Mikkel Hansen a tout remporté avec le Danemark, été élu trois fois meilleur handballeur mondial de l'année. A 33 ans, l'arrière gauche (210 sélections, 1 036 buts) a été médaillé d'or au championnat d'Europe en 2012, champion olympique en 2016 à Rio, avant de monter à nouveau sur la plus haute marche du podium lors du Mondial 2019.

La qualité et la puissance de tir de son bras droit lui ont permis d'être désigné meilleur joueur du monde à trois reprises, en 2011, 2015 et 2018. Pourtant, une ligne manque à son palmarès : la Ligue des champions. Finaliste à deux reprises, une première fois avec le FC Barcelone en 2010, puis en 2017 avec le PSG, Mikkel Hansen rêve toujours de soulever la coupe. Il en aura peut-être l'occasion en ce début de semaine, lors du "Final Four" de la compétition organisé à Cologne.

Ligue des champions
Elohim Prandi lance l’opération reconquête
29/12/2020 À 22:19

Un énorme Hansen et le PSG a renversé Porto : le résumé vidéo

"C'est clair que j'ai très envie de gagner ce trophée, c'est un grand rêve", souligne Mikkel Hansen auprès de l'AFP. "C'est un truc, tu en rêves toute la vie, dans le jardin, quand tu es jeune, quand tu joues un peu avec ton père, tu imagines que tu es dans la salle, qu'il y a 20 000 personnes qui regardent le match, et tu marques le dernier but...", rêve ce fils d'un ex-international des années 1980.

Plus de 2 000 buts avec Paris

Parmi ses coéquipiers à Paris, quatre ont déjà remporté le trophée européen. Mais voilà, Vincent Gérard, Nikola Karabatic, Dainis Kristopans ou Viran Morros ont rejoint le club de la capitale plus tard et aucun n'a subi autant d'années de disette que le Danois avec Paris. Arrivé en 2012 au PSG, Mikkel Hansen, 24 ans à l'époque, est le joueur le plus ancien ainsi que le plus capé de l'effectif et a inscrit en septembre son 2 000e but sous le maillot rouge et bleu. Il avait été séduit par "la qualité du projet et de la ville", même si Paris n'était pas qualifié cette saison-là pour disputer la compétition reine.

"Bien sûr que l'objectif il y a huit ans était de remporter la Ligue des champions avec Paris. C'est un club avec des ambitions, c'est aussi pour ça que je suis resté plus longtemps", insiste-t-il. Le rêve aurait pu devenir réalité en 2017 : finaliste, le PSG a cédé d'un but à la dernière seconde le titre au Vardar Skopje. "C'est comme ça, ce sont des petits détails qui font gagner les matches. Là, ce sont des petits détails qui ont choisi le Vardar par rapport à nous", se remémore Mikkel Hansen. "On avait fait une saison très solide, ça a été très dur pour tout le monde. Personne ne va à Cologne pour perdre la finale."

Il faudra déjà battre en demi-finale Barcelone, neuf fois vainqueur de la Ligue des champions et quatre fois finaliste, auteur d'un sans-faute cette année dans la compétition européenne et en championnat national, puis réaliser une autre performance en finale contre Veszprem ou Kiel. "On sait que ça va être dur, mais c'est normal, c'est une demi-finale de Ligue des champions", balaye Hansen. "Tout le monde part avec la mentalité de faire le meilleur match de sa vie. On espère que ça suffira pour gagner en demi-finale. Après, on verra." Les Barcelonais sont prévenus.

Le programme du Final Four

Lundi 28 décembre

18h00 : PSG Handball - FC Barcelone

20h30 : Kiel - Veszprem

Mardi 29 décembre

18h00 : Match pour la 3e place

20h30 : Finale

A l'image du PSG de Mikkel Hansen (au premier plan, devant son entraîneur Raul Gonzalez, à droite) cette semaine, tous les clubs sont touchés par les reports de matches dus au Covid-19 depuis le début de saison

Crédit: Getty Images

Ligue des champions
Kiel revient sur le toit de l'Europe
29/12/2020 À 21:08
Ligue des champions
Le PSG termine sur une bonne note
29/12/2020 À 18:32