La fin d'une ère : l'Italien Valentino Rossi va prendre sa retraite après le Grand Prix de Valence, l'ultime course du pilote aux neuf titres mondiaux, dont sept en catégorie reine, en vingt-six saisons. Voir une dernière fois le mythe. Pour beaucoup de supporters ce week-end, l'attraction ne sera pas le champion du monde 2021, le Français de 22 ans Fabio Quartararo, mais bien Valentino Rossi, 42 ans, qui ne gagne plus mais déplace encore les foules.
Le pilote qui écrasait tout dans la première décennie du siècle a depuis longtemps laissé les commandes du MotoGP. Il y a eu l'Espagnol Marc Marquez, titré six fois en sept saisons de 2013 à 2019. Il y aura peut-être, pour les années 2020, la domination Quartararo. Mais en attendant, l'heure est aux adieux. Après son 372e Grand Prix en catégorie reine depuis l'an 2000 et son 432e au niveau mondial depuis 1996, Rossi raccrochera sa combinaison.
Une longévité record doublée d'un palmarès extraordinaire, riche d'un titre en 125cc (1997), un autre en 250cc (1999) et sept dans l'élite : un en 500cc en 2001, puis six depuis le passage à l'appellation MotoGP, de 2002 à 2005 puis en 2008 et 2009.
Grand Prix d'Émilie-Romagne
Quartararo en mode domination : les chiffres d'une saison de champion
24/10/2021 À 14:48

Dernière danse pour le roi

Ces dernières années en revanche ne resteront pas dans les annales, avec une 7e place en 2019, une 15e en 2020 et pour l'instant une 20e en 2021, relégué dans l'écurie satellite Yamaha-SRT en début de saison. Son meilleur résultat n'est qu'une 8e position pour la pire saison de sa carrière, la première sans podium.
Rossi quitte donc sans regrets une discipline dans laquelle il ne pouvait plus briller. Mais il y restera omniprésent. Comme patron d'équipe, avec l'arrivée de la VR46 en MotoGP, nouvelle écurie satellite de Ducati. Il restera mentor, aussi, des pilotes formés dans son académie, à commencer par Francesco Bagnaia, Franco Morbidelli ou Luca Marini, son demi-frère. Dans les coeurs enfin. De ses fidèles supporters, bien sûr, mais aussi des jeunes pilotes qui ont grandi en l'idolâtrant.
Fin de saison pour Marquez, victime de problèmes de vision
"Dernière danse pour le roi", a par exemple écrit sur son compte Instagram Quartararo, qui le premier voyait Rossi comme "le héros de (son) enfance". Car à part l'émotion, ce dernier GP de l'année ne revêt aucun enjeu sportif, Quartararo et son vice-champion Bagnaia ayant eu la politesse de régler leurs comptes fin octobre pour ne pas faire de l'ombre au "Doctor".

Marquez encore forfait

Avec Joan Mir (Suzuki) 3e, le podium est déjà bouclé et, pour du suspense, on se tournera vers la place de 4e qui reste à décider entre Jack Miller (Ducati) et Johann Zarco (Ducati-Pramac), séparés de deux points. Quartararo, qui vient d'abandonner sur chute au Portugal, aura néanmoins à coeur d'aller remporter sa sixième victoire cette saison, pour finir en beauté.

Marquez, Bayliss, Rossi : quand les pilotes roulent avec la douleur

"Pecco" Bagnaia (24 ans), vainqueur dimanche dernier à Portimao de son troisième Grand Prix, voudra enchaîner pour envisager 2022 avec un plus grand capital confiance. Marquez, en revanche, n'assistera pas au GP. Le sextuple champion MotoGP a encore déclaré forfait, comme au Portugal, à cause d'une chute lors d'un entraînement tout-terrain.
L'Espagnol, qui a souffert d'une "légère commotion cérébrale" au moment du choc, est sujet à une diplopie (vision double) qui l'empêchera également de participer aux tests de Jerez la semaine prochaine.
Grand Prix de l'Algarve
Quartararo, champion alarmiste : "Je pense qu'on a énormément de points faibles"
07/11/2021 À 18:39
Grand Prix d'Émilie-Romagne
"Mort de Johnny", "On l'aime, c'est comme une maladie" : Les adieux du Docteur à "Rossiland"
23/10/2021 À 11:26