A la mi-juin, l'OM tremblait avant les sanctions du fair-play financier. Mais l'organisme européen avait finalement autorisé le club olympien à participer à l'édition 2020-2021 de la Ligue des champions. Mais en prononçant néammoins quelques sanctions à l'encontre de l'Olympique de Marseille : une amende de trois millions d'euros et 15% de ses revenus issus des compétitions européennes retenus par l'UEFA pour les deux saisons à venir. Jusqu'en 2022, l'OM ne pourra inscrire que 23 joueurs au lieu des 25 autorisés pour la C1. La raison ? En 2016, le club s'était mis d'accord avec l'UEFA pour présenter un résultat déficitaire de 30 millions d'euros au maximum en 2020 et de zéro en 2021. Des mesures non respectées.

Ligue des champions
PSG, Juve, Barça, Bayern... Votez pour le plus bel effectif d'Europe
IL Y A 11 HEURES
Le fair-play financier n'a jamais prévu des circonstances comme nous en vivons aujourd'hui

Alors que Marseille débutera sa campagne européenne mercredi prochain sur le terrain de l'Olympiakos, Jacques-Henri Eyraud a annoncé ce jeudi dans l'émission Top of the foot, sur RMC, qu'il préparait un recours auprès du tribunal arbitral du sport (TAS), ainsi que des procédures juridiques, pour contester les sanctions du fair-play financier. Cette décision intervient alors que l'OM est amputé des revenus liés à la billeterie depuis le début de saison à cause des mesures pour lutter contre le Covid-19. Un sérieux manque à gagner qui va se poursuivre pendant la période de couvre-feu qui durera au moins quatre semaines.

"Le fair-play financier n'a jamais prévu, en matière de barème de sanction, des circonstances comme nous en vivons aujourd'hui... Donc nous allons monter un recours avec nos avocats pour avoir d'autres sanctions, en tout cas pas celles qui sont les nôtres aujourd'hui", a indiqué le président olympien. Début juin, le TAS avait donné raison à Manchester City, dans un premier temps exclu de toute compétition européenne pendant deux saisons. Les Citizens, punis par une amende de 10 millions d'euros, étaient accusés d'avoir surévalué des revenus de sponsoring et de ne pas avoir coopéré avec la chambre d'instruction de la Commission de contrôle financier des clubs. L'OM, qui figure dans le même groupe en phases de poules de C1, espère aussi connaître une issue heureuse.

"On a l'impression que l'OM a mis beaucoup de choses sous le tapis..."

Ligue des champions
De Gea : Un symptôme, pas autre chose
IL Y A 12 HEURES
Ligue des champions
Pjanic, mais pourquoi faire ?
IL Y A 12 HEURES