés notamment par Hateboer. "L’entrée de Mbappé a donné une énergie supplémentaire au PSG, qui était en train de perdre le match à ce moment-là", a d’ailleurs commenté Gasperini en conférence de presse d’après match. "Son entrée a été déterminante, il a créé beaucoup de dangers avec ses accélérations." Un constat partagé par Fabio Capello, mercredi après la rencontre sur Sky Italia : "Le match s’est terminé quand Mbappé est rentré. Avec les changements, le PSG a tout changé."

Deux essais avant la délivrance

Plus que déterminante, l’entrée de Mbappé a été décisive. Elle aurait pu l’être dès la 74e minute, sur une ouverture de Paredes, où l’attaquant s’est retrouvée lancé sur son côté gauche. Mais le natif de Bondy, qui a préféré tirer plutôt que de la donner à Neymar en retrait, a buté sur Sportiello. Elle aurait aussi pu l’être à la 80e, lorsque le numéro 7 s’est débarrassé de son défenseur d’une magnifique feinte de corps avant d’être repris in extremis par Palomino.

C’est finalement dans les tous derniers instants de la rencontre que sa vitesse, ses appels de balles tranchants et sa relation fusionnelle avec Neymar ont fini par faire la différence. Deux minutes après l’égalisation de Marquinhos, le numéro 10 brésilien lançait parfaitement Mbappé qui prenait encore Palomino de vitesse. Et cette fois-ci, le Français faisait le bon choix en servant parfaitement Choupo-Moting seul devant le but bergamasque. La suite, on la connait.

Des stats à la Messi mais aussi très imprécis : le paradoxe Neymar

Au-delà du jeu, Mbappé a démontré un état d'esprit de compétiteur. Il est très vite rentré dans son match et a fait des différences, au moment où Neymar a eu un petit passage à vide. Il a répondu présent quand son équipe avait besoin de lui. Et sur ce point, l'attaquant a bien progressé. Il suffit de se souvenir de son huitième de finale retour désastreux face à Manchester United la saison passée pour voir le gap franchi par le numéro 7.

Une deuxième demi-finale, déjà…

Et dire que tout ça ne s’est joué à rien. Depuis le 24 juillet et sa sortie sur blessure lors de la finale de la Coupe de France face à Saint-Etienne, Mbappé et le staff parisien ont été lancés dans une véritable course contre la montre. L’attaquant a d’ailleurs remercié tous les médecins du club sur son compte Twitter après la rencontre : "Un grand merci au staff médical de m’avoir remis sur pied, personne n’y croyait sauf nous. Félicitations à tout le groupe, on est parti la chercher celle-là."

En sortie de banc, Mbappé peut tout casser : Le Top 5 de ses entrées fracassantes

Personne ne doutait vraiment de l’importance de Kylian Mbappé dans le groupe parisien. Mais il a encore prouvé qu’il pouvait, même sur trente minutes, faire basculer une rencontre. A seulement 21 ans, l’attaquant va donc disputer sa deuxième demi-finale de Ligue des champions de sa carrière, après celle perdue en 2017 avec Monaco. Et vu qu’il risque d’être parfaitement rétabli d’ici là, il risque de tout mettre en œuvre pour que celle disputée avec le PSG connaisse un autre sort. Réponse le 19 août prochain.

Ligue 1
De la difficulté de classer les légendes
IL Y A 3 HEURES
Ligue 1
Simple contracture pour Neymar
IL Y A 5 HEURES