Imago

Les Bleuets craquent sur la fin

Les Bleuets craquent sur la fin
Par Eurosport

Le 21/11/2007 à 09:15Mis à jour

Les Bleuets ont sérieusement compromis leur qualification pour l'Euro 2009 en s'inclinant 4-2 au pays de Galles. Menant 2-1, les hommes de René Girard ont tenu jusqu'à la 79e minute, moment où les Gallois ont inscrit trois buts en 11 minutes, dont 2 penal

QUALIFS EURO ESPOIRS 2009

GALLES Espoirs - FRANCE Espoirs : 4-2
Buts: Evans (45e, 79e sp, 90e sp) et Bradley (81e) pour le pays de Galles, Gourcuff (73e sp) et Payet (77e) pour la France

Pour décrocher leur billet pour l"ultime tour qualificatif à l"Euro 2009, les Bleuets pouvaient s"inspirer du modèle emprunté par leurs aînés. Comme les A quelques semaines plus tôt, les protégés de René Girard visaient une série de trois succès d"affilée

pour s'assurer de rester en course. Mais ils sont tombés dès leur première épreuve après avoir littéralement coulé en fin de rencontre à Cardiff. De quoi regretter le non-report du match, longtemps supposé en raison de la panne d'un projecteur du stade Ninian Park.

Le coup d'envoi donné avec quinze minutes de retard ne déstabilisait pas les Bleuets, se montrant les plus dangereux offensivement grâce à la vitesse des Gouffran, Marveaux et Rémy et à une gestion efficace de leur récupération de balle dans l'entrejeu. Par deux frappes enroulées, Rémy expédiait le cuir juste à côté de la cage gardée par Williams (26e, 41e). Auparavant, un Marveaux très actif avait également inquiété le portier adverse d'un tir du droit passant de peu au dessus (17e). Organisés en 4-2-3-1, les Français évoluaient sans Gourcuff, laissé sur le banc, et Diaby, forfait. Le milieu du Milan AC était l'une des victimes de la colère de René Girard suite au décevant match amical de jeudi face à l'Arménie (1-1).

Si les Français se montraient dominateurs sur la pelouse du Ninian Park, cela contrastait avec une fébrilité défensive apparente. En début de match, Vokes (5e) et McDonald (11e) semaient le trouble dans les seize mètres de Jourdren. Ce n'est finalement pas par hasard si Evans ouvrait le score après une nouvelle erreur défensive, cette fois suite à une énorme loupé de Bellaïd sur sa remise en retrait manquée vers Jourdren (45e, 1-0).

Doublement renversant

Voyant son équipe menée, René Girard sortait un milieu défensif (Coutadeur) pour un offensif (Payet). C'est donc avec une formation inédite en 4-1-3-2 que les Français partaient à l'assaut du but. Ou tout du moins essayaient car contrairement à la première période, les Gallois remportaient l'essentiel des duels, profitant d'un entrejeu déserté par les Tricolores avec le seul Digard en position de récupérateur. A vingt minutes de la fin, les Espoirs inversaient néanmoins la tendance grâce à un pénalty de Gourcuff suite à une faute sur Gouffran dans la surface (73e, 1-1). Dans la foulée, Payet donnait l'avantage aux siens d'une frappe enroulée dans le petit filet (77e, 1-2). Deux buts inscrits par deux joueurs entrés en jeu, le flair de Girard était à saluer. On pouvait penser que le renversement de situation allait offrir les 3 points aux Français.

Mais voilà, les Britanniques ont pour réputation de ne jamais lâcher. Suite à une faute de N'Zogbia sur Blake, M. Sprikoski accordait un pénalty généreux aux Gallois. Celui-ci était transformé en force par Evans (2-2, 79e). Un but synonyme de coup de massue pour les Tricolores, victimes d'une nouvelle erreur de marquage trois minutes plus tard en laissant Bradley seul reprendre à bout portant un ballon repoussé par Jourdren, suite à un coup-franc de Jacobson (81e, 3-2). Dans ces circonstances, le troisième pénalty de la partie, le second pour les Gallois relève de l'anecdote. Evans réalisait le triplé en prenant Jourdren à contre-pied, suite à un accrochage du portier français sur Church dans la surface (90e, 4-2). Entre temps, Bellaïd était tout près d'égaliser à 3-3 suite à un corner de Gourcuff (88e). De quoi nourrir des regrets.

Vaincus, les Bleuets compromettent considérablement leurs chances de qualification. Le Pays de Galles revient à deux unités de leur victime du soir, avec deux matches en plus à disputer. Sans jouer, la Roumanie en profite pour conserver sa place de leader, avec une rencontre en moins par rapport aux Français. Seul un concours de circonstances très favorable permettrait à la génération Kaboul d'accrocher la première place du groupe, ou plus raisonnablement l'une des quatre meilleures places de second...

0
0