Le jeu : Zidane s’est trompé

Sans Ferland Mendy, Zinédine Zidane avait opté pour une défense à 3. Mais quantité ne veut pas dire qualité. Dans l’animation, autant défensive qu’offensive, le 3-5-2 madrilène avec Carvajal et Marcelo en pistons a été indigent et affligeant (1 tir cadré sur tout le match). Sans idée avec le ballon, désorganisé sans, ce Real a montré son pire visage. Celui que l'on n'avait plus l'habitude de voir en Ligue des champions.
Ligue 1
200 millions d'euros : l'improbable pactole du Real pour Mbappé
IL Y A 8 HEURES
Face aux choix hésitants du Real, le Chelsea de Thomas Tuchel a opposé ses armes habituelles, surtout en première période : intensité, jeu en triangle, courses verticales et capacité à se projeter en nombre. Mais Chelsea a été maladroit dans la finition. Là où Karim Benzema a été létal.

Les joueurs : Magnifique Benzema, infatigable Kanté

Les Français ont brillé sur cette demi-finale aller. Côté Real, que dire de plus sur le cas Benzema ? Buteur historique et magnifique, le Madrilène a tout bien fait dans une première période où ses coéquipiers ont joué à l’envers. Sans lui, point de salut. Auteur d’un miracle, Thibaut Courtois a aussi retardé l’échéance autant que possible. A l’inverse, Marcelo a participé au naufrage par un placement aussi approximatif que dangereux.
Chez les Blues, N’Golo Kanté a encore avalé les kilomètres et multiplié les différences, faisant même dérailler le trio madrilène au milieu par ses courses vers l’avant et une justesse technique intéressante. Maladroit dans la finition et parfois mal servi, Timo Werner n’a pas fait taire les doutes l’entourant. Derrière, Antonio Rudiger a été aussi solide au duel qu’inspiré à la relance. Une métamorphose complète.

"Il joue pour deux" : Kanté, l'homme du match qui chasse aussi les clichés

Le facteur X : La frilosité offensive des deux équipes

Ce fut un match tactique, physique et accroché. Mais le spectacle entre les deux équipes n’a pas atteint les sommets attendus. La faute à deux plans de jeu finalement frileux et minimalistes. Si Chelsea a dominé les débats, bien aidé par un Real Madrid à côté de ses pompes, aucune des deux équipes n’a semblé en mesure de forcer le destin. Se seraient-elles réservées pour le retour ?

La stat : 71

Une nouvelle barre symbolique. En égalisant ce mardi, Karim Benzema est revenu à hauteur de la légende Raúl Gonzalez, auteur de 71 pions en Ligue des champions. Devant le Français, plus que trois hommes : Cristiano Ronaldo (134), Lionel Messi (120) et Robert Lewandowski (73).

Le tweet qui mélange tout (mais qui nous a fait marrer)

La décla : Thomas Tuchel

Je pense qu'on a démarré le match vraiment, vraiment bien. On a été très agressifs, avec beaucoup de courage et de qualité. On aurait mérité de remporter cette première période selon moi. On a eu beaucoup d'occasions ou de demi-occasions, mais on a manqué de précision pour avoir encore plus de chances de marquer. (...) Avec un jour de repos supplémentaire, on aurait peut-être pu conserver notre intensité et leur faire plus mal, mais on doit vivre avec ce 1-1.

La question : Quelle équipe a obtenu le meilleur résultat ?

73%. C’est le pourcentage de chances que Chelsea a désormais d'accéder à la finale à Istanbul, après cette manche aller à Madrid. Pour n’importe quelle autre équipe, on serait serein quant à la suite. Et d’ailleurs ce Chelsea made in Tuchel mériterait les louanges : esprit d’équipe, dépassement de fonction, intelligence tactique et intensité à tous les niveaux. Mais un finaliste de C1 se doit de posséder une qualité que ces Blues n’ont pas encore : l'efficacité.
Sur cette manche aller, les Londoniens auraient pu, et auraient dû, repartir avec une victoire nette et sans bavure, empêchant toute thèse d’un retour madrilène, surtout après une copie aussi indigeste. Mais voilà : cette sacro-sainte efficacité change tout. Une seule occasion, ou presque, et Benzema a encore remis le Real sur le droit chemin.
S’il y a une vérité concernant ce Real sur courant alternatif cette saison, c’est qu’il faut savoir tuer la bête. Car blessée, elle n’en est que plus dangereuse. Ses vieux soldats peuvent rater certaines batailles mais la guerre, ça les connaît. A Stamford Bridge, c’est Chelsea qui démarrera le match dans les meilleures dispositions. Mais ce Real ne se rate pas deux fois de suite. Ce qui ne les tue pas les rend souvent plus forts…

Karim Benzema

Crédit: Getty Images

Premier League
Après dix ans au Real, Varane relève le défi MU
27/07/2021 À 18:19
Premier League
Dénouement en vue pour Varane, le Real prêt à le laisser filer à Manchester United
25/07/2021 À 16:24