La Mannschaft a fait le boulot et commence idéalement sa campagne de qualification au Mondial. Les Allemands se sont mis à l'abri dès l'entame, avec des buts rapides de Goretzka (3e) et Havertz (7e), avant de tranquillement gérer leur avantage. Gundogan (56e) a scoré en deuxième mi-temps. Dépassée en première mi-temps, l'Islande a ensuite tenté des coups mais n'a jamais inquiété Neuer.
La dernière fois que l'on avait vu la Mannschaft, c'était un soir de novembre à Séville pour une humiliation contre l'Espagne (6-0). De l'eau a coulé sous les ponts entre-temps. Joachim Löw a annoncé son départ après l'Euro, et l'Allemagne devait rendre une copie sérieuse pour se réconcilier avec son public. Le message a été parfaitement reçu par les Allemands, auteur d'un début de match canon.
Euro 2020
"Que ça finisse comme ça pour lui, c'est très triste"
29/06/2021 À 20:40
Après moins de trois minutes de jeu, et alors que les Islandais n'avaient pas encore touché la balle, Joshua Kimmich a servi Gnabry d'un ballon piqué. Dos au but, l'ailier a eu l'intelligence de remettre en retrait plutôt que de tenter un geste acrobatique. Bien lui en a pris, puisque Goretzka est arrivé à toute vitesse et a catapulté le ballon au fond (1-0, 3e). Un but made in Bayern - représenté par 5 des 11 titulaires - qui marquait le début du show Kimmich. Dans tous les bons coups, le meneur de jeu en retrait a distillé une merveille de passe en profondeur à Sané sur le côté gauche. Un centre en retrait et une volée de Kai Havertz plus tard, l'Allemagne avait déjà plié la rencontre (2-0, 7e).

Musiala fait ses débuts

D'une précision chirurgicale, les Allemands n'avaient pas inscrit 2 buts aussi vite dans un match depuis 1969. Le score étant acquis, ils ont pu faire tourner le ballon, offrant quelques séquences intéressantes face à un adversaire totalement dépassé en première mi-temps. Les souffrances islandaises se sont temporairement adoucies au retour des vestiaires, sans conséquence au score. Pire : sur sa première occasion du second acte, la Mannschaft a aggravé le score grâce à Gundogan, auteur d'une frappe de 25 mètres à ras de terre (3-0, 56e).
Avec de telles individualités sur le terrain et un collectif rodé, cette Allemagne donne la sensation de pouvoir marquer à tout moment sans forcer son talent. Les hommes de Löw se sont ensuite contentés de gérer, touchant le poteau par Gnabry. En face, l'Islande a essayé mais a manqué de tranchant et de continuité offensive pour inquiéter Neuer. Hormis un tir à côté de Sigurjonsson à la demi-heure, elle n'a jamais été en mesure de marquer.
Le sélectionneur allemand a profité de ce succès tranquille pour lancer la dernière pépite du Bayern : Jamal Musiala, 18 ans et un mois. Pas de vague pour le jeune prodige, mais l'essentiel est ailleurs : avec ce 17e succès d'affilée en éliminatoires de Coupe du Monde face à l'adversaire le plus coriace du groupe, on ne voit pas comment l'Allemagne pourrait manquer à l'appel en 2022. Efficace en attaque et rayonnante au milieu, cette Mannschaft est très solide. Les Bleus, qui croiseront le fer des Allemands en juin à l'Euro, sont prévenus.
Euro 2020
Coeurs de Lions
29/06/2021 À 17:52
Euro 2020
Une action limpide et Sterling fait exploser Wembley : l'ouverture du score de l'Angleterre
29/06/2021 À 17:49