Getty Images

Mercedes prépare un jeu d'aspiration pour viser la pole

Mercedes prépare un jeu d'aspiration pour viser la pole

Le 06/09/2019 à 19:43Mis à jour Le 06/09/2019 à 19:47

GRAND PRIX D'ITALIE - Lewis Hamilton (Mercedes) est sorti de sa première journée à Monza beaucoup moins pessimiste qu'à Spa-Francorchamps quant à ses chances de lutter pour la pole position. A condition de se faire tracter dans la ligne droite à souligné Valtteri Bottas.

Avec 11 tours le matin sur une piste humide et 32 l'après-midi sur un bitume sec avant le retour des ondées en fin de session, Lewis Hamilton a pu se faire une idée assez claire sur ses chances pour le reste du week-end italien, face à des Ferrari notoirement plus puissantes. Sa Flèche d'argent avait été dépassée en Vmax le week-end dernier en Belgique, mais il l'estime cette fois capable de concurrencer les SF90 dans leur jardin de Monza.

Essais libres 2 - Grand Prix d'Italie 2019

"Les essais étaient un peu un défi à cause de la météo ; quand il pleut, ce n'est que risque sans récompense car on n'apprend pas grand-chose, a expliqué le Britannique. Nous n'avons pas énormément roulé en essais libres 1. C'était bien plus sec en essais libres 2, et c'était mieux pour tout le monde. Comme attendu, les Ferrari sont très rapides en ligne droite, mais notre rythme de course était bon et nous semblions un peu plus proches sur un tour qu'à Spa-Francorchamps. Apparemment, nous sommes dans la bagarre."

"Les relais avec de l'essence ont paru bons, c'est prometteur pour dimanche, a ajouté son coéquipier, Valtteri Bottas. Nous allons avoir besoin du set-up parfait et d'une bonne aspiration dans les lignes droits : ce sera la clé si nous voulons se battre pour la pole", a-t-il prévenu. Il ne serait donc pas surprenant que les Mercedes roulent en formation serrée en Q3, tour à tour l'une derrière l'autre.

"Red Bull et Ferrari ont fait des progrès significatifs sur un tour"

"En essais libres 2, nous sommes sortis trop tard en 'tendre' et nous avons raté la meilleure fenêtre avec la piste, a admis Andrew Shovlin, l'ingénieur en chef. Nous étions à bonne distance des Ferrari en qualification la semaine dernière et ça se présente mieux ici, même si c'est le même tableau : nous perdons en ligne droite et gagnons en virage."

"C'est difficile de dire où nous nous situons sur les longs runs car la pluie et le trafic nous ont gênés mais les pilotes sont contents de l'équilibre et les pneus fonctionnement bien, a-t-il encore précisé. Red Bull et Ferrari ont fait des progrès significatifs sur un tour lors des derniers week-ends course et la qualification est devenue une session de plus en plus difficile."

0
0