Sebastian Vettel ne décolérait pas après la qualification à Spa-Francorchamps, marquée par le spectaculaire accident de Lando Norris (McLaren) dans un raidillon d'Eau rouge inondé par un déluge comme ce coin des Ardennes peuvent en offrir. Pour lui, cela ne faisait aucun doute : il ne fallait pas donner le départ de la Q3 du Grand Prix de Belgique. Riche d'une expérience de 268 départs en Formule 1 et avec un palmarès orné de 53 victoires, le quadruple champion du monde était sûrement l'homme à écouter mais il n'a pas été entendu par Michael Masi, le directeur de course, samedi.
Le film de la qualification
"Je pense que Michael n'a pas de quoi être fier de ce qui s'est passé, a déclaré l'Allemand qualifié cinquième, à Sky Sports. Quand je suis passé dans Eau rouge et que je suis arrivé en haut, il y avait plein d'eau. Beaucoup de choses auraient pu être faites. Ça aurait pu se terminer autrement pour Lando."
Saison 2022
Gasly enfermé par Pérez chez AlphaTauri, Bottas condamné, Räikkönen retraité : le point sur 2022
27/08/2021 À 19:48
"C'est toujours difficile de juger mais je pense qu'on aurait pu déployer le drapeau rouge plus tôt, a-t-il poursuivi. On ne peut pas voir grand-chose du garage, seulement sur les écrans. Mais si on sait que les commissaires rapportent qu'il y a trop de pluie et d'eau, il ne faut pas allumer le feu vert."
Putain, qu'est-ce que j'ai dit ?
Au début de la dernière partie de qualification, Sebastian Vettel avait dans son tour de reconnaissance lancé un appel à la radio à la direction de course, estimant un drapeau rouge indispensable. Lando Norris avait rapporté à son équipe être en proie à de l'aquaplanage avant d'attaquer un tour chrono en pneus "intermédiaire". Et de se crasher environ un kilomètre plus tard.
La caméra embarquée de Vettel avait révélé la colère du pilote d'Aston Martin. "Putain, qu'est-ce que j'ai dit ? Qu'est-ce que j'ai dit ! Drapeau rouge ! Ce n'était pas nécessaire !", avait réagi l'Allemand. Averti par son équipe, il était arrivé le premier sur le lieu de l'accident. Inquiet de l'état de santé du jeune anglais, actuel n°3 mondial. Il s'était approché de l'épave de la McLaren en demandant à son occupant de répondre à son pouce levé. Ce qu'il avait fait. "Ce n'était pas nécessaire ! Il va bien", a martelé Sebastian Vettel en repartant au milieu des débris laissés par la machine orange.
Sorti seul de sa McLaren très endommagée, Lando Norris avait ensuite boîté jusqu'à la voiture médicale. Conduit comme l'usage le veut au centre médical après un tel accident, il a ensuite été transporté à l'hôpital pour passer un scanner. Il a finalement été déclaré apte à courir dimanche.
Grand Prix de Belgique
L'argent roi à Spa : "Il aurait fallu avoir le courage d'annuler la course"
31/08/2021 À 15:51
Grand Prix de Belgique
Bonus-malus : Petit Prix et grand mépris
30/08/2021 À 06:19