Charles Leclerc et Ferrari sont peut-être au moins en train de stopper l'hémorragie. Après cinq victoires de Max Verstappen et Red Bull, le Monégasque et la Scuderia sont partis pour reprendre la main à Singapour et repousser le titre du Néerlandais au week-end prochain, à Suzuka. En pole position de la dix-septième manche du Mondial, le pilote la Principauté partira sept positions devant le leader du championnat du monde, obligé d'abandonner son dernier tour en Q3, en raison d'une panne d'essence imminente.
Suivez toute une année de sport en vous abonnant à Eurosport
Grand Prix de Singapour
Leclerc ne profite pas des ennuis de Verstappen : "Ferrari se contente d'être 2e"
04/10/2022 À 07:07

24 GP en 2023, 5 de nuit et gros gaspi : Entre incohérences et hypocrisie, que fait la FIA ?

En position de pointe pour la neuvième fois de la saison, "Charlot" s'est aussi rapproché des 11 pole positions signées par Michael Schumacher en 2001, un record pour un pilote de Maranello. Et pour ça, il n'a pas été malheureux puisqu'il a obtenu sa nouvelle distinction avec 0"022 d'avance sur Sergio Pérez (Red Bull), la plus faible marge qu'il a obtenue sur ses 18 pole positions en carrière.
2023 : Ricciardo en route pour Mercedes

Leclerc très urbain

"Ce fut une qualification très délicate. En Q1, Q2 avec les 'intermédiaire' puis en Q3, nous ne savions pas vraiment quoi faire, a-t-il avoué. Nous avons opté pour les 'tendre' à la toute dernière minute et cela a payé." Effectivement, il a lui-même pris l'initiative de laisser les "intermédiaire" pour les "tendre" quelques secondes avant l'ouverture de la piste en Q3, en voyant la Red Bull de Max Verstappen passer devant son garage avec les pneus rouges. "On y va en slicks, même si on doit perdre du temps", a-t-il lancé à son ingénieur, Xavier Marcos Padros. "Stoppe le moteur", lui a alors ordonné le technicien espagnol.

Rentabilité en F1 : Ricciardo et McLaren gros flops de la saison et Hamilton hors de prix

Néanmoins, le scénario de cette deuxième pole position de suite à Singapour n'a pas été des plus simples. La piste séchant, il fallait garder sa concentration, trouver le tour clair et répondre à Fernando Alonso (Alpine), puis Lewis Hamilton (Mercedes).

24 GP en 2023, 5 de nuit et gros gaspi : Entre incohérences et hypocrisie, que fait la FIA ?

"Ce fut vraiment compliqué, a-t-il raconté. J'ai fait une erreur dans mon dernier tour, j'ai donc pensé que nous n'aurions pas la pole, mais ce fut suffisant. C'était vraiment spécial. Chaque qualification sur une piste urbaine est super-limite, et plus encore quand c'est humide comme ça : il y avait des parties humides où je perdais l'arrière. Mais dans l'ensemble, je suis parvenu à faire un tour propre."

Manque de data pour la course

Il faut quand même dire que le pilote de la Principauté s'en sort bien sur les pistes en ville, puisqu'il a déjà dominé les qualifications cette année à Miami, Monaco et Bakou. Et puis, cette pole est une satisfaction supplémentaire après les contrariétés techniques de vendredi. "J'ai eu un nombre de tours très limité mais nous nous en sommes bien remis", a-t-il assuré.
Le seul bémol est qu'il va entrer dans cette course exceptionnellement longue - les 61 tours mèneront frôleront encore les deux heures de course - avec moins de repères que d'habitude. "Nous n'avons pas tellement de data mais avec une parfaite exécution, nous pouvons gagner", a-t-il déclaré.
Quant au titre, ce n'est pas un sujet pour lui. "Je m'en fiche, a-t-il coupé. Je veux gagner ici, c'est tout ce qui compte pour moi. Je sais que c'est seulement une question de temps avant que Max ait le titre. Mais le moment où ça arrivera n'est pas tellement important pour moi."
Grand Prix de Singapour
Dans l'ombre à Singapour : "Verstappen ne joue plus les gros durs"
04/10/2022 À 07:06
Grand Prix de Singapour
Fuite à la FIA, Red Bull trop dépensier et lourdement sanctionné ?
03/10/2022 À 22:02