Le jeu : On n'a pas reconnu Paris

Ce PSG n'avait rien d'un vice-champion d'Europe. Engagement, agressivité, discipline tactique, créativité, concentration, esprit de conquête… Il a été maîtrisé par Manchester United dans tous les aspects du jeu. Il n'a longtemps dû son salut qu'aux parades de Keylor Navas et au but contre son camp du malheureux Anthony Martial, qui a semblé valider un léger mieux avec le passage au 4-4-2 après la pause. Mais Paris s'est exposé aux contres dans cette configuration et a fini par reculer. Marcus Rashford en a profité pour le punir en fin de match et offrir un succès mérité aux Red Devils.

Ligue des champions
Rashford punit encore le PSG
20/10/2020 À 20:53

Le PSG a toujours le même problème mais Tuchel n'arrive pas à y remédier

Les joueurs : Navas ne peut pas tout faire

Il est le seul Parisien à avoir vraiment répondu présent sur l'ensemble du match. Keylor Navas, malheureux sur le penalty de Bruno Fernandes, a longtemps maintenu son équipe en vie en multipliant les parades. En vain. Il n'a pas suffi pour sauver les meubles dans un match où Neymar, Angel Di Maria et Alessandro Florenzi ont particulièrement déçu. Pour sa première, Danilo a alterné le bon et le moins bon avant d'être fautif sur le but de Rashford. A MU, Axel Tuanzebe et David De Gea ont incarné la solidité de la défense et Bruno Fernandes sa supériorité au milieu. Et enfin, le talentueux Rashford a signé une énorme fin de match et l'exploit individuel qui a fait la différence.

"C’est sur ces matches que le leadership de Thiago Silva va manquer"

Le facteur X : Pogba, finalement déterminant

Son absence du onze de départ en a surpris plus d'un. Mais Paul Pogba a quand même joué un rôle décisif pour Manchester United. Son entrée en jeu en milieu de seconde période et le passage au 4-4-2 losange qui en a résulté a inversé le cours d'une rencontre dominée par Paris depuis la reprise. Le Français a rehaussé le niveau technique et l'impact physique de l'entrejeu mancunien. Il a aussi fait le choix juste en temporisant à bon escient avant de glisser un ballon parfait à Rashford sur le but de la victoire des Red Devils.

La stat :104,3

C'est le nombre de kilomètres parcourus par l'ensemble des joueurs de Manchester United. Il est nettement supérieur à celui du PSG (98,4). C'est l'un des chiffres qui illustre la domination des Anglais sur le plan physique. MU a également récupéré plus de ballons (55 contre 43) et réussi plus de tacles (13 contre 6) que les Parisiens. Visuellement, les Anglais ont donné l'impression de faire plus d'efforts que les hommes de Thomas Tuchel. Les statistiques ne disent pas le contraire.

Le tweet chambreur

La décla : Thomas Tuchel (entraîneur du PSG)

Nous avons eu du mal à trouver l'état d'esprit nécessaire pour aborder un match en Ligue des champions. Je ne sais pas pourquoi, mais c'est comme ça.

La question : Pourquoi Lisbonne paraît si loin ?

Paris était clairement très loin de l'équipe qui avait taillé sa route jusqu'à la finale de la Ligue des champions à Lisbonne il y a deux mois. Il a certainement payé les absences de Marquinhos et Marco Verratti. La défense parisienne est apparue bien fébrile sans le Brésilien, et le milieu francilien a manqué de corps et de créativité sans l'Italien. Mais Manchester United a aussi dû composer sans quelques éléments majeurs. Cela n'a pas empêché Ole Gunnar Solskjaer de trouver les solutions pour que les Red Devils signent une prestation des plus solides dans tous les domaines.

Thomas Tuchel n'a pas su faire que ce que le Norvégien a réussi. Tactiquement, l'Allemand a toujours eu un temps de retard. Dès le coup d'envoi, avec une formation sans autre créateur que Neymar pour percer une défense ultra-renforcée. Il a bien corrigé le tir à la pause en ajoutant un élément offensif supplémentaire. Mais il est resté sans réponse quand Solskjaer a renforcé son entrejeu avec Pogba et Paris a subi en fin de match avant de craquer. Tactiquement, il a été largement dominé par le coach des Red Devils. Cette défaite, c'est aussi la sienne.

Mais il n'en est pas le seul responsable. Sur le terrain, ses joueurs n'ont jamais affiché l'état d'esprit qui était le leur à Lisbonne. Il n'y a jamais eu le signe d'une moindre révolte après l'ouverture du score mancunienne en première période. Il n'y jamais eu photo avec l'engagement et l'agressivité manifestés par les Anglais dans les duels. Il n'y a jamais eu la sensation d'une équipe qui voulait se faire violence pour éviter le sort funeste qui lui pendait au nez. Le couperet est tombé en toute logique. Car ce PSG ressemblait bien trop à celui qui cultivait les échecs européennes ces dernières années. Pas à celui de Lisbonne.

Kylian Mbappé (PSG) grimace face à Manchester United

Crédit: Getty Images

Ligue des champions
L'antisèche : Trembler sans sombrer, c’est tellement ça le PSG
HIER À 08:02
Ligue des champions
Ils y sont presque : Le PSG qualifié en huitièmes si...
HIER À 22:58