Getty Images

Pole de Hamilton, remontée de Leclerc, pluie : le GP en questions

Pole de Hamilton, remontée de Leclerc, pluie : le GP en questions

Le 25/05/2019 à 21:45Mis à jour Le 26/05/2019 à 12:20

GRAND PRIX DE MONACO - Qui peut empêcher Lewis Hamilton (Mercedes) de gagner ? Lui-même, son coéquipier Valtteri Bottas ou la pluie ? Quel résultat Charles Leclerc (Ferrari) peut-il espérer ? Où se produiront les rares dépassements ? Tentatives de réponses avant le départ à 15h10 en Principauté.

Est-ce gagné pour Lewis Hamilton (Mercedes) ?

Non, et pour s'en convaincre il suffit de se souvenir de l'énorme fail de 2015 lorsqu'un arrêt de confort lui avait coûté la victoire. Néanmoins, les statistiques sont en sa faveur : depuis 2004, le poleman a gagné 11 fois sur 15.

Valtteri Bottas (Mercedes) tentera-t-il quelque chose au départ ?

C'est exclu, à part si Lewis Hamilton se loupe complètement. "Le trajet jusqu'au virage n°1 est court à Monaco, c'est donc compliqué de faire la différence, mais j'attaquerai sans relâche, prêt à utiliser la moindre opportunité." À travers ce propos, on sent le Finlandais soucieux de ne pas gâcher le nouveau doublé qui se dessine, peu importe l'ordre. Et au-delà de ça, de préserver son image d'équipier modèle, pour négocier au mieux son contrat 2020.

Quelle est la meilleure chance de Ferrari ?

Au départ. Sebastian Vettel (Ferrari), quatrième, aura pour objectif de passer Max Verstappen (Red Bull). S'il y parvient, il pourra comme à son habitude avancer son premier arrêt pour tenter un undercut sur le probable leader de Mercedes. Sinon, Verstappen s'en chargera à sa place. La seule marge de l'Allemand sera de tenter quelque chose au stand, sur le Néerlandais.

Sebastian Vettel (Ferrari) au Grand Prix de Monaco 2019

Quel résultat Charles Leclerc (Ferrari) peut-il espérer ?

Le podium est exclu à 99%. Parti des stands en 2018, Max Verstappen (Red Bull) avait fini 9e. Le Monégasque part 15e, à la suite de la rétrogradation d'Antonio Giovinazzi (Alfa Romeo), et un Top 6 serait un exploit.

La stat : 2011

Depuis 2011, soit huit éditions, les deux premiers sur la grille monégasque virent en tête dans cet ordre au n°1 au départ. Le dernier a avoir "cassé" la première ligne s'appelle Sebastian Vettel. C'était en 2010. Il avait glissé sa Red Bull devant la Renault de Robert Kubica, deuxième temps de la qualification.

Vidéo - Vainqueur pendu, F1 coulée, loterie, Schumacher garé : Les incroyables du GP de Monaco

01:47

Quel est le facteur X de ce Grand Prix ?

La pluie, mais il faudrait que la météo de samedi soir évolue. Elle donne 50% de précipitation sur la Principauté jusqu'à 10h au maximum. Même pas de quoi donner un départ sur piste humide à 15h10.

Quel est le meilleur endroit pour dépasser ?

Incontestablement au freinage de la chicane du port. Au n°1 aussi. Au n°18, façon Jules Bianchi, pour les plus hardis.

Y a-t-il une chance de voir des dépassements ?

Peu. Les stats sur piste sèche sont dramatiques : 15 manœuvres réussies en 2016, 3 en 2017 et 6 en 2018…

Quelle est la probabilité de neutralisation ?

La voiture de sécurité a invariablement rythmé la course depuis 2013, avec pas moins de neuf interventions en tout.

Valtteri Bottas (Mercedes) en qualifications au GP de Monaco
0
0