Poleman à Jerez, leader tranquille de la course après quatre tours et 13e à l'arrivée : quelle mouche a donc piqué Fabio Quartararo qui a rapidement vu ses espoirs de victoire s'envoler ce dimanche ? Que s'est-il passé alors que le Français dominait le week-end ? Sa M1 n'a pas lâché. Non, c'est son corps, en souffrance, qui a fini par avoir raison des ambitions du pilote français. "J’ai eu de gros problèmes avec le bras, a-il-confié en conférence de presse après la course. Je suis triste parce que je me sentais vraiment facile devant, j’ai pu doubler facilement et nous avions un rythme incroyable ce week-end. Je n’avais juste plus de force."
Quartararo a été terrassé par l'arm pump avec un bras dur comme de la pierre. Un phénomène de tétanisation : les muscles des avant-bras se remplissent tellement de sang qu'ils arrivent à s'asphyxier. Le Français a été touché à l'avant-bras droit alors que huit des treize virages de Jerez tournent à droite.
Grand Prix d'Espagne
Quartararo opéré avec succès
04/05/2021 À 13:38
Il va falloir faire quelque chose car mon bras ne va pas bien
La suite fut donc un long calvaire. Il explique : "J'avais réussi à avoir déjà un peu plus d'une seconde d'avance sur Jack (ndlr : Miller) et j'ai réussi à tenir quatre tours avec cette seconde, alors que vraiment je ne me sentais pas bien sur la moto, je n'avais plus de force. Mais c'était de pire en pire. À la fin, je n'avais plus aucune force et c'était inconduisible."
Déjà victime d'une tendinite au Qatar, celui qui a déjà remporté deux victoires cette saison avait souffert lors de la deuxième course à Doha. Doit-il désormais envisager l'opération ? "Pour le moment je n'ai pas la tête à ça, mais il va falloir faire quelque chose car mon bras ne va pas bien, a-t-il continué. Mon cerveau est plein, avec les gens qui me disent d'aller à tel endroit, ou à tel autre. Et en fait, en ce moment, je suis perdu", admet-il. "Pour l'instant, je veux me reposer le cerveau parce que je n'ai aucune idée. Peut-être que je prends une mauvaise décision et je ne veux pas penser trop vite."
Deuxième au général désormais, le pilote Yamaha va désormais devoir prendre une décision cruciale pour sa saison. En juin 2019, Quartararo avait subi une opération à ce même avant-bras droit, souffrant déjà de ce même syndrome des loges. En sera-t-il de même cette fois-ci ? Ce serait un coup dur alors que la prochaine manche, le Grand Prix de France, se profile déjà le 16 mai…

Jack Miller (Ducati) devant Fabio Quartararo (Yamaha) au Grand Prix d'Espagne, le 2 mai 2021

Crédit: Getty Images

Grand Prix d'Espagne
Quartararo n'est pas un cas isolé : le syndrome des loges menace tous les pilotes
03/05/2021 À 21:34
Grand Prix d'Espagne
Une opération, et après ? "Aucun souci à se faire", rassure le chirurgien de Quartararo
03/05/2021 À 16:28