Deux décennies qu'il était le visage de son sport : Valentino Rossi laisse le MotoGP orphelin de sa légende, sans toutefois en avoir fini avec les circuits, entre un héritage inégalable, une équipe à son nom et une nouvelle carrière en sport auto. Il faut remonter à 1999 pour voir une saison sans Rossi en catégorie reine. Le 21e siècle est désormais bien avancé, Rossi, 43 ans et bientôt papa, septuple champion du monde dans l'élite, a eu le temps de préparer l'après.
L'après sera double : en moto et en auto. En moto d'abord, de l'autre côté de la barrière : l'équipe qu'il a créée, la VR46, en catégorie Moto2 et Moto3 ces dernières années, débarque en MotoGP équipée par des Ducati. "On est partis de Moto3 et pour la première fois cette année on sera en MotoGP. La boucle est un peu bouclée, c'est bien de lancer une nouvelle belle histoire", a-t-il souligné lors de la présentation de l'équipe.
Grand Prix du Qatar
Quartararo au sommet de la frustration : "J'ai envie de tout casser"
06/03/2022 À 18:18
Son numéro mythique 46 continuera donc à sillonner les tracés avec, au guidon, deux Italiens de 24 et 23 ans : Luca Marini, son demi-frère, et Marco Bezzecchi, débutant au plus haut niveau. Outre Marini et Bezzechi, le "Docteur" est aussi mentor pour d'autres pilotes comme Francesco Bagnaia ou Franco Morbidelli - deux potentiels candidats au titre - qu'il accueille dans la "VR46 Academy" depuis 2013.
Rossi, c'est notre mentor
"Je suis très fier du travail de l'académie. On a pris Pecco en Moto3 et on l'a aidé à atteindre ce niveau", disait Rossi en Aragon l'an dernier, lors de la première victoire de Bagnaia. "Fin 2021 j'arrêterai, mais à mon avis Pecco et Franco sont deux des pilotes les plus forts de la grille", continuait-il alors.

Valentino Rossi s'en va

Crédit: Getty Images

Prêts à lui succéder ? S'ils sont bien placés en 2022, Bagnaia est sûr qu'il pourra compter sur Rossi pour y parvenir : "C'est notre mentor, il nous aidera certainement. Ce ne sera pas facile parce qu'il sera occupé par son nouveau job en sport auto, mais pour nous, il sera à nos côtés", a-t-il assuré au média spécialisé Autosport.
Comme un symbole, c'est Bagnaia qui a remporté le dernier Grand Prix de Rossi, son 432e toutes catégories confondues depuis 1996. "Vale" quittait alors la scène avec un palmarès sans pareil : sept titres, 89 victoires, 199 podiums en catégorie reine depuis 2000 et une aura inégalée - voire inégalable.
"Sa place, personne ne peut la toucher - même si Marc Marquez gagne 15 titres, Rossi est Rossi, c'est pour moi la légende de ce sport", racontait l'an dernier le champion du monde français Fabio Quartararo, passé de l'écurie satellite à l'écurie officielle Yamaha début 2021, remplaçant... Valentino Rossi lui-même, son idole de toujours.

Et maintenant, la course automobile

Si, depuis son dernier titre en 2009, l'Italien a perdu de sa superbe, dépassé par la fusée Marc Marquez (sextuple champion MotoGP) puis par beaucoup d'autres, la ferveur de ses supporters n'a, elle, jamais décru. Le nombre de tenues et de drapeaux jaune vif, sa couleur fétiche, ornés de son 46, seront toujours là pour en témoigner. Car si le champion part, ses tifosi restent : les fans clubs ont déjà prévu de remplir les tribunes des Grands Prix.

Quartararo en mode domination : les chiffres d'une saison de champion

Pour faire vivre la légende, et peut-être la croiser : le multiple champion devrait être de passage sur plusieurs courses. Et si ces passages ne leurs suffisent pas, ils pourront continuer de voir Rossi en piste... sur quatre roues. Passé en auto, Rossi va disputer toute la saison en catégorie GT (sprint et endurance) au volant d'une Audi R8 LMS avec l'écurie belge WRT.
"Tout le monde sait que j'ai toujours été un grand fan de course automobile et que je voulais courir sur quatre roues à la fin de ma carrière moto", avait-il expliqué au moment de l'annonce. Si tout se passe bien en GT en 2022, Rossi sera ensuite en mesure de viser une promotion dans la catégorie LMP2, celle des petits prototypes, puis en Hypercar, la catégorie reine de l'endurance. Rossi, ce n'est pas fini.
Grand Prix du Qatar
Bastianini jeune premier, Quartararo n'a pas pesé
06/03/2022 À 15:48
Grand Prix du Qatar
"Martinator" le plus fort, Quartararo bec dans l'eau
05/03/2022 À 15:45