C’était une affiche de gala. Un rendez-vous de la dernière chance, aussi. Pour rester en vie dans la course au titre de champion d’Angleterre, Chelsea (2e) n’avait guère d’autre choix que de s’imposer sur le terrain du leader Manchester City, ce samedi en début d’après-midi. Las, les Blues ont fini par baisser pavillon (1-0) au terme d’une rencontre finalement moins spectaculaire qu’escomptée. La réalité du classement est implacable : les Londoniens accusent désormais 13 longueurs de retard sur les Mancuniens.
Cet écart est grand parce qu’ils s’en sortent mieux avec le Covid et les blessures
Premier League
Tuchel vise Lukaku : "Il doit faire le travail lui aussi…"
15/01/2022 À 17:47
Cet écart, ce gouffre abyssal, les Skyblues l’ont creusé entre la fin de l’automne et le milieu de l’hiver, grâce à une épatante série de 12 victoires de rang en Premier League. "Le 1er décembre, nous avions un point de retard sur Chelsea", a rembobiné Pep Guardiola au micro de beIN Sports. "Maintenant, nous en avons 13 de plus et une différence de buts favorable, donc oui, c’est une série incroyable", a lâché le technicien catalan, particulièrement satisfait d’avoir vu ses hommes dominer Chelsea à deux reprises cette saison (0-1 à l’aller, fin septembre).

Jack Grealish (Manchester City) bute sur Kepa Arrizabalaga (Chelsea).

Crédit: Getty Images

Chez son homologue, l’analyse de la situation était accompagnée d’un certain fatalisme. "Si City remporte 12 matches d’affilée et que, dans le même temps, nous devons composer avec des blessures et le Covid-19, ce n’est pas le meilleur moment pour réduire l’écart, a rappelé Thomas Tuchel auprès de la BBC. Cet écart est grand parce qu’ils s’en sortent mieux avec le Covid et les blessures." S’il est lucide, l’ancien entraîneur du PSG a probablement fait une croix sur le sacre national. Lui et les siens joueront gros à l’orée du printemps, avec le retour de la Ligue des champions.

Liverpool, une menace encore réelle

Cela signifie-t-il, pour autant, que City peut finir la saison en roue libre et se reposer sur ses acquis pour cueillir un huitième titre de champion d’Angleterre, le quatrième en cinq ans ? "Mes joueurs auront des problèmes s’ils se montrent complaisants, a prévenu Guardiola. Ce sera terminé à la fin de la saison, et certainement pas dès janvier." Unique buteur du jour, Kevin De Bruyne restait également sur ses gardes : "Nous savons que l’écart est important actuellement, mais Liverpool ne sera plus très loin s’il gagne ses matches," a affirmé le milieu belge à la BBC.
Un come-back de Liverpool, voilà a priori la seule menace crédible pour les Citizens. Troisièmes, les Reds ont quatorze unités de retard sur le leader mancunien. Ils ont deux matches supplémentaires à jouer, néanmoins, contre Brentford ce dimanche (15h) et face à Leeds, tôt ou tard. L’écart pourrait ainsi être ramené à huit points, sachant en plus que les Scousers iront à l’Etihad Stadium début avril. En résumé, Manchester City a pris une avance significative. Mais il n’est pas encore à l’abri d’une mauvaise surprise.

Manchester City

Crédit: Getty Images

Premier League
Un petit but pour un grand écart, Manchester City s'envole en tête
15/01/2022 À 14:30
Premier League
Derrière l’immense tacticien, un grand manager : la théorie des cycles, façon Guardiola
14/01/2022 À 15:55