En prenant le départ de ce Grand Prix de Hongrie depuis la huitième place sur la grille de départ, jamais Esteban Ocon n’aurait imaginé vivre pareil scénario ce dimanche après-midi. Alors que le Français visait modestement les points sur le tourniquet du Hungaroring, le pilote Alpine a décroché une improbable victoire au terme de 70 tours de course complètement fous.
Le film de la course
Grand Prix de Hongrie
Aston Martin a encore tenté, Vettel reste disqualifié
09/08/2021 À 20:16
Premier pilote à avoir plongé dans la voie des stands au moment du deuxième départ, Ocon a magistralement mené toute la course pour enlever sa première victoire en Formule 1. Le Tricolore devance finalement l’Aston Martin de Sebastian Vettel et la Mercedes d’un Lewis Hamilton revenu de très loin à Mogyorod.
Parti depuis la position de pointe sur la grille pour la 101e fois de sa carrière, Hamilton a de son côté vécu un Grand Prix de Hongrie pour le moins chaotique, lui qui détient pourtant le record de victoires en terre magyar avec huit succès en quinze participations. Magistralement passé entre les gouttes d’un premier départ rendu apocalyptique par la pluie et surtout par le strike de son coéquipier Valtteri Bottas au virage n°1 (cinq machines éliminées avec l'autre crash provoqué par Lance Stroll), le septuple champion du monde s’est ensuite totalement fourvoyé en se rendant tout seul sur la grille au moment de la deuxième extinction des feux.
Resté en gommes "intermédiaire" quand l’ensemble du plateau avait choisi de stopper pour monter les pneus pour le sec, Hamilton a ainsi ouvert une voie royale à ses adversaires. Et c’est le rusé Ocon qui a merveilleusement su profiter de l’offrande.
Suivez les Jeux Olympiques de Tokyo en intégralité en vous abonnant à Eurosport

Insensible à la pression de Vettel

Toujours excellent quand les conditions météorologiques se gâtent, le pilote Alpine avait déjà réalisé le plus gros du travail en gagnant six places au premier départ et en pointant en deuxième position au moment de repartir pour une course amputée de plusieurs de ses principaux protagonistes (Bottas, Leclerc, Norris, Perez). Mais le Normand a surtout joué la bonne carte en s’arrêtant immédiatement à son box pour monter les gommes médiums. Débarrassé de la menace Hamilton dès la fin du 4ème tour, le pilote Alpine a alors pu mener sa course comme il l’entendait, démontrant au passage une force de caractère et une solidité à toute épreuve, lui qui n’avait encore jamais pu se livrer à pareil récital depuis son arrivée en catégorie reine en 2016. Menacé tout le Grand Prix par l’Aston Martin d’un Sebastian Vettel totalement retrouvé sur le tourniquet Hongrois, Ocon s’est montré irréprochable de bout en bout.
Leclerc en colère : "Ils ont joué au bowling, mais ils se sont trompés de lieu"
Insensible à la pression de l’Allemand tout l’après-midi durant, le pilote Alpine a judicieusement calqué sa stratégie sur celle du quadruple champion du monde (il s’est arrêté chausser des gommes "dur" dans le 38e boucle soit un tour après Vettel), et a logiquement conservé le commandement malgré la tentative d’undercut du team Aston Martin. Magnifique de résilience face à celui que l’on a longtemps surnommé "Baby Schumi" à ses débuts en F1, Ocon rentre ainsi dans le cercle très fermé des vainqueurs de Grand Prix et devient le quatorzième tricolore de l’histoire à faire retentir la Marseille au plus haut niveau du sport automobile. Il offre, en outre, à la toute jeune écurie Alpine son tout premier triomphe en catégorie reine.

Hamilton repasse Verstappen au championnat

Beau deuxième de cet incroyable Grand Prix de Hongrie, Sebastian Vettel aura quant à lui tout tenté pour décrocher une 54e victoire en carrière sur les rives du Danube. Mais l’Allemand de chez Aston Martin s’est heurté à l’intransigeance d’un Esteban Ocon bien décidé à ne pas laisser filer une telle opportunité d’ouvrir son palmarès en F1. Resté toute la course à portée de tir de l’Alpine du pilote français, le quadruple champion du monde aurait pourtant pu ravir la tête des opérations au Tricolore sans un arrêt au stand quelque peu cafouillé par ses mécaniciens.
Finalement deuxième sous le drapeau à damier, Vettel égale son meilleur résultat sous ses nouvelles couleurs puisqu’il avait déjà décroché une splendide deuxième place quelques mois plus tôt du côté de Bakou (Azerbaïdjan). Classé troisième à seulement 2"7 du vainqueur Ocon, Lewis Hamilton peut de son côté nourrir des regrets, lui qui détenait là une occasion en or de réaliser un nouveau K.-O. au championnat du monde.
Désormais leader avec 192 unités au compteur, Hamilton précède son grand rival Verstappen de six points et renverse totalement la situation à son avantage lui qui a pourtant compté trente-deux longueurs de retard sur le pilote Red Bull au soir du Grand Prix d’Autriche. De nouveau grand perdant de l’après-midi (il arrache à la force du poignet une modeste dixième place au volant d’une machine lourdement handicapée par les incidents du premier départ), le Néerlandais abandonne les rênes du championnat à Hamilton pour la première fois depuis sa prise de pouvoir monégasque et peut légitimement s’estimer floué, lui qui aurait sans doute pu profiter des conditions climatiques pour effacer sa déception de Silverstone. Partie remise dans quatre semaines à Spa-Francorchamps ?
Andrea Novielo
Grand Prix de Hongrie
Aston Martin conteste la disqualification de Vettel en Hongrie
05/08/2021 À 19:23
Grand Prix de Hongrie
Russell va rouler pour Mercedes pour des tests pneus 2022
02/08/2021 À 17:41