Getty Images

Quartararo a atteint l'objectif pour faire de la place au rêve

Quartararo a atteint l'objectif pour faire de la place au rêve

Le 23/10/2019 à 19:58Mis à jour Le 23/10/2019 à 19:59

GRAND PRIX D'AUSTRALIE – Sacré "rookie de l'année" au Japon, Fabio Quartararo (Yamaha Petronas SRT) a trois manches pour atteindre son rêve : décrocher un premier succès en MotoGP. Cela tombe bien, il a tout pour y parvenir dès ce dimanche, à Phillip Island.

Un titre est toujours un aboutissement. Mais il n'est pas nécessairement une fin en soi. Celui décroché par Fabio Quartararo (Yamaha Petronas SRT) dimanche dernier, sacré "rookie de l'année" au Japon, n'est qu'honorifique. Il pourrait aussi être un déclic. Après avoir atteint l'objectif qu'il s'était fixé en début de saison, le prodige tricolore a maintenant trois Grands Prix pour réaliser son rêve.

Le moment serait même idéal si un titre et une bonne dizaine de victoires saisonnières suffisaient à rassasier Marc Marquez (Honda HRC) jusqu'au début du prochain exercice. Certes, le champion du monde n'est plus du tout celui qu'il était il y a quelques années, lorsqu'il profitait de fins de saison sans enjeu pour s'autoriser quelques dangereuses expérimentations.

Deux objectifs comptables… et un terrain de jeu favorable ?

Est-il pour autant devenu infaillible ? Le Grand Prix d'Australie est le terrain de jeu parfait pour le savoir. Parce que l'Espagnol y a parfois été brillant, comme en 2015 ou en 2017. Et souvent vulnérable. Le tracé de Phillip Island est surtout un révélateur de talent. Quartararo, lui, n'a pas attendu l'antépénultième manche de la saison pour étaler sa valeur. Il a maintenant toute la liberté d'y ajouter une forme de relâchement, nécessaire pour exceller sur l'île de la baie de Western Port.

"J'ai atteint l'objectif que l'on m'avait fixé lors d'un meeting organisé en début de saison, a-t-il expliqué au micro de Canal+, le week-end dernier. Maintenant, on va essayer d'en trouver de nouveaux." Comptablement, il peut en viser au moins deux. Avec 38 points d'avance sur Jack Miller, il a d'ores et déjà la possibilité de s'imaginer en "meilleur pilote d'une équipe indépendante". Et avec seulement 13 unités de retard sur Alex Rins (Suzuki Team), troisième du Mondial, il peut même envisager monter sur le podium du championnat.

L'occasion ou jamais… en 2019

Décrocher un premier succès sur le circuit le plus technique de la saison aurait certainement beaucoup plus de résonance. "C'est un circuit qui nous est un peu plus favorable, a noté "El Diablo" après l'épreuve nippone. Marc est aussi super rapide sur ce circuit. Mais peut-être qu'on y aura un petit avantage avec notre moto. Je me sens très à l'aise dans les courbes rapides." A lui de joindre la parole aux actes.

Sinon, il devra encore patienter. Après l'incroyable bagarre qui l'avait opposé au champion espagnol, à Buriram, Quartararo avait reçu les félicitations de son patron, comme l'avaient montré des images diffusées par le site officiel. Razlan Razali l'avait aussi taquiné au sujet d'un premier succès. "Je vais gagner en Malaisie", lui avait répondu, en souriant, le pilote français. Il deviendrait alors un demi-dieu aux yeux des sponsors malaisiens qui lui ont donné sa chance en MotoGP. Mais à Sepang, le circuit lui sera beaucoup moins favorable.

Fabio Quartararo (Yamaha Petronas SRT), "rookie de l'année" 2019

Fabio Quartararo (Yamaha Petronas SRT), "rookie de l'année" 2019Getty Images

0
0