Comme quoi, l’équipe de France ne s’en sort pas si mal. Quatre matches, deux points. C’est aussi le bilan de l’Angleterre, dans cette fenêtre internationale de juin consacrée à la Ligue des Nations. Mais les Anglais ont fait bien pire, dans la proportion prise par leur camouflet final. Mardi, ils ont concédé un revers historique : les Three Lions ont perdu de quatre buts à domicile pour la première fois depuis 1928.
Une déconfiture face à la Hongrie (0-4) accompagnée d’un chant du Molineux Stadium, à la cible toute trouvée : Gareth Southgate. Le reproche asséné : "You don’t know what you’re doing" ("Tu ne sais pas ce que tu fais"). Accusation qui a fait bondir Jamie Carragher, sur Twitter. "Taisez-vous, clowns. Ce manager a porté le pays au plus haut niveau atteint depuis 1966, lors de deux tournois", a déclaré l'ancien défenseur de Liverpool, en référence à la demie mondiale de 2018 et à la finale européenne de l’an passé.
Premier League
Kane sauve les Spurs après un derby de feu
14/08/2022 À 17:34

"Les résultats sont de ma responsabilité"

Southgate a quant à lui proposé une réponse diplomatique à cette critique acerbe, au micro de Channel 4 : "Je comprends la réaction des gens dans le stade, mais j’ai envie de leur dire que ce groupe de joueurs a été incroyable, pour le pays. Il est important que les gens continuent de soutenir ces joueurs, parce qu’ils vont être encore très forts à l’avenir." Le manager de 51 ans est prêt à faire bouclier.
"Je dois faire avec, poursuit ainsi le sélectionneur anglais. C’est mon travail de protéger les joueurs, ils ont été exceptionnels dans leur attitude et les résultats sont de ma responsabilité." Harry Kane, capitaine de ce navire en perdition mardi, ne peut dédouaner entièrement son groupe, seulement mené 0-1 à 25 minutes de la fin : "En seconde période, c'est assez inacceptable, après le 2-0, d'encaisser les buts qu'on a pris."

Harry Kane, capitaine lors de ce revers historique

Crédit: Getty Images

"Ce n’est pas le moment de paniquer"

"La défense a été la base de notre succès ces 4-5 dernières années", rappelle l’avant-centre de 28 ans. Mais il remet, aussi, ces rencontres de juin dans leur contexte : "Ce n'est pas le moment de paniquer, c'est le moment de relever la tête (…) Au bout du compte, on doit se préparer pour ce qui sera une grande Coupe du Monde (en fin d’année au Qatar, NDLR), c'est le principal. On a beaucoup appris lors de ce rassemblement et il faudra apprendre pour les matches de septembre".
Pour apprendre, il faut parfois tester. L’Angleterre est passée par cette case de manière douloureuse. "J’ai essayé de trouver l’équilibre, entre voir de nouveaux joueurs et ménager les joueurs qu'on ne pouvait pas solliciter tout le temps, des joueurs plus expérimentés et meilleurs, détaille Southgate. Au final, les équipes que j’ai alignées n’ont pas été assez fortes pour obtenir des résultats face à la Hongrie (défaite 1-0, outre ce 0-4, NDLR)." Il savait qu’il prenait des risques. De là à dire qu’il sait ce qu’il fait ?

Raheem Sterling lors de la défaite de l'Angleterre face à la Hongrie, 2022

Crédit: Getty Images

Premier League
Attention, Tottenham avance masqué…
13/08/2022 À 18:04
Premier League
Nagelsmann fan de Kane, le Bayern prêt à se lancer
23/07/2022 À 13:27