Getty Images

Le roi de Londres, c'est Chelsea

Le roi de Londres, c'est Chelsea

Le 29/05/2019 à 22:51Mis à jour Le 30/05/2019 à 01:14

LIGUE EUROPA - L'euroderby est revenu à Chelsea. Le club londonien a largement dominé Arsenal en finale de la compétition (4-1), mercredi soir à Bakou, et remporté son deuxième titre après 2013. Olivier Giroud (49e), Pedro (60e) et Eden Hazard (65e s.p, 72e) ont marqué les buts de ce large succès. Arsenal, fébrile défensivement, ne disputera pas la Ligue des champions la saison prochaine.

Une première mi-temps ennuyeuse, à deux tirs cadrés. Puis un feu d’artifice. Voilà comment cette dixième finale de la Ligue Europa – dans sa version récente – peut être résumée. Le premier acte de ce duel 100% anglais a ressemblé à un (très) long round d’observation, que seuls Granit Xhaka, d’une frappe qui a effleuré la barre (28e) et Olivier Giroud (39e), qui a testé Petr Cech, ont tenté d’animer. Mais au contraire des Gunners, l’attaquant français a repris là où il s’était arrêté pour devenir un acteur majeur de cette finale. L’ancien d’Arsenal a d’abord ouvert le score de la tête (1-0, 49e), avant d’obtenir un penalty transformé par Eden Hazard (3-0, 60e). Puis le champion du monde a parfaitement servi le Belge pour le but du K.-O définitif (4-1, 72e).

Giroud, la cerise sur le gâteau

Entre temps, ce dernier a lui aussi endossé le costume de passeur décisif pour Pedro (2-0, 60e), qui aime décidément les finales européennes. L’ancien Lillois, envoyé avec insistance du côté du Real Madrid, a particulièrement soigné ce qui était sans doute son dernier match avec Chelsea. Et s’est quelque peu vengé sur le destin : il était arrivé du côté de Stamford Bridge juste après la victoire des Londoniens en Ligue des champions (2012), puis avait manqué la finale victorieuse de C3 la saison suivante (2013). Sans parler de cette élimination de justesse en demi-finale du dernier Mondial.

Difficile, donc, de ressortir un homme dans ce match, Giroud ayant de son côté confirmé son statut de meilleur buteur de la compétition cette saison. Une chose est sûre : Arsenal a traversé son rendez-vous comme un fantôme ou presque. Les hommes d’Unai Emery ont attendu la (superbe) réduction du score d’Iwobi (3-1, 69e), pour enregistrer le premier de leurs deux seuls tirs cadrés. A titre individuel, tout le secteur offensif a déçu. Alexandre Lacazette aurait pu obtenir un penalty (18e) mais a manqué un duel certes anodin avec Kepa Arrizabalaga (82e). Invisible, Pierre-Emerick Aubameyang a tué le début de rebellion des siens dans l’œuf en perdant le ballon sur le quatrième but. Mesut Özil, lui, n’a tout simplement pas existé.

Alexandre Lacazette et Pierre-Emerick Aubameyang lors de la finale de la Ligue Europa

Alexandre Lacazette et Pierre-Emerick Aubameyang lors de la finale de la Ligue EuropaGetty Images

Arsenal n’aime pas les finales

Trois fois vainqueur de l’épreuve, Emery est lui aussi à pointer du doigt tant il a tardé à effectuer ses changements. Les Gunners auraient pu être humiliés (79e, 81e) mais Iwobi et Chris Willock ont eu le mérite d’apporter un semblant de folie.

Au final, Arsenal renforce un peu plus sa triste image de "loser" avec une troisième finale de Coupe d’Europe perdue depuis 2000 (Coupe UEFA 2000 contre Galatasaray, Ligue des champions 2006 contre le FC Barcelone). Et ce n’est pas en Ligue des champions qu’ils changeront les choses la saison prochaine, puisqu’ils n’y participeront pas. Au contraire de l’OL, qui a certainement regardé ce match avec passion…

Olivier Giroud lors de la finale Chelsea-Arsenal - Europa League 2018/2019 - Getty Images
Pariez sur le Football avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0