C'est un choix qui lui a permis de décrocher trois succès en MotoGP. Mais qui lui a aussi coûté cher. Au sens propre comme au figuré. Dans une longue interview accordée à nos confrères de Moto Revue, Fabio Quartararo a révélé qu'il avait choisi d'abaisser son salaire pour la saison 2021 afin d'hériter d'une moto d'usine en 2020. Machine qui s'est finalement révélée moins performante que la version précédente, grâce à laquelle son coéquipier Franco Morbidelli a terminé vice-champion du monde.

La domination de Quartararo... et sa dégringolade : le résumé de la saison en datavisualisation

La promotion du Français au sein de l'équipe d'usine Yamaha pour 2021 et 2022 avait été officialisée avant même le début d'exercice 2020, qu'il a passé au sein de l'équipe satellite du Sepang Racing Team. Cette structure engagée depuis peu en MotoGP doit payer Yamaha pour obtenir la location des machines du constructeur japonais. L'année dernière, elle avait donc proposé deux versions 2019 à ses pilotes Quartararo et Morbidelli, évidemment moins onéreuses que les versions 2020.
Motocyclisme
Toujours chez Yamaha mais avec Petronas : Rossi sous ses nouvelles couleurs
01/03/2021 À 11:48
C'est sûr que désormais, on s'en mord un peu les doigts...
Mais Quartararo, lui, a fait des concessions pour disposer de la dernière machine. "C'était un choix qu'on a fait avec Eric Mahé [son manager, NDLR], a-t-il expliqué à Moto Revue. On a énormément bataillé pour avoir cette moto. Quand on a vu les chronos qu'avait faits Viñales à Valence [aux essais, NDLR], on s'est dit qu'il fallait l'avoir, quitte à rogner sur le salaire 2021. C'est sûr que désormais, on s'en mord un peu les doigts, mais c'est comme ça, c'est la vie. Il y a des paris qu'on gagne, d'autres qu'on perd. On a quand même remporté trois Grands Prix, on peut être satisfait."

Ces stats qui prouvent que cette saison n'était vraiment pas comme les autres

Après un début de saison idyllique, où il avait remporté les deux premières épreuves, le pilote tricolore a vécu une deuxième partie d'exercice franchement délicate, malgré un troisième succès à Barcelone. Longtemps leader du Mondial, il a finalement dégringolé au huitième rang, avec 31 points de moins que son coéquipier Franco Morbidelli. Qui, lui, n'a pas fait de concessions salariales pour obtenir une machine d'usine. Et qui a bien fait.
Saison 2021
Zarco : "Aller chercher les podiums ou même une victoire"
25/02/2021 À 18:06
Saison 2021
Quartararo : "Je ne prends pas la place de Rossi, je prends juste sa moto"
15/02/2021 À 14:39